Connect with us

Venezuela

Crise au Venezuela: Maduro remobilise ses troupes, Guaido appelle à la grève générale

Published

on

Crise au Venezuela: Maduro remobilise ses troupes, Guaido appelle à la grève générale 31
Innee Beauty Parlour
326 views

Le président Nicolas Maduro, sourit en marchant aux côtés du ministre vénézuélien de la Défense et du commandant des opérations stratégiques des Forces armées nationales bolivariennes, à Caracas, le 2 mai.

Nicolas Maduro a pris la parole entouré de soldats. Le président du Venezuela Nicolas Marudo est apparu ce jeudi 2 mai à la télévision pour dénoncer « les traîtres » et « les putschistes », qu’il a promis de punir, au lendemain de la tentative ratée de soulèvement menée par l’opposition. Juan Guaido ne se décourage pourtant pas, il appelle à la grève générale et à la poursuite de la mobilisation alors que les affrontements ont fait de nouvelles victimes. Deux opposants anti-Maduro ont été tués ce jour même ce qui porte à 4 le nombre de morts parmi les opposants. Pour l’instant ce sont surtout les étudiants qui sont dans la rue.

Une centaine d’étudiants de l’Université centrale du Venezuela à Caracas ont manifesté dans la rue ce jeudi, avec pour objectif de rejoindre l’avenue Los Ilustres.

Les manifestants ont prévu une marche pacifique en soutien à Juan Guaido, mais aussi pour dénoncer la répression policière qui a eu lieu mardi et mercredi à Caracas et ailleurs dans le pays.

Difficile d’avoir des chiffres exacts, mais on compte, une centaine de blessés, dont la moitié touchée par des balles de chevrotine, selon l’Observatoire vénézuélien des conflits sociaux. Au moins 4 personnes sont tuées par balle par la Garde nationale bolivarienne. Tous de jeunes gens : un manifestant de 27 ans, un étudiant de 24 ans, un adolescent de 14 ans.

Actimed

Il faut se souvenir qu’en 2014 le mouvement de contestation à l’encontre de Nicolas Maduro avait débuté dans les universités, qu’il y avait eu beaucoup de victimes, énormément de détenus, dont certains sont encore en prison aujourd’hui.
Le président américain Donald Trump a appelé ce jeudi à la fin de la « répression brutale » et aveugle.
Les chefs de la diplomatie américaine et russe vont se retrouver la semaine prochaine en Finlande pour parler du Venezuela.

Maduro remobilise ses troupes.
Le discours prononcé par le président Nicolas Maduro ce jeudi matin devant son armée est un moyen de montrer qu’il en est toujours le chef, deux jours après le soulèvement de quelques militaires qui ont rejoint Juan Guaido. Ce qui a provoqué deux jours de violences dans le pays. Une manière aussi d’envoyer un message à tous ceux qui oseraient le trahir au profit de l’opposition.

Nicolas Maduro appelle l’armée à « combattre tous les putschistes ». Selon lui, le soulèvement du 30 avril est une tentative de coup d’État dirigé par Juan Guaido et l’opposant Leopoldo Lopez. Il assure qu’elle a lamentablement échoué et qu’il n’hésitera pas à punir tous les « traîtres » impliqués dans l’opération.

D’où l’intérêt de s’exprimer devant des milliers de soldats : envoyer le message à son pays et au monde entier que l’armée est toujours avec lui. Il était entouré du ministre de la Défense, Vladimir Padrino, et de tout le haut commandement militaire qui lui a une nouvelle fois réitéré son soutien.
Le président vénézuélien a appelé les soldats à se tenir prêts à toute éventualité. En particulier « aux menaces interventionnistes de l’empire américain ».

Selon Nicolas Maduro, il est évident que derrière Juan Guaido, ce sont les États-Unis qui sont à l’œuvre pour déstabiliser le pays et justifier une intervention militaire.
De son côté, Juan Guaido continue de revendiquer un soutien massif au sein des forces armées. Pourtant on ne sait toujours pas combien de militaires l’ont rejoint mardi, s’il ne s’agit pas de simples soldats. Ce qui ne devrait pas suffire à inquiéter Nicolas Maduro.

Source: RFI

Innee Beauty Parlour

John F. Moreau (PDG | juno7) - Jinaud Augustin (ADM, Redacteur en Chef) - Jusner JEAN-PIERRE CPAH, (Economiste) - Lunick Revange (Redacteur) Pierre Emmanuella Tanis (Rédactrice) - Ody Bien-Eugène (Photographe) - Patrick Edouarzin TCHOOKO (Caricaturiste), Chrisnette Saint Georges (Présentatrice) Jean Herntz Antilus (Rédacteur)

Advertisement
Click to comment
Advertisement

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner

Join 989,050 other subscribers

Archives