Connect with us

Actualités

Financement des partis politiques : 6,6 millions de gourdes par mois pour le PHTK

Published

on

Les partis politiques les plus représentatifs vont percevoir plus de 6.6 millions de gourdes par mois de l’Etat haïtien et près de 100 mille gourdes pour les moins représentatifs.

Le comité de suivi pour le financement et l’institutionnalisation des partis politiques a présenté son rapport, mercredi, au président de la république, qui l’a approuvé. Lors d’une rencontre avec la presse, ce jeudi 30 novembre 2017, les membres du comité de suivi ont fait état d’une série de 12 recommandations incluses dans son rapport.

En effet, 3 ans plus tard la loi de 2014 sur le financement et le fonctionnement des partis politiques est en voie d’application. 1 pourcent des ressources internes du budget national va être distribuer aux partis politiques ayant des élus locaux et ou des représentants au parlement.

Selon le rapport du comité de suivi, 58 partis sur près de 160 sont éligibles pour recevoir le financement, a fait savoir Mathias Pierre qui représente le parti LAPEH au comité.

Les 13 partis ayant le plus d’élus recevront entre 1 et 6.6 millions de gourdes tous les mois. Dans cette liste on retrouve en tête le PHTK avec 2173 élus. Le parti au pouvoir est suivi des partis tels que : Verite, KID, AAA, Bouclier, OPL, Fanmi Lavalas, INITE et Pitit Dessalines. C’est le RDNP qui occupe la 58e place sur grande liste avec 0 élus.

Si l’on reproche aux partis politiques d’être actifs que lors des périodes électorales, c’est en parti faute de moyens de fonctionnement. Maintenant qu’ils vont percevoir des millions de gourdes des deniers publics feront-ils mieux qu’avant ? Existent-il des mécanismes de contrôle des dépenses de cet argent ? Le comité de suivi propose la création d’une structure mixte pour assurer l’interface. Nous proposons que le CRIPP (centre pour le renforcement et l’institutionnalisation des partis politiques) soit composé de trois (3) représentants de l’Etat et quatre (4) représentants de partis politiques pour assurer l’interface, a fait savoir Mathias Pierre.

Les autres recommandations incluses dans le rapport invitent à l’amendement de la loi de 2014. Le comité souhaite, notamment, la création d’autres incitations financières. En particulier, pour assurer une plus large participation politique des femmes et le regroupement entre les partis.

Davidson SAINT FORT
davidsonsaintfort@gmail.com

6 647 vues
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Actualités

[URGENT] Incendie au «Marché Guerit» à Port-au-Prince

Published

on

Un incendie s’est déclaré dans un marché public au bas de la ville de Port-au-Prince ce dimanche 18 février.
Moins d’une semaine après l’incendie qui a ravagé le “Marché en Fer“, aujourd’hui c’est au tour d’un nouveau marché communément appelé ‘Mache Gerit” qui se situe non loin de la Douane du Port et le Parlement.

Les causes de l’incendie n’ont pas encore été élucidées.

Plus d’informations à venir …

Cet article sera mis à jour

4 926 vues

Continue Reading

Actualités

Le dossier Petrocaribe officiellement transféré à la CSC/CA

Published

on

By

L’Exécutif a finalement transmis, le vendredi 16 février 2018, le rapport de la commission sénatoriale spéciale travaillant sur les dépenses effectuées dans le cadre de la gestion du Fonds Petrocaribe à la cour supérieure des comptes et du contentieux Administratif.

Comme prévu dans la résolution adoptée par le Sénat de la République sanctionnant le rapport de la commission sénatoriale d’enquête sur la gestion des fonds Petrocaribe, L’Exécutif a publié dans le journal officiel, Le Moniteur, ladite résolution pour confier officiellement à la CSC/CA cette affaire considérée comme le plus grand scandale de corruption de l’histoire du pays.

La CSC/CA, selon ce qui est écrit dans Le Moniteur #29, se trouve désormais investie de l’impérieuse mission de faire la lumière sur les dépenses effectuées durant la période allant de septembre 2008 à septembre 2016 par les différents gouvernements qui se sont succédé dans cet intervalle, qui avaient signé près d’une vingtaine de résolutions engageant ces fonds.

 

Lionel Edouard

 

1 864 vues
Continue Reading

Actualités

DON KATO quand l’artiste populaire et le sénateur engagé ne font qu’un

Published

on

Sa méringue carnavalesque “Danse Petro” n’a pas été l’une des plus réussies (musicalement parlant) pour provoquer la liesse de ses milliers de fans au Champ de Mars. Pourtant Don Kato a su trouvé une bonne formule pour sortir du lot et se faire remarquer aux festivités carnavalesques de 2018

Le chanteur vedette de Brothers posse a encore joué sur le registre politique et les émotions pour tirer son épingle du jeu. Connu comme éternel rival du régime Tèt kale, le Sénateur Antonio Chéramy alias Don Kato n’a pas fait la différence entre son statut d’artiste et celui de sénateur. A dessein, il les a confondu en un seul personnage pour faire passer son message et s’attirer la sympathie d’un bonne part du public surtout celle qui ne porte pas PHTK dans son coeur. Le DON KATO des festivités carnavalesques de 2018 était en meme temps l’artiste populaire et le sénateur engagé. Ils ne faisaient qu’un.

Son désir assidu de se mettre en face du parti PHTK, et de Michel Joseph Martelly, l’a probablement porté a négliger la qualité de production de sa méringue. Danse Petro, titre de sa production pour la saison carnavalesque de 2018, s’inspire de l’affaire PetroCaribe qui fait la une de l’actualité. Selon un rapport d’une commission sénatoriale, controversé dans l’opinion publique, ces fonds auraient été dilapidés par les gouvernements successifs de ses dernières années. De ce fait, Parmi ses combats au parlement, kato a fait de Petro Caribe une priorité.

Dans sa meringue, Don Kato exprime sa solidarité au peuple des oppressés. Pour les défendre, il n’a pas hésité à en appeler à l’emprisonnement de ceux et celles qu’il estime coupables de ces détournement de fonds. Tout au long du parcours carnavalesque, corde en main, Kato et ses fans et/ou partisans ont voulu mettre les “ voleurs anba kòd”. L’ambiance a souvent pris la tournure d’une manifestation. Plus que sa meringue (plutôt ordinaire), c’est donc le message politique qui a eu du succès.

Toujours sur le même registre politique, autre carte importante jouée par Don Kato : celle du soutien à l’égard des victimes de la catastrophe du marché Hyppolite. Il fut l’un des rares artistes à s’abstenir de performer le troisième jour en guise d’acte de soutien. Un coup de maître pensent certains. Politique ou sensibilité, il faut l’avouer, il a su faire ce que le comité incompétent du carnaval de 2018 n’a pas su faire : Prioriser le prioritaire!

 

1 657 vues
Continue Reading
Advertisement

Suivez-nous sur Twitter

Top de la semaine

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :