Connect with us

Société

Haïti : Karl Foster Candio se sépare de Alléluia FM

Published

on

Karl Foster Candio au studio de la radio | Crédit photo : Facebook | Alléluia FM

Karl Foster Candio, n’est officiellement plus directeur de programmation de Alléluia FM. L’animateur a remis sa démission après environ 5 années de service au sein de cette station évangélique.

Ce qui n’était jusque-là une simple rumeur a été finalement rendue officielle. L’ancien animateur de Bonswa Kretyen et Kretyen sur Alléluia a rendu son tablier. A travers un post Facebook, Karl Foster a annoncé publiquement ce matin de 14 novembre sa décision de ne plus servir la station qu’il a si remarquablement menée depuis son lancement officiel en novembre 2012. « Ce n’était pas une décision facile à prendre, après cinq années pendant lesquelles j’ai donné une orientation à la radio. Mais un contexte compliqué et la tournure de la collaboration m’ont contraint à démissionner, pour mon bien et celui de la radio« , peut-on lire dans un message posté par le journaliste sur sa page Facebook.

L’image contient peut-être : 1 personne, texteEn effet, Karl aurait remis sa lettre de démission le 20 septembre dernier, soit deux mois avant la tenue du Gala d’anniversaire et de remise des Prix Alléluia FM. « Je ne suis plus habilité à parler des Prix Alléluia FM et du gala d’anniversaire. Toute communication sur l’événement est désormais laissée à la discrétion des responsables de la radio« , poursuit Karl. Dans cette note, le concerné précise qu’il n’est non seulement plus le responsable de programmation de Alléluia FM, mais aussi qu’il ne gère plus les correspondances de la radio depuis sa décision.

En remerciant les bénévoles de la radio, les différents acteurs du milieu évangélique qui ont collaboré avec lui pendant ces années, le PDG de la radio, Patrick Moussignac pour la confiance placée en lui, Karl Foster remercie aussi sa femme qui l’a assisté dans toutes ses activités.

L’instigateur des « versets récents » laisse la radio avec la satisfaction d’avoir mené, dit-il, une radio évangélique qui encourage le débat public dans le milieu chrétien, qui fait la promotion de la tolérance et de l’amour.

Quelques mois après ses émissions d’essai en 2012, la station de Pétion-ville avait bénéficié des services de Karl Foster Candio à son âge de début et a contribué à une très grande promotion de la musique évangélique haïtienne. Ce qui lui a valu et lui vaut encore sa grande popularité.

Ancien rédacteur en chef de Ticket Magazine et ex-animateur d’émission évangélique à Magik9 (Réveil Béni, Oh My God), Karl, avant de rejoindre l’équipe de Alléluia FM, avait collaboré avec plusieurs organisations internationales entre 2010 et 2012. Il est aussi depuis fin 2015 responsable de communication dans une fondation haïtienne. L’homme de radio n’ a fait aucune mention si on le retrouverait ailleurs sur la bande FM.

Pour l’heure, la radio n’a fait aucune révélation sur le remplaçant de Karl Foster Candio à la direction de programmation de Alléluia FM. Quant à lui, il annonce qu’il continuera à servir le secteur chrétien à travers d’autres projets. sc/: B-atitid

1 463 vues
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Culture

Jazz yon mizik nanm

Published

on

Foto Achiv

Depi plis pase 10 lanne ann Ayiti nou genyen Festival Jazz, men anpil moun pa konnen kote mizik jazz la soti, kisa mizik Jazz la ye ? kote li jwenn orijinalite l ? Sa ki fè li se yon mizik ki gen anpil nanm, yon mizik ki vivan.

Jazz se yon modèl mizik ki kale nan peyi Etazini nan vil Lwizyàn, espesyalman nan Nouvèl-Òleyan nan Delta Misisipi.  Li se yon melanj « Blues » tradisyonèl ak mizik ewopeyen, se premye fòm mizik afro-meriken.  Blues la li menm, nan mak fabrik li, se yon fòm mizikal ki pèmèt moun eksprime yon ansanm santiman tankou tristès, lapenn, lanmou ak revandikasyon tou.  Nan epòk segregasyon nan peyi meriken, esklav yo te konn itilize l pou chante lapenn yo, kòlè yo pandan y ap bourike nan chan koton yo.

Jazz la soti nan plizyè sous : mizik esklav yo chante lè y ap travay sa yo rele “work songs” kise blues la ; mizik legliz sa yo rele « Gospel » la epitou tout lòt fòm mizikal nwa yo soti ak yo ann Afrik men tou ak deplasman yo anndan peyi Etazini.

