Connect with us

Société

Carnaval 2018 : Le groupe BGOJ parle à Monsieur l’État

Published

on

Carnaval 2018 : Le groupe BGOJ parle à Monsieur l'État 28
Barbancourt

Cette année le carnaval national va se dérouler à Port-Au-Prince du dimanche 11 au mardi 13 février 2018 sous le thème “Ayiti sou wout chanjman”. Le carnaval est un moment de plaisir pour certains et un moment pour faire passer le message pour d’autres, mais c’est aussi un moment opportun pour que des jeunes groupes musicaux tentent de se confirmer. Le groupe BGOJ a saisi l’occasion et s’est présenté cette année au carnaval avec un joli meringue titré TAKS qui est très facile à chanter et bon à entendre. 

BGOJ est un jeune groupe musical du Canapé-Vert (Morne Sainte Marie), le groupe a dans son sein cinq chanteurs qui répondent aux noms de Bouklack, Nasty, Diarous, MR Louis et Berbens. Depuis leur enfance, ils aimaient le mouvement “Rap Kreyòl” , c’est-ce qui les ont poussé à créer le groupe. Un groupe qui aujourd’hui devient très populaire dans la localité de Sainte Marie à Canapé-Vert. Cette année les chanteurs ont décidé de participer au carnaval avec un meringue très social intitulé Taks .

Taks, un mot qui était sur toutes les lèvres de la population pendant les derniers mois. Qui a oublié toutes les frustrations que le budget de la république avait suscité? À tort ou à raison la population avait critiqué le gouvernement sur le nouveau budget de l’exercice fiscal 2017-2018. Résultat? Le budget a été voté par les deux branches du parlement, et aujourd’hui BGOJ vient avec sa meringue pour parler à Monsieur l’État.

Selon les musiciens, c’est le bon moment pour eux, à travers le carnaval de rappeler à l’état haïtien qu’il exige aux citoyens de payer des taxes (qui est tout à fait normal pour le développement d’un pays), mais en retour ils attendent beaucoup de la part des dirigeants. Selon le meringue, si la population paie ses impôts, en retour il doit avoir de l’électricité, les enfants devraient avoir une meilleure éducation, il faut qu’il y ait de l’infrastructure routière, les professeurs doivent avoir leur salaire à temps …

Actimed

Dans un pays où les gens exigent toujours des comptes à nos dirigeants pour savoir où sont passées les taxes qu’ils paient à la DGI, à travers ce carnaval que le Beat maker Aspen Monney a produit, BGOJ n’est pas passé par quatre chemins pour faire des exigences à l’état haïtien. Avec un joli refrain facile à chanter et à capter, le groupe a parlé

“Yo mande pou n peye taks san pa gen lajan, kounya lè n fin peye taks nap tann edikasyon. Yo mande pou n peye taks san pa gen lajan, kounya lè n fin peye taks nap tann sante ,kouran. Pou n gen elektrisite, manje ak sekirite, bati inivèsite, lopital pou n ka jwenn sante. “

À rappeler que BGOJ est un groupe à tendance Rap Kreyòl, le mot BGOJ signifie BriGad Ofisyèl Jenès la. La sortie du vidéo est pour bientôt. On paie les taxes, on doit exiger des services de la part de l’état qui est en mauvaise état.

Cliquez ICI  pour écouter et télécharger le carnaval.

[views]

Nissan

John F. Moreau (PDG | juno7) - Jinaud Augustin (ADM, Redacteur en Chef) - Jusner JEAN-PIERRE CPAH, (Economiste) - Lunick Revange (Redacteur) Pierre Emmanuella Tanis (Rédactrice) - Ody Bien-Eugène (Photographe) - Patrick Edouarzin TCHOOKO (Caricaturiste), Chrisnette Saint Georges (Présentatrice) Jean Herntz Antilus (Rédacteur)

Advertisement
Click to comment
Advertisement

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner

Join 992,257 other subscribers

Archives