Connect with us

Culture

Fête des morts à Port-au-Prince: Entre invocation et hommage

Published

on

Crédit photo: Richarson Dorvil

Traditionnellement les 1ers et 2 novembre sont consacrés à la fête des morts. Les adeptes catholiques et les vodouisants ne ratent jamais ce rendez-vous pour commémorer ces dates et saluer la mémoire d’un membre cher ou un proche décédé.

Le grand cimetière de Port-au-Prince est généralement transformé en un lieu de méditation. Dans cet espace, les saints et les loas sont invoqués tant par la prière que par d’autres formes d’incantations.

Ils utilisent les cimetières comme espace commun d’adoration les 1ers et 2 novembre. Entre hommage et prière, les motivations sont profondes et variées. Bougies en main, récipient contenant un peu de café, les uns vénéraient les Saints et rendaient hommage à des parents disparus tandis que les autres honoraient leurs dieux de la Mort.
«Mon mari est mort depuis 7 ans, il était né un premier novembre, je lui ai promis de lui rendre visite chaque année et de lui apporter son cadeau. Pour moi il est toujours en vie, et c’est un moyen de lui prouver que mon amour pour lui n’a pas changé» nous confie une grande dame frisant la quarantaine.

Réunis au beau milieu du cimetière, autour de la grande croix nommé Baron Cimetière qui représente le Chef de celui-ci et le chef des Guédés attribué généralement au premier homme enterré là-dedans, les vodouisants étaient venus déposer leurs plaintes ou renouveler une requête déjà faite en s’inclinant devant Baron.

«Jistis map mande w papa, jistis pou Soso! Li pa t fè anyen ki mal, yo manje l tou kri! M pa menm gentan tire lajan m te depanse yo. Jistis papa , Jistis!!», se fond en larmes une mère qui a perdu son fils aîné

Cette célébration traditionnelle donne lieu à des moments d’exaltation phénoménale. En pleine rue les vodouisants chevauchés des Guédés, munis d’une bouteille dans laquelle se trouve une quantité importante de piments préparée à cet effet depuis plusieurs jours à l’avance, se livraient à des mouvements de danse.

A noter que les cérémonies vodouesques seront célébrées tout au long du mois de novembre par les prêtres et les prêtresses du vodou afin de vénérer et de remercier les Loas pour leur bienfait et protection accordé tout au long de l’année.

1 446 vues
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Culture

Le Festival Quatre Chemins : une 14ème édition

Published

on

Des comédiens haïtiens du "Nous théâtre" de Guy Régis Junior | Crédit photo : Le National

Port-au-Prince accueille du 20 Novembre au 2 Décembre prochain, la 14ème édition du Festival Quatre chemins. Au menu : des spectacles de danses, de Théâtre, de poésies, des ateliers, des performances de rue. Des différentes activités qui seront réalisées dans des centres culturels, sur des places publics, des bars, entre autres.

«Anfans san maltretans, ata chen konnen timoun pa tibèt, frape timoun se bese tèt, ni chen ni chat pa bat pitit yo». Tels sont les différents slogans de cette année pour aborder la question de la violence faite aux enfants. Un fléau qui touche une grande partie de la population.

Pour cette 14ème édition, ce festival met à l’honneur. Une compagnie Créée en Juillet 2001, dirigée par le metteur en scène Billy Elucien, qui œuvre dans les promotions des patrimoines et des valeurs intellectuelles et culturelles du pays à travers le théâtre, le conte, la chorégraphie, entre autres… Elle a notamment mis en place le Festival interculturel de conte KONT ANBA TONEL en mars 2009 à Port-au-Prince, dans le but de diffuser les contes et les traditions orales haïtiennes.

Des artistes étrangers venus de pays divers viendront performer aux côtés de Foudizè Théâtre qui à cette occasion présentera deux pièces: « La faute déjà la vie » de Maryse Condé et « Anatòl » de Félix Morisseau Leroy.