Premye enstriman nou jwenn nan mizik Jazz la se enstriman kwiv yo, kidonk, enstriman a van yo tankou : twonpèt, twonbòn, saksofòn. Apre nou vin jwenn enstriman ak kòd yo ak anch yo tou. Nan 19e syèk la, ak abolisyon segregasyon nan peyi Etazini, nwa yo vin jwenn pasaj pou al etidye mizik, konsa yo vin fòme yon seri gwo gwoup mizik jazz yo rele « Big bands », ki se yon seri gwo  òkès, apre yo vin redwi yo ak 3 ou 4 moun epi yo rele yo « Bebop », konsa Jazz la pral pran divès fòm –swing, middle jazz…- pandan l ap travèse syèk yo. Jounen jodi a nou jwenn divès fòm Jazz : cool jazz ; hard bop ; free jazz ; jazz latin, bossa nova elatriye.

Se tout listwa lesklavaj ak melanj epitou anpil libète pou w kreye anndan mizik la jazz sa nou rele enpwovizasyon ki bay mizik sa nanm konsa. Se yon mizik ki vivan ki fè emosyon yo sòti tou kri jan yo ye a.

Mizik Jazz la fè nou dekouvri anpil gwo talan tankou Scott Joplin, Mile Davis, Ray Charles, Nina Simone, Nat king Cole… men moun yo konsidere kòm papa mizik sila se        Louis Armstrong.

Dapre moso enfòmasyon sa yo m pataje ak nou an, nou ka wè Jazz la se yon mizik popilè kidonk, yon mizik moun yo defavorize yo te konn jwe espesyalman nwa yo. Fòk nou pa kite l nan men yon klas moun ki vle pran l pou yo senpman, tout kote l ap fèt gratis fòk nou patisipe.

Sou nòt sa m envite nou tout al patisipe nan Festival Jazz la k ap tanmen 20 pou bout 27 janvye 2018, al aprann konnen mizik sa ki degaje anpil emosyon epi k ap pèmèt nou reflechi sou koze mizik ann Ayiti k ap depafini jou apre jou.

ZO Mangay Vanyan

229 vues
Continue Reading

Société

Trump traite Haïti de «pays de merde», Qui sont les responsables de cette merde? 

Published

on

Hier jeudi, au moment où il recevait plusieurs sénateurs dans son bureau ovale lors d’une réunion à la maison blanche, le président américain Donald Trump qualifiait plusieurs nations africaines ainsi qu’Haïti de pays de merde. Cette déclaration fait la Une de l’actualité en Haïti comme à l’extérieure. Les réseaux sociaux s’enflamment, mais avant d’agir ou de parler avec des émotions, quelle leçon devons-nous tirer de cette déclaration et qui sont les responsables de cette merde en Haïti? 

Je suis né en 1992, depuis mon enfance j’ai toujours entendu les gens qui disent qu’Haïti était la perle des Antilles, les touristes venaient souvent. Ma mère me racontait que le couple Clinton était venu en Haïti après leur mariage pour passer une lune de miel parce que c’était obligatoire de rendre visite à Haïti. Tout ça c’est du passé. Nous sommes un peuple qui ont pris le plaisir et le temps de parler de notre passé, c’est toujours la même chose ” Haïti avait de belles plages, de belles infrastructures…”Mais la génération 90 n’a jamais eu cette chance de découvrir ces belles choses ou n’aura eu jamais cette chance de vivre ces belles choses qui existaient auparavant dans le passé haïtien.

Actuellement notre touriste c’est la MINIJUSTH. Auparavant c’était la MINUSTAH. Les vrais touristes ont presque oublié le sol haïtien, leur destination sont Santo Domingo, Cuba et autres. Nos touristes depuis un certain temps ce sont les ONG, le monsieur blanc qui fait sa loi lors des élections. C’est tout à fait normal que Trump nous insulte. Qui sont les responsables? 

Pendant mon enfance j’avais eu de la chance de pouvoir acheter un sachet de sucre Manolita coûtant seulement trois gourdes. Qui n’était pas au courant qu’un gallon d’essence coûtait 50 gourdes dans les années 2000, c’est pas moi qui va vous rappeler qu’avec 100 gourdes on pouvait manger Vant deboutonen et boire du jus naturel. En septembre 2003, j’étais dans une institution privée en classe de sixième année, le frais mensuel était seulement de 150 gourdes.

Aujourd’hui qu’est-ce qu’on peut faire avec un adoken ? Avec 100 gourdes on ne peut pas acheter un bon aleken .Nous avons un peuple affamé, quand on lui donne un billet de 1000 gourdes pour aller voter ou un morceau de pain, le peuple danse comme les voisins de Kirikou n’est pas grand quand ils voient que l’eau est revenue.Si vous n’avez pas 1000$ HT au minimum, vous ne pouvez pas acheter des produits alimentaires pour nourrir pendant environ un mois une famille de cinq personnes. Nous sommes en état de dégradation. C’est tout à fait normal que Trump nous insulte. Qui sont les responsables? 

