Connect with us

Cinéma

Cinéma: “Je m’en souviens”, le dernier né du fameux réalisateur haïtien Robenson Lauvince qui ambitionne de conquérir le monde

Published

on

Cinéma: "Je m'en souviens", le dernier né du fameux réalisateur haïtien Robenson Lauvince qui ambitionne de conquérir le monde 30
le réalisateur haïtien, Robenson Lauvince
Jac
Après son dernier film à succès international”Married Men”,le jeune réalisateur haïtien, Robenson Lauvince ayant à son actif plus de six long-métrages, dans son rêve de révolutionner le cinéma haïtien, se plaît de proposer aux cinéphiles cette année un nouveau chef-d’oeuvre baptisé “Je m’en souviens”.

Ce long métrage décrit l’histoire tragique d’une haïtienne vivant au Canada depuis l’âge de six ans, loin de sa terre, de sa mère et de son père. Le confort que lui procurait son pays d’accueil et sa belle petite famille, ne pouvait combler ce vide immense qu’elle gardait dans son fort intérieur au fil des années. Après maintes réflexions, elle a décidé de revenir à l’alma mater pour se reconnecter avec son origine, s’immerger dans l’amour des parents afin de rattraper le temps perdu. Une fois arrivée, elle est tombée sur une mauvaise vérité. Amère à avaler, cette vérité terrifiante et inattendue l’a effondrée au point même de la pousser à envisager l’impensable. Elle s’appelle Taïsha, et elle est malheureuse.

Mettant en vedette des acteurs qui ont déjà fait leurs preuves dans le 7e art dont Junior Rigolo, Philippe Saint-Louis, Kako Bourjoly, Samuel Daméus, Naïka Souffrant, Nana Saint-Eloy et Graphy Jules, cette histoire intrigante et passionnante, empreinte d’amour, de mensonge, de trahison et d’injustice a tout pour émerveiller même les plus exigeants.

“Je m’en souviens” est tourné dans plusieurs pays dont Haïti, Mexique, Jamaïque et Sénégal. Le choix de ce pays africain, la terre des nègres transportés de l’Île de Gorée vers l’Île de Saint-Domingue lors de la période coloniale, a été envisagé pour mettre en symbiose les talents des acteurs haïtiens et ceux de leurs frères Sénégalais en vue d’une collaboration inédite, selon Robenson Lauvince qui parle d’une expérience magique et inspirante.

“Je m’en souviens est mis à l’écran pour allumer le projecteur sur des réalités quotidiennes haïtiennes. Il est tiré de notre folklore. Il parle de nous, de notre forme de vie et des expériences que des gens issus de deux classes sociales différentes sont parfois appelés à connaître. Je pense que chaque haïtien doit prendre son temps pour découvrir cette histoire et en faire sa propre conclusion”, poursuit-il.

Nissan

Le film sortira cet été même. La grande première est prévue le 6 juillet 2019 au CANAL Olympia au Sénégal. Le 20 juillet, ce sera en Haïti à l’hôtel Karibe Convention Center et le 17 août, “Je m’en souviens” sera à l’affiche pour la toute première fois aux États-Unis, à Miami au Lyric Theater.

Cinéma: "Je m'en souviens", le dernier né du fameux réalisateur haïtien Robenson Lauvince qui ambitionne de conquérir le monde 31Qui est l’homme qui parle à travers l’histoire de ce film?

Robenson Lauvince dit Roby, est un jeune réalisateur haïtien dans la trentaine, qui fait du cinéma le poul de son cœur, l’accordant amour, temps et passion. Il a étudié le film making et la technique de pharmacie. Ce jeune réalisateur aux talents multiples évolue depuis plusieurs années aux États-Unis d’Amérique, là où il a fondé sa propre compagnie de production dénommée “Clearshot Entertainment” ayant produit VICTIME DE LA VIE QUOTIDIENNE, LES TALENTS DE LA RUE. LANMOU ENTÈDI, LOVE TRIANGLE, DÉSOLÉ, MERRIED MEN et JE M’EN SOUVIENS, les sept réalisations personnelles de Roby.

Alez_728

Rédacteur à l'agence de presse en ligne Juno7 depuis 2017. Marié, Juriste et étudiant en Diplomatie, je crois en une presse utile.

Advertisement

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner

Join 999,322 other subscribers

Archives