Connect with us

Business

La diva Emeline Michel est devenue la nouvelle ambassadrice de la Unibank en Haïti

Published

on

La chanteuse, compositrice et interprète, Emeline Michel a été nommée, nouvelle ambassadrice de la Unibank en Haïti. Les responsables de la compagnie ont présenté la diva au grand public ce jeudi lors d’un cocktail organisé à la succursale de la Rue Faubert (Pétion Ville).

L’artiste de renommée internationale rejoint les chanteurs Ti Djo, Mikaben et Maestro, tous des ambassadeurs de la Unibank.

«Nous sommes très fiers et très honorés d’avoir Emeline comme ambassadrice de la Unibank, elle est quelqu’un d’exceptionnel, une bête de scène…» , s’est félicité le directeur général de la Unibank.

Emeline Michel avec sa voix d’or, sait combiner mélodie, poésie et parole pour les délices de ses fans.

La Unibank a fait choix de Emeline Michel comme ambassadrice pour son engagement social au côté d’Haïti et son combat pour la paix et l’égalité de tous et de toutes.

«Je suis sincèrement émue d’être entourée de ces géants, parlant de Mikaben, Ti Djo et Maestro. Je remercie les responsables de la Unibank qui ont fait choix de moi », souligne Emeline Michel dans un discours un peu hilarant.

Par ailleurs, La diva célèbre cette année ses 30 ans de carrière de performance sur scène partout à travers le monde.

 

 

Advertisement
1 Comment

1 Comment

  1. Pingback: Émeline Michel Appointed as UniBank's Newest Ambassador | SawPanse

Laisser un commentaire

Business

Crypto-Monnaie: Ripple touche son sommet record à 3 $

Published

on

By

© Reuters. Ripple touche son sommet record à 3 $

Ripple, la deuxième plus grande crypto-monnaie au monde par sa capitalisation boursière, a atteint un nouveau record jeudi alors que sa forte reprise se poursuit.

Le XRP a atteint $ 3.26 sur la bourse Poloinex plus tôt et était $ 2.99 à 06:22 ET (11:22 AM GMT).

Ripple, ou XRP, a maintenant une capitalisation boursière de 137,7 milliards de dollars, au deuxième rang derrière bitcoin, qui a une valeur de marché d’environ 249 milliards de dollars.

Ripple vend la technologie blockchain, alimentée par sa propre crypto-monnaie XPR, aux banques et aux fournisseurs de paiements et autres institutions financières pour accélérer les paiements transfrontaliers.

Blockchain – autrement connu sous le nom de technologie de ledger distribué – permet de stocker de grandes quantités de données sur un réseau dispersé d’ordinateurs à travers le monde, plutôt que sur un serveur centralisé.

Il était à l’origine utilisé pour enregistrer toutes les transactions bitcoin, mais de plus en plus d’entreprises trouvent des utilisations alternatives pour la technologie, telles que les paiements, le financement du commerce et la vérification de l’identité.

Les prix ont été stimulés par l’info selon laquelle Ripple a mené des tests auprès d’un certain nombre de grandes institutions financières, notamment American Express et Santander.

Les prix ont également pris de la vitesse avec les investisseurs qui cherchent d’autres devises numériques que le bitcoin. La domination de Bitcoin sur le marché de la crypto-monnaie a atteint son plus bas niveau mardi.

Ripple a augmenté en valeur de plus de 32 000% au cours de 2017. Il a commencé l’année de négociation à environ 0,006 $ et terminé à 1,98 $.

Les gains de Ripple en 2017 ont surpassé les gains de Ethereum et de bitcoin, qui ont augmenté d’environ 9 000% et de 1 400%, respectivement.

Bitcoin se négociait à 14 381,00 $ sur la bourse Bitfinex, après avoir touché un minimum de 14 064,00 $ auparavant.

La monnaie numérique a été multipliée par vingt depuis le début de 2017, passant de moins de 1 000 dollars à 19 891 dollars le 17 décembre sur Bitfinex et à plus de 20 000 dollars sur les autres bourses.