Petite anecdote: J’avais huit ans quand Bòs Plim, un ancien “makout” me racontait que sous l’ère des Duvalier il n’y avait pas des quartiers non droit, c’était un plaisir pour lui de me dire que les voleurs étaient presque rares. Aujourd’hui vous sortez dans une banque, après quelques minutes un mèt peyi pointe un pistolet sur vous et vous dit “banm mil dola ou sot pran an”. Au cœur de la capitale se produisent souvent des actes de banditisme, notre faible institution policière n’a pas les moyens de traquer les coupables, faute de moyens technologiques. Pas vraiment de caméra de surveillance en ce plein 21è siècle. C’est tout à fait normal que Trump nous insulte. Qui sont les responsables? 

Après l’ère des Duvalier nous commençons à voter, nous votons et revotons. Parfois je me demande si on n’est pas l’unique nation au monde qui a réalisé plus d’élections de 1986 à 2016 et qui ont mis plus de dirigeants. Résultats? Nous sommes toujours sur le macadam en train de manifester fòl ale, après 30 ans rien n’est vraiment changé (combien de stade moderne nous avons, quelle hôpital de référence avons nous, pas de route moderne…) mais la vie de nos politiciens ont changé. C’est tout à fait normal que Trump nous insulte. Qui sont les responsables? 

Qui n’était pas un grand rêveur après le tremblement de terre du 12 janvier? Pensant qu’Haïti aurait pu devenir un pays que tout le monde aimerait visiter après les travaux d’infrastructures. Ils nous ont bobiné avec des projets de construction (surtout le projet quartier Solino et Soufò), ils ont créé le CIRH (comité intérimaire pour la reconstruction d’Haïti) , mais au fond ils savaient très bien que c’était du Pawòl tafya .Après huit ans, le peuple Solino est toujours dans le pétrin, ils existent toujours des familles sous des tentes. Ceux qui ont tiré profit du Goudou Goudou sont les responsables du gouvernement, les parlementaires, les amis des pouvoirs, les firmes de construction. Et le peuple dans tout ça? Le peuple est toujours dans la boue et dans la merde. C’est tout à fait normal que Trump nous insulte. Qui sont les responsables?

Nos compatriotes sont comme des papillons Saint Jean, ils volent partout dans les airs dans le but d’aller chercher un autre refuge et fuir cette douloureuse misère. Nous sommes toujours en train de supplier les américains pour un prolongement du TPS. Quelle est la solution prise par nos dirigeants pour stopper cette hémorragie? Rien. C’est tout à fait normal que Trump nous insulte. Qui sont les responsables? 

“Si Chak jou wap mande antouraj ou, dèfwa pou li baw li boude avan oubyen li fèw wont devan tout moun. Siw konn wont epa fache oubyen pouw joure men pito se endiye e di tèt ou se dènye jou poum nan mande, mwen pral kreye e chache travay poum pa parèt parazit”. C’est pour vous dire que le problème n’est pas Donald Trump. Demandez-vous pourquoi il ne traite pas la République Dominicaine, le Brésil, Taïwan et autres de merde.

Détrompez-vous chers compatriotes, Trump a de la couille il a parlé haut et fort, mais vous ne connaissez pas combien de dirigeants à travers le monde qui nous considèrent comme des merdes. La meilleure chose c’est de réfléchir et de demander à qui la faute si aujourd’hui on nous traite de merde.

1 816 vues

Continue Reading

Éphéméride

12 Janvier 2010 : Un puissant tremblement de terre frappa Haïti faisant plus de 250,000 morts

Published

on

Une femme coincé sous les décombres, En janvier 2010 | Photo Credit : The New York Times

Les éphémérides du jour : Les fêtes nationales, les anniversaires des personnalités et les événements importants, les proverbes… l’agence Juno7 vous apporte un rafraîchissement de la mémoire.

Nous sommes le Jeudi 12 Janvier 2018, 12e jour de l’année 2e semaine et 353 jours restants.


12 Janvier 1999 : Renvoi du Parlement par le Président Préval
La loi électorale de 1995 prévoyant la fin du mandat des parlementaires de la 46ième législature le 11 janvier 1999, le président Préval décida alors de dissoudre le parlement à majorité OPL, ce qui donna lieu à une crise politique.

12 Janvier 2010 : Un puissant tremblement de terre frappa Haïti faisant plus de 250,000 morts

Le palais présidentiel détruit par le séisme du 12 janvier 2010

Le séisme d’une magnitude de 7.1 sur l’échelle de Richter frappa Haïti à 4h53 PM, causant des dégâts inestimables, principalement à Port-au-Prince, Pétion-Ville, Léogâne, Jacmel. Les victimes se comptèrent par centaines de milliers. Le palais national, la cathédrale Notre-Dame de Port-au-Prince, le palais des ministères, plusieurs autres édifices importants furent détruits.


Aujourd’hui c’est l’anniversaire de : 

• Samuel Jean Baptiste

• Frecel Samuel

• Marc Plazz Serbe Sebatian

Bonne journée! N’oubliez pas de partager cette publication.

953 vues

Continue Reading

Top de la semaine

error: Content is protected !!