Connect with us

Éditorial

Force restera toujours à la loi

Published

on

Force restera toujours à la loi 28
MG300

Des bandits armés ont pendant longtemps pris en otage des habitants des quartiers populaires de la région métropolitaine de Port-au-Prince et de certaines villes de province où ils tuent à volonté, violent, imposent leur loi. Tout le monde s’en plaint, même ceux et celles qui ont la charge de mener la barque du pays.

Depuis une semaine, la Police Nationale d’Haïti, la seule force légale habilitée à mener des actions armées sur tout le territoire nationale semble avoir trouvé la motivation qu’il faut, la volonté nécessaire et surtout des moyens, si peu soient-ils, pour traquer les bandits lourdement armés dans leurs fiefs.

Le 29 avril dans la soirée, le chef de gang Sony Jean alias Tije, qui sur les ondes de plusieurs medias vociférait ses forfaits, vantait la puissance de sa bande, est tué comme ses nombreuses victimes par balles, loin de ses pénates à Delmas 83, d’autres membres du groupe sont arrêtés dans leur base. La seule différence, les balles qui ont tué le caïd de Savane Pistache, le protégé, dit-on de certaines autorités, sont légales.

Cette motivation et cette détermination ont poussé la PNH à dépêcher de braves agents jusque dans les hauteurs de Savane Pistache pour dénicher des armes et munitions appartenant au gang de Tije. Certains de ses lieutenants qui avaient pris la fuite ont été arrêtés à Cornillon, à Jérémie. Des familles, des propriétaires d’écoles, des pasteurs qui ont du fuir Carrefour-Feuilles à cause des violences armées commencent à y retourner. La vie reprend dans ce quartier, qui pendant des années a été une zone de non-droit.

MG300

La Police Nationale, en dépit de ses faibles moyens, peut s’enorgueillir d’avoir démantelé l’un des plus importants gangs armés opérant dans la région métropolitaine de Port-au-Prince. Force est restée à la loi. La Police Nationale a eu le dessus sur le hors-la-loi Sony Jean alias Tije et ses lieutenants.

Cependant si on se réfère aux dernières révélations de la commission nationale de désarmement, démantèlement et réinsertion selon lesquelles elle a déjà répertorié 76 gangs armés à travers le pays, l’institution policière a encore du pain sur la planche. Les bandits armés qui posent des conditions pour déposer les armes ne vont pas chômer, ils vont continuer à exercer leur métier de tuer, violer, voler… Et de fait ils ont tué récemment à Carrefour, Ridchy Cayo, ce jeune cadre bien formé de l’administration publique, aux Gonaïves, Philippe Jean, un entrepreneur d’une quarantaine d’année pour ne citer que ces deux là.

La Police Nationale, qui depuis la neutralisation de Tije et l’arrestation de plusieurs de ses lieutenants, commence à regagner la confiance de la population, ne doit pas baisser les bras. Force doit rester à la loi.

Une police forte, efficace, dotée de grands moyens, peut faire bouger les lignes au niveau de l’appareil judiciaire. L’écrivain et homme politique Français, Maurice Barrès n’a-t-il pas dit : «  Où manque la force, le droit disparait ; où apparait la force, le droit commence de rayonner ».

Les couches saines de la société, celles qui croient encore que le développement du pays passe par le renforcement des institutions, par une justice  indépendante, attendent que la Police Nationale d’Haïti, la seule force publique légale et fonctionnelle, donne le ton, fasse bouger les lignes en mettant à l’épreuve le système judiciaire dysfonctionnel et corrompu.

MRP

MG300

John F. Moreau (PDG | juno7) - Jinaud Augustin (ADM, Redacteur en Chef) - Jusner JEAN-PIERRE CPAH, (Economiste) - Lunick Revange (Redacteur) Pierre Emmanuella Tanis (Rédactrice) - Ody Bien-Eugène (Photographe) - Patrick Edouarzin TCHOOKO (Caricaturiste), Chrisnette Saint Georges (Présentatrice) Jean Herntz Antilus (Rédacteur)

Advertisement
Click to comment
Advertisement

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner

Join 993,136 other subscribers

Archives