Connect with us

Économie

Enomy Germain livre ses analyses sur la Western Union qui menace de fermer ses portes

Published

on

Enomy Germain livre ses analyses sur la Western Union qui menace de fermer ses portes
Lait Bongu

Enomy Germain livre ses analyses sur la Western Union qui menace de fermer ses portes et aussi sur le taux de change au temps de la pandémie du Covid-19.

La Western Union, qui représente 40% du marché des transferts en Haïti, menace de fermer ses portes, pour non paiement de transfert en devises étrangères dans les maisons de transfert. Ceux qui reçoivent les transferts d’argent sans contrepartie en Haïti se sont plaints ces derniers jours de n’avoir pas pu récupérer leur transfert en dollars.

“Même en temps normal, les maisons de transfert avaient tendance à ne pas respecter la circulaire de la Banque République d’Haïti relative au paiement des transferts.

MG Motors 720

Cette circulaire, renouvelée en mai 2019, fait injonction aux maisons de transfert de payer les transferts dans la monnaie dans laquelle ils ont été envoyés”, a fait savoir l’économiste Enomy Germain.

Il rappelle que ces maisons de transfert ont fonctionné pour la plupart du temps en dehors de cette norme établie pour le secteur. C’est pourquoi la Western Union menace de se retirer sur le marché haïtien parce qu’elle est liée aux normes internationales .

Mis à part ce désordre que les maisons de transfert ont entretenu, aujourd’hui elles sont confrontées à un réel problème de disponibilité de dollars en Haïti en raison de la pandémie du Covid-19. ” À cause de l’arrêt du secteur du transport aérien, les avions transportant le dollar en cash ne viennent plus dans le pays”, a précisé l’économiste Enomy Germain dans une interview accordée à Juno7.

Il souligne au passage que les maisons de transfert ont cette mauvaise tendance à livrer le transfert en gourdes pour stocker le dollar et causer du coup du tort au client en calculant le montant à un taux de change fixé par elles-mêmes et qui est inférieur au taux pratiqué sur le marché.

Les explications sur la dégringolade de la gourde

A la question, pourquoi cette dépréciation accélérée de la gourde à un moment où les importations sont pratiquement gelées? L’économiste Enomy Germain explique qu’en période de récession on aurait dû arriver à une stabilisation au niveau du taux de change, si on considère la loi de l’offre et de la demande pour le dollars. La baisse des importations devrait en ce sens favoriser la stabilisation, mais ce n’est pas le cas. Le problème c’est que l’offre de dollars baisse aussi.

L’économiste détaille : ” En mars 2020, les transferts d’argent qui sont une grande source de rentrée de dollars pour le pays ont baissé de presque 20 millions de dollars américains, soit 8,17 % par rapport à l’année dernière (mars 2019). Autre source de rentrée de devises étrangères dans le pays ce sont les exportations d’Haïti. Elles rapportent en moyenne à l’économie 87 millions de dollars américains par mois. Le secteur de la sous-traitance qui représente 90 % de nos exportations a été à l’arrêt à cause de la pandémie du covid-19.

Enfin le tourisme qui a rapporté annuellement entre 2014 et 2018 près de 400 millions de dollars est à genoux”, a détaillé l’économiste Enomy Germain qui fait remarquer que les dons et les prêts ne sont non plus au rendez-vous globalement. Comme toutes ces sources ne répondent pas en ces temps de Covid-19, l’offre a baissé. La baisse des importations ne saurait donc favoriser la stabilisation du taux tant souhaité.

Advertisements

John F. Moreau (PDG) - Jinaud Augustin (ADM, Redacteur en Chef) - Jusner JEAN-PIERRE CPAH, (Economiste) - Lunick Revange (Redacteur) Pierre Emmanuella Tanis (Rédactrice) - Ody Bien-Eugène (Photographe) - Patrick Edouarzin TCHOOKO (Caricaturiste), Chrisnette Saint Georges (Météorologiste)

Advertisement

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner

Join 967,007 other subscribers

Commentaires

Archives

Advertisements

On en Parle