Connect with us

Actualités

Haïti : La tension monte à Grand Ravine

Published

on

La tension est à son comble à Grand Ravine, (actuellement 13 Novembre 2017, 11h). Échange de tirs entre des individus lourdement armés et policiers, déjà au moins deux morts dans le camp des forces de l’Ordre.

A lire sur le même sujet : Jovenel Moïse présente ses sympathies


Zòn Gran ravin cho pou kounye a la, gen moun ak zam ki ap toke kòn ak lapolis, gen o mwens 2 polisye ki pèdi lavi yo.

plis detay ap vini talè konsa …

3 164 vues
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Actualités

Sécurité : L’Armée d’Haïti est de retour officiellement

Published

on

Des militaires de la nouvelle force à Vertières, Cap-Haïtien | Photo: Ministère de la Communication

Ce samedi 18 novembre 2017 ramène le 214e anniversaire de la “Bataille de Vertières” au Cap-Haïtien, Nord d’Haïti le 18 Novembre 1803 qui aboutit à l’indépendance du pays, le premier janvier 1804 suite à de rudes batailles menées contre la puissance colonialiste. Depuis lors, Vertières fut le lieu traditionnel pour célébrer cette grande bataille anti-colonialiste et anti-esclavagiste. 

Le président de la république S.E.M. Jovenel Moïse accompagné de la première dame Martine Moïse et l‘honorable sénateur Youri Latortue (Président du Sénat) et des membres du gouvernement ont déposé une gerbe de fleur  au monument historique érigé à Vertières en hommage aux héros de l’indépendance.

Ce 18 novembre, c’est aussi le moment pour le président Jovevel Moïse de lancer officiellement le retour des Forces Armée d’Haïti, 23 ans après sa démobilisation. Plus de 150 nouveaux militaires ont défilés en présence des membres du gouvernement et le président de république qui confie que cette nouvelle armée ne va pas suivre les fautes regrettables de l’ancienne force. 

« Avec la remobilisation de l’Armée d’Haïti, le peuple ressuscite avec son passé glorieux » – a déclaré Hervé Denis, le Ministre de la défense dans son discours.


Jodi samdi 18 novanm 2017 la make 214 lane Batay Vètyè, se nan nò peyi a nan OKap ke batay sa te fèt yon jou ki te 18 novanm 1803, se batay sa ki te pèmèt peyi a jwenn endepandans li premye janvye 1804.

Prezidan peyi a Jovenel Moïse, premye dam nan Martine Moïse, Prezidan sena a Onorab Youri Latortue ak lòt manm gouvènnman an te depoze yon bouke flè nan pye estati ewo yo pou rann yo omaj.

18 novanm jodi a tou se okazyon espesyal pou chèf leta a, li lanse remobilizazyon “Lame dAyiti” ofisyèlman, apre 23 lame ke lame a te kraze . Plis pase 150 sòlda nouvo lame a defile nan vil Okap. Prezidan di ke lame sa pap politize, ni li pap swiv tras ansyen lame a ki te fè kèk erè. Minis defans lan sou bò pa’l di ke : Pèp ayisyen an rejwenn glwa li avèk remobilizasyon lame a.

2 899 vues
Continue Reading

Actualités

Haïti : L’ex-Ministre du Tourisme réagit face au rapport PetroCaribe

Published

on

L'ex-Ministre du Tourisme Stéphanie B. Villedrouin / Photo de sa page facebook

Dans un courrier adressé au président du Sénat de la République, Madame Stéphanie BALMIR VILLEDROUIN a dénoncé 13 erreurs graves, mensongères et diffamatoires qu’elle a pu constater dans le Rapport PetroCaribe. 

Elle n’est pas la première du régime Tèt Kale a protesté et a dénoncé des irrégularités et diffamations dans le prétendu rapport. Après la publication de l’ex-Premier Ministre Laurent Lamothe sur son compte twitter, Madame Villedrouin sort de son silence et adresse le 14 novembre écoulé, une lettre de protestation au Sénateur Youri Latortue, Président du Sénat et fournit des explications ainsi que des preuves. 

Dans sa lettre Madame Villedrouin se dit consternée de voir sa personne injustement indexée dans ce rapport. Elle précise qu’elle n’a reçu qu’un pourcent du budget contrairement aux faits douteux présentés par le rapport qui stipule que son Ministère fut l’unique à bénéficier de tout un chapitre de la gestion des fonds de PetroCaribe. 

Elle a par ailleurs mis en évidence les treize (13) premières erreurs factuelles graves qui prouvent que ce rapport a été bâti dans le but de remettre en question, tous les acquis dont a bénéficié Haïti pendant ces cinq dernières années sur le plan touristique, pour des raisons politiques inavouées. 

