Connect with us

Entertainment

“KAFOU” un film qui apportera un souffle au cinéma haïtien

Published

on

Faire face à la corruption, c’est éliminer des tas de problèmes qui bloque le bon fonctionnement d’une société. Pour cela, Kafou vous est présenté comme une comédie-suspense autour de la réalité de la vie haïtienne.

Basé sur des faits réels, Kafou est une comédie noire et un suspense destiné à être une satire de la société haïtienne. Il représente le quotidien éprouvant d’Haïti et la complexité crue de certains problèmes sociaux. Le but est de mettre en exergue le réalisme brutal du pays trop souvent nié, en s’attardant sur une esthétique vivide du délabrement. Puisque les haïtiens ont tendance à rire de leurs malheurs, la comédie s’avère le genre le plus subtil pour traiter un sujet aussi sérieux et conscientiser les gens face à la banalité d’une vie humaine.

Cette comédie-suspense tourne autour de Doc et Zoe qui viennent d’être embauchés pour livrer un colis inconnu durant la nuit. Leur travail comporte trois règles essentielles: ne jamais arrêter la voiture, ne jamais baisser les vitres, ne jamais ouvrir le coffre. Arrivés à un carrefour, ils tombent sur un chien. La nuit en Haïti, chaque carrefour requiert un sacrifice, et leur décision qui suit changera leur route de manière irréversible. Le résultat final de Kafou est un mélange dont le style se situe entre La Cité de Dieu et Pulp Fiction.

80% du film est tourné en extérieur pour capter les couleurs vives et les sons distinctifs d’Haïti durant la nuit. Suivant une trame narrative en crescendo, le film se déroule dans des environnements déserts où nos deux personnages sont livrés à eux-mêmes pour résoudre leurs problèmes dans un intervalle de 12 heures. L’idée est d’établir un parallèle avec la dure réalité du peuple haïtien également livré à lui-même.

Kafou est le premier film de Bruno Mourral entièrement tourné en Haïti avec une distribution et une équipe haïtienne. Original et ambitieux, ce film questionnera les problèmes sociaux complexes d’Haïti et apportera un nouveau souffle au cinéma haïtien. (Source: Avec Muska Film et Topplay).

278 vues
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Culture

Trouble boy : M’pral nan peyan’m pou yo

Published

on

Depi kèk jou, se pawòl sa yo ase nap tande nan bouch fanatik, espesyalman kèk entektyèl kap evolye nan sektè kiltirèl la. Pou kèk nan yo, Trouble boy sòti nan lo-a li pote yon lòt nivo pa rapò ak pwodiksyon li konn abitye ofri fanatik yo.

Gen moun ki soutni kòmkidire Trouble Boy ta sanble ale wo ak refleksyon l yo rive jis nan rasin kilti nou an. Gen kèk lòt ki di mizik la pa nan dimansyon yap mete’l la. Li gen anpil kran paske li jis di byen wo sa anpil moun di tou ba.
Genyen ki di tou se pwopagann Trouble Boy ap fè pou (sorcellerie).

Nan Yon entèvyou Trouble Boy sou Uni FM, nan Auto-Stop Yon emisyon Vinel Fleurilus anime, li te fè deklarasyon sa a: «Game nan chanje konplètman ou paka ap lage yon bagay chak dezan, staff mwen an te mande m yon nouvo bagay pou yo vann Ayiti Yon lòt Jan, pou nenpòt moun kap tande’l Ka santi yo konsène… m konnen ap toujou gen pale anpil sou dosye sa men vodou a nou fè mal avè’l, nou ka wè afè Yon lòt ap mache byen pou’n detwi’l nou Al nan vodou nou al pou fè bagay malefik dèyè l, men bon kote ki gen ladan l yo trete moun Ak vodou, yo fè anpil bon bagay ak vodou.. kidonk mwen jis bay Yon ”story” ki gen rapi ak mizik lan ki fè videyo à mache e ki fè ”hit” sa l fè a».

