You dont have javascript enabled! Please download Google Chrome!
Publicités
Connect with us

Culture

Haïti-Culture : cimetière de Port-au-Prince, haut lieu des « guédés » [Reportage]

Published

on

Beaucoup d’haïtiens se sont rendus au cimetière de Port-au-Prince, ce jeudi 1er novembre 2018, à l’occasion de la Toussaint. Condamnés à vivre avec leur tradition, des adeptes de la religion « vodou » sont venus célébrer les « guédés » en invoquant la clémence pour leurs morts, et surtout, le soutien pour les vivants.

Il est 11h 35. Pèlerins, chauffeurs de taxi-moto, marchandes de plats chauds et fritures, entre autres, se côtoient à l’entrée principale du cimetière de Port-au-Prince, situé à la rue de l’enterrement.

Devant l’entrée, c’est le rituel consacré à la salutation des « guédés ». Ici femmes et hommes s’agitent et se pressent pour franchir la barrière donnant accès au cimetière. Sur une tombe, une dizaine d’individus dont des femmes et des enfants.

Nous sommes plutôt dans un cimetière sale. Les tombes éventrées, des ossements de cadavres et des flaques d’eau boueuses un peu partout.

Plus au fond, dans un coin, des vodouisants allument des bougies noires et blanches, autour desquelles ils se tournent en versant des libations de rhum en fredonnant des refrains comme pour éclairer leur passage.

Autour de la tombe représentant « Baron Samedi », le maître du lieu, règne une bonne ambiance. Dévotion, prières et autres sont parmi les pratiques des adeptes qui viennent manifester leur foi.

Certains avancent qu’ils viennent pour « liminen », d’autres pour adresser leurs demandes à Baron Samedi et « Grann Brigitte » les deux premiers ̶ homme et femme ̶enterrés dans ce lieu culte.

À un jet de pierre de nous, une vieille, d’environ 70 ans, entre en transe. Elle s’adonne à des pratiques mystiques diverses. La tête enroulée d’un mouchoir violet, la septuagénaire tourne autour d’un « poto » en exécutant des tours de rein.

Le visage barbouillé de poudre blanche, la bouteille à eau pimentée et le bâton en main, le guédé s’adresse à l’assistance. Et le langage qu’il utilise s’apparente à des connotations sexuelles très vulgaires.

Cette année, pour le déroulement de la manifestation des guédés au grand cimetière de Port-au-Prince les couleurs mauve, blanc et violet embellissent le décor.

En Haïti, la fête des « guédés » commémorée le 1er et le 2 novembre, marque la manifestation religieuse des vodouisants.

Les appellations des guédés sont multiples : ce sont, pour la plupart Baron Samedi, Grann Brigitte, Baron Cimetière, Baron Kriminèl, Guédé Nibo, Guédé Fouillé, Guédé Loraj, Papa Guédé, Guédé Ti-Malice, Guédé Plumage, Brave Guédé et Guédé Zareyen. Le Guédé Nibo est reconnu comme étant le protecteur des morts vivants.

Publicités
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Advertisement

Commentaires

Publicités

Archives

Publicités

On en Parle

error: Alert: Content is protected !!