You dont have javascript enabled! Please download Google Chrome!
Connect with us

Politique

Haïti-Fête de l’indépendance:  » l’entente nationale est plus qu’une nécessité », dixit Jovenel Moïse

Published

on

Haïti a célébré ce mardi 1er janvier 2019 les 215 ans de la proclamation de son indépendance. Aux Gonaïves, haut lieu de cette célébration, après le Tedeum traditionnel, la délégation comme à l’accoutumée, s’est dirigée vers la place d’armes où s’est massée une foule immense pour écouter les discours officiels.

Des représentants des trois pouvoirs de l’État ont pris part à cette cérémonie solennelle dont le chef du gouvernement Jean Henry Céant et ses ministres,les présidents des deux branches du pouvoir législatif , Joseph Lambert et Gary Bodeau, le president de la cour de cessation, Jules Cantave, des membres du corps diplomatique, du haut commandement de la PNH dont le DG Michel-Ange Gédéon.

Cette année, le président Jovenel Moïse n’a pas été long. Dans son message, il a mis l’emphase sur la nécessité d’aboutir à une vraie entente nationale entre les fils et filles de la patrie, à l’instar des héros de la liberté en vue de sortir le pays du bourbier du sous développement.

« Étalant les différents maux qui handicapent l’avancement d’Haïti depuis des lustres dont l’instabilité, le chômage, la misère, le manque d’infrastructures et l’insécurité, Jovenel Moïse pense qu’il est aujourd’hui un impératif pour les enfants du pays de se mettre ensemble afin de jouer leur partition comme l’ont fait les pères fondateurs de la nation face aux forces colonisatrices.

« Notre pays ne peut se permettre d’être la référence en matière d’instabilité. Nous avons marqué l’histoire et nous devons encore garder notre place. Nous devons construire une Haïti à la hauteur de notre histoire », a lancé le chef de l’État dans la cité de l’indépendance ce mardi ajoutant que l’entente nationale est une urgente nécessité et qu’il faut à tout prix emprunter cette voix en retrouvant la même détermination des ancêtres face au fléau de la division.

Ce nouvel an, 2019, » doit être une année décisive, une année de dialogue constructif pour la nation », a annoncé le chef de l’État dans son discours.

« C’est l’année où nous devons réaliser des élections libres, où le parlement devra statuer sur l’amendement de la constitution, où nous devons lutter contre la misère et redresser la barque nationale pour que chaque haïtien puisse vivre dignement si tel est sa volonté », a-t-il poursuivi d’un ton ferme.

Jovenel Moïse pense qu’il faut laisser tomber la rancune, source d’instabilité, en vue d’attirer des investissements, lutter contre l’impunité et oser de questionner la façon dont les richesses du pays sont réparties.

Pour sa part, le premier citoyen de la ville des Gonaives, Neil Latortue, étalant les problèmes et les besoins de la ville reconnaît que les attentes de la population ne sont pas totalement comblées jusque-là. Pour lui, s’il y a échec dans la gestion de l’État, il est collectif mais la solution repose sur le dos du président. Comme Jovenel Moïse, il estime que la situation du pays nécessite un dialogue franc . “Il faut aussi développer une culture de reddition de comptes de la gestion de la chose publique”, a-t-il déclaré.

Publicités
1 Comment

1 Comment

  1. Gui charles Saint Julien

    2 janvier 2019 at 07:41

    C’ est de féliciter au président les points tracés envue de solucioner les graves difficultés que affrontent Haïti dont le principal est lutter contre l’ insinsécurité,conddicion essncielle pour atteindre le chemin du progrès.un élément primordial consiste en la conciliation nationale.L’ union fait la force.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Advertisement

Commentaires

Publicités

Archives

Publicités

On en Parle

error: Alert: Content is protected !!