E ou menm kisa ou panse de mizik sa? Si w poko fè sa Al gade videyo epi banm bri…

1 349 vues
Continue Reading

Entertainment

Ricky Jones, un nom à retenir parmi les étoiles montantes du rap kreyòl

Published

on

Né un 21 octobre, le jeune Rikengy Jean Félix a.k.a “Ricky Jones” veut se frayer un chemin dans la mouvance du rap kreyòl, un marche qui devient de plus en plus difficile. Depuis son plus jeune âge Ricky a été un brillant chanteur à l’Eglise. Avec du style RnB, traditionnel, l’artiste veut créer un nom dans l’industrie musicale.

La mouvance rap continue d’être  victime de discrimination de toute sorte, Rickengy veut se transformer en ambassadeur. «le secteur du rap kreyòl évolue et a tendance à se dégrader de plus en plus, de mon côté je veut vendre une autre facette de cette tendance, je veux l’utiliser pour prêcher la paix», nous confie le jeune artiste qui entend apporter son grain de sable.

« Ann Fè lapè », le coup de gueule de Ricky

« Ann fè lapè », retrace l’expression d’un élan qui prône la moralisation de la société. d’un vécu singulier, le résultat d’une force intérieure et qui efforce Ricky à prendre la parole dans un contexte ou les tensions de violences se renforcent de plus en plus. Il s’agit d’un langage ardu et un coup de gueule de l’artiste face à ce qu’il appelle un état en déliquescence. Avec ce titre, Ricky lance officiellement cette année sa carrière dans le rap game.

Très polyvalent, Ricky se dit ouvert À participer à de nombreux projets musicaux avec d’autres artistes locaux.

Radiographie de Ann Fè Lapè

Produit par Doremi Sound Studio, studio dirigé par 100% Beat, « Ann Fè Lapè» dure environ 3mn 14sec avec une symphonie qui assemble les sonorités d’un rara.  Les premières lignes horizontales du texte prônent la paix et la synergie sans laquelle parler de développement est un leurre.

Le titre est disponible sur notre web radio cliquez ici : RJ7 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

1 066 vues
Continue Reading

Culture

Haïti : Le festival Piman Bouk a chauffé à Jacmel

Published

on

Photo : © Banacheca Pierre

La ville de Jacmel a accueilli du 1er au 4 novembre 2017 la première édition du festival “Piman Bouk”. Un festival qui a rassemblé des jeunes musiciens et également des stars de la musique haïtienne.

L’ambiance était au rendez-vous pour quatre (4) soirées de spectacle en plein air, les uns plus magnifique que les autres, au port touristique de Jacmel. Un public sélect, nombreux, tout âge confondu a fait le déplacement.

Beaucoup de dispositions ont été prises afin que cette première édition soit une réussite. Les réalisateurs se disent satisfait. «Nous sommes très content de la réalisation de ce festival, nous saluons la diversité culturelle de nos différents groupes et nous souhaitons que les fans sont sortis satisfait», nous dit fièrement Ishmael Mevs, l’un des membres organisateurs du festival.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Toutefois, les organisateurs souhaitent que les commanditaires rejoignent leur équipe pour une  organisation plus grandiose de la prochaine édition.

Si la plupart des jacméliens ont manifesté leur engouement à participer au festival, d’autres par contre soulignent que les frais de participation étaient trop elevé pour une première édition. «Le premier jour était gratuit, je me suis bien amusé… Le jour qui suis j’étais obligé de rester derrière la barrière puisque je ne pouvais pas payer les 300 gourdes pour une deuxième soirée», se désole un habitant de la zone.

Par ailleurs, le chanteur J-Perry, la chanteuse Ayiiti et bien d’autres encore ont secoué le port touristique de Jacmel grâce à leur prestation.

Le Festival Piman Bouk a été réalisé grâce au support du Ministère de la Culture, de l’Union Européenne et de la compagnie Guinness entre autres.

La prochaine édition est pour bientôt …

547 vues
Continue Reading
Advertisement

Suivez-nous sur Twitter

Top de la semaine

error: Content is protected !!