Calendrier des deux premiers jours du festival:

20 novembre 2017:
3h PM– Lancement du festival au centre d’Art
5h PM– Contes ( Tezen/ Johny Zephirin)
6h PM– Théâtre ( Anatol/ Foudize Théâtre)
7h PM– Parade dans les rues ( départ le centre d’Art)

21 Novembre 2017:
4h PM– Lecture (l’enfant sauvage/ Par Laurence Durand) Conférence: Anfans san maltretans a Yanvalou
4h PM– Projection (couleur de pau: miel) au centre d’Art – centre numérique
6h PM– Théâtre ( Anatol/ Foudize Théâtre) au centre d’Art
6h PM– Théâtre ( le chagrin des orgres)

555 vues
Continue Reading

Culture

Trouble boy : M’pral nan peyan’m pou yo

Published

on

Depi kèk jou, se pawòl sa yo ase nap tande nan bouch fanatik, espesyalman kèk entektyèl kap evolye nan sektè kiltirèl la. Pou kèk nan yo, Trouble boy sòti nan lo-a li pote yon lòt nivo pa rapò ak pwodiksyon li konn abitye ofri fanatik yo.

Gen moun ki soutni kòmkidire Trouble Boy ta sanble ale wo ak refleksyon l yo rive jis nan rasin kilti nou an. Gen kèk lòt ki di mizik la pa nan dimansyon yap mete’l la. Li gen anpil kran paske li jis di byen wo sa anpil moun di tou ba.
Genyen ki di tou se pwopagann Trouble Boy ap fè pou (sorcellerie).

Nan Yon entèvyou Trouble Boy sou Uni FM, nan Auto-Stop Yon emisyon Vinel Fleurilus anime, li te fè deklarasyon sa a: «Game nan chanje konplètman ou paka ap lage yon bagay chak dezan, staff mwen an te mande m yon nouvo bagay pou yo vann Ayiti Yon lòt Jan, pou nenpòt moun kap tande’l Ka santi yo konsène… m konnen ap toujou gen pale anpil sou dosye sa men vodou a nou fè mal avè’l, nou ka wè afè Yon lòt ap mache byen pou’n detwi’l nou Al nan vodou nou al pou fè bagay malefik dèyè l, men bon kote ki gen ladan l yo trete moun Ak vodou, yo fè anpil bon bagay ak vodou.. kidonk mwen jis bay Yon ”story” ki gen rapi ak mizik lan ki fè videyo à mache e ki fè ”hit” sa l fè a».

E ou menm kisa ou panse de mizik sa? Si w poko fè sa Al gade videyo epi banm bri…

1 349 vues
Continue Reading

Annonces

Juno7 souhaite le meilleur à Mimose Beaubrun «Manzè» pour son anniversaire.

Published

on

«Aujourd’hui c’est mon anniversaire de naissance; j’ai 61 ans. Et savez-vous que je suis toujours en construction! Aujourd’hui, une fois encore, je m’engage librement à vous donner le meilleur de moi-même, c’est ma façon de donner du sens à ma vie. J’offre à chacun de vous mon amitié. C’est le souhait que je me fais à moi-même», a-t-on lu ce matin sur la page facebook officiel de Boukman Experience, une déclaration de Mimose P. Beaubrun.

Manzè de son nom d’artiste, chanteuse et co-fondatrice du groupe à tendance racine  ‘’Boukman Eksperyans’’, est née au Nord-est du pays plus précisément à Ouanaminthe. Elle a fait des études Universitaires à la Faculté d’Ethnologie et a obtenu un diplôme en Anthropologie sociale et culturelle.

Femme à plusieurs chapeaux, Mimose s’engage à promouvoir la Culture haïtienne tant par la musique que par ses livres. En 1998, elle s’est lancée dans l’écriture, «Nan Dòmi : le récit d’une initiation vaudou», entre autres des livres qu’elle a publié. Chercheuse de terrain indépendante, Mimerose reste en contact avec le milieu haïtien et maintient un lien étroit avec le monde de la musique et du vodou.

Son expérience inclut un travail de recherches et, dans le domaine musical, les différentes tendances de la musique « Rasin » dans l’ensemble du territoire haïtien… En 2002, Elle a reçu officiellement son certificat d’Ambassadrice de bonne volonté pour la paix et le développement, en honneur de son inlassable effort pour promouvoir l’amour, la paix, le respect et l’unité à travers la musique qui transcende toute barrière culturelle.

Manzè prêche toujours un message de sensibilisation « Nous sommes un seul esprit et une pluralité de cultures. Notre mission est de motiver chaque être humain à sentir la nécessité et l’urgence de contribuer avec respect et paix à l’édification d’un monde nouveau. », un message qu’elle lance partout.

Toute l’équipe de Juno7 lui souhaite du bonheur en ce jour.

821 vues
Continue Reading
Advertisement

Suivez-nous sur Twitter

Top de la semaine

error: Content is protected !!