Elle indexe les contrats identifiés aux pages 487, 502, 506, 510, 513, 514, 515 et 516. Elle a porté de nombreuses précisions dont on cite : Le Projet sur la biodiversité avec CHRAD est porté à deux reprises sur le rapport aux pages 521 et 497. Alors qu’il n’était question que d’un seul contrat, contrairement aux deux contrats que la commission semble vouloir insinuer. Elle a aussi précisé que les 2% d’acompte prévisionnel au profit de la DGI ont bien été prélevés (Cf. Copie des chèques disponibles BRH # 9022, # 10625, # 11444). 

Elle requiert aussi des pièces justificatives pour la liste de projets rapportés aux pages 485, 488, 489, 498 du rapport. Elle a souligné que suivant la résolution # 5 du PETRO CARIBE en date du 22 juillet 2015, article 2, # 41 les fonds ont été désaffectés, les financements ont été discontinués. Donc, ainsi il ne saurait y avoir de versements ni, par voie de conséquence, de pièces justificatives. 

Elle mentionne que la commission a listé aux pages 520 et 496 du rapport, un dossier intitulé MARNDR/SEPV, et a porté des précisions stipulant que c ‘est un Protocole d’accord signé entre les Ministères de l’Agriculture et celui du Tourisme, approuvé pour la CSCCA, dans le cadre de la mise en œuvre du programme agro tourisme de l’Île-à-Vache dont les projets ont été exécutés par des firmes privées. « Je confirme qu’aucun montant n’a été décaissé par le MT au profit du MARNDR contrairement au montant de 738.000,00 gourdes, dont il est fait mention sans référence de numéro # de chèque. » 

Elle a éclairci de nombreux points tels que le dossier Wastek, page 485 du rapport, le projet de Mangroves, page 492, le projet d’Eau potable KayKok où elle exige des pièces justificatives sur un prétendue troisième versement, l’Ingénierie Sociale, page 490, le programme de pêche, page 502 et précise qu’une copie du contrat est disponible à titre de vérification de signature, le projet d’Elaboration de la ligne de base avec la CNSA, page 503 où elle précise avec référence, que cette institution en tant qu’institution publique n’est pas assujettis au paiement de taxe. 

Elle a fait mention de nombreux autres faits qu’elle a pris le soin de clarifier et de fournir des références qui stipulent le contraire de ce qu’avance le rapport publié par la Commission du Sénateur Evalière Beauplan. 

L’ex-Ministre a mis en doute la crédibilité de ce rapport et questionne sur le fait que ses rédacteurs l’ont préparé en total décalage avec la réalité, en ignorant volontairement les pièces justificatives qui contrediraient leurs idées préconçues. 

Elle a encore mis en question la fiabilité du rapport, en mettant l’accent sur le fait que ceux qui l’ont préparé sont animés de préjugés idéologiques qui les auraient amenés à distordre la vérité. 

La ministre en guise de conclusion a fait comprendre qu’elle est déterminée, plus que jamais à défendre son honneur. Et qu’elle est donc convaincue d’avoir servi son pays avec tout le dynamisme de sa jeunesse et le sentiment que ce pays a besoin des compétences de tous ses fils et ses filles. 

A lire sur le même sujet : PetroCaribe: Les teneurs du rapport 

1 363 vues
Continue Reading

Actualités

Diplomatie : Les Haïtiens pourront rentrer au Rwanda sans visa

Published

on

Pour développer le tourisme d’affaire et attirer le maximum de visiteurs dans ce pays, le Rwanda vient de supprimer les visas d’entrée à tous les pays du monde entier, a compter du premier janvier 2018. Il n’y aura plus besoin de visa pour entrer dans ce pays de l’afrique de l’est. Une mesure qui va favoriser les touristes qui souhaitent y séjourner, surtout dans le cadre du tourisme d’affaire.

Cette décision intervient après celle prise par les autorités de Kigali d’exempter de visa dans le cadre de la réciprocité les ressortissants de la République centrafricaine, du Tchad, du Bénin, du Sénégal, de la Guinée, du Ghana, de l’Indonésie, de Haïti ,des Seychelles et de Sao Tomé et Principe.

Les ressortissants des pays de la communauté est-africaine, de la République démocratique du Congo et des états de l’Afrique orientale et australe, n’auront pas besoin de visa pour séjourner sur le sol rwandais sur une période ne dépassant pas trois mois.


[An kreyòl]: Nan lide pou fè sektè touristik la devlope pi byen epi pou rale plis vizitè, peyi Rwanda ki touve’l nan kontinan afriken an (presizeman nan Afrik Lès). Otorite yo nan peyi sila deside retire tout restriksyon sou zafè viza pou yon moun rantre nan peyi sa a pati premye janvye 2018 kap vini la.

Ayisyen se youn nan nasyon ki ap benefisye li, moun yo pap bezwen viza pou yo rete nan peyi sila nan yon ti tan ki pa depase 3 mwa.

7 265 vues
Continue Reading
Advertisement

Suivez-nous sur Twitter

Top de la semaine

error: Content is protected !!