Cependant, par rapport à son sommet historique atteint à la mi-décembre, le prix a chuté de près de la moitié sur le reste du mois avant de remonter à environ 14 000 $.

via investing.com

 

399 vues

Continue Reading

Business

5 milliards de barils de pétrole pour garantir « El Petro » la cryptomonnaie vénézuélienne

Published

on

By

Ce 27 décembre 2017, à Caracas, le président du Venezuela, Nicolás Maduro, a décrété que le champ pétrolier numéro 1 d’Ayacucho de la ceinture pétrolière d’Orinoco servira comme garantie pour la crypto-monnaie vénézuélienne, El Petro.

« J’officialise avec un certificat international en main, le champ numéro 1 comme étant une garantie (ndlr : de valeur) de la crypto-monnaie (Petro) à hauteur de cinq milliards de barils de pétrole, ce qui signifie une grande richesse matérielle équivalente pour la subsistance de la seule crypto-monnaie au monde qui va être soutenue par une richesse vérifiable et certifiée », a déclaré le président Maduro.

 

Le chef de l’Etat a expliqué que ce bloque pétrolier possède plus de 5 milliards de barils de pétrole de réserve certifiés internationalement.

Il a également souligné qu’avec cette action, une monnaie puissante va voir le jour et qu’elle renforcera l’économie nationale

 

« c’est une révolution financière et monétaire des crypto-monnaies et cette révolution vient humblement de ce Venezuela libre, souverain et indépendant. »

Il a également demandé au ministre du Pouvoir Populaire, à des fins de communication et d’information, Jorge Rodriguez, d’organiser une conférence de presse pour faire connaître cette initiative d’El Petro.

 

via: canardcoincoin.com

557 vues
Continue Reading

Actualités

Le bitcoin n’est plus la monnaie préférée des criminels

Published

on

By

Alors que son cours connaît des soubresauts ces derniers jours après une folle ascension, le bitcoin inquiète de plus en plus la France. Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie, va demander aux Etats-membres du G20 de réfléchir à un cadre juridique commun pour encadrer la plus célèbre des cryptomonnaies et freiner la spéculation qui l’entoure.

 

Paris met en avant la possibilité de financement illicite qu’offre le bitcoin, alors que plusieurs rapports récents montrent que l’économie parallèle en bitcoins tend à devenir marginale.

 

Peur de la spéculation et du blanchiment

Haro sur le bitcoin. Déstabilisé mercredi 20 décembre par la nouvelle du piratage d’une plateforme sud-coréenne, le bitcoin commence à payer le prix du succès : il est aujourd’hui dans le radar des pouvoirs publics de nombreux pays. Si la Chine et la Russie ont, un temps, envisagé purement et simplement de l’interdire avant de se raviser, la France et l’Allemagne veulent pousser le G20, le groupe des 20 premières puissances de la planète, à adopter pour lui un cadre juridique commun.

Porté par Bruno Le Maire, le ministre français de l’Economie, le projet trouve de l’écho en Allemagne, et en Italie. Les trois Etats veulent discuter des risques spéculatifs autour des monnaies virtuelles. Ils sont déjà main dans la main pour renforcer la lutte contre le blanchiment d’argent en bitcoins, et le financement du terrorisme sur ses plateformes d’échange.

Les terroristes peu attirés par le bitcoin

Sur ce dernier point, les dernières études s’avèrent plutôt rassurantes. Exceptés quelques rares cas isolés, comme cette femme à Long Island arrêtée pour avoir tenté d’envoyer 85.000 dollars en bitcoins à l’Etat Islamique, il semble que les cryptomonnaies n’intéressent pas beaucoup les groupes terroristes, car elles offrent peu d’anonymat. Un rapport daté d’avril 2017 de la Rand Corporation, un think tank américain, est assez catégorique sur ce point.

Le bitcoin est aussi de plus en plus évité par la cybercriminalité. Facilement traçable et transparent (chaque transaction est gravée dans le marbre numérique de la blockchain), le bitcoin doit être blanchi numériquement sur des plateformes spécialisées, comme Coinmixer, ou Darklaunder. Les criminels lui préfèrent des monnaies numériques moins en vue et plus discrètes, comme Zcash ou Monero. Europol confirme le phénomène, en estimant que la part des transactions en bitcoins liées à un commerce illégal ne représentent plus que 3% à 6% du volume total.

via: Clubic

386 vues
Continue Reading

Top de la semaine

error: Content is protected !!