Connect with us

Actualités

Haïti–Gouvernance : le rapport du Comité de Pilotage des États Généraux Sectoriels de la Nation est remis au chef de l’Etat

Published

on

Haïti–Gouvernance : le rapport du Comité de Pilotage des États Généraux Sectoriels de la Nation est remis au chef de l’Etat 30
Nissan

Jeudi 16 mai 2019, un an après le lancement officiel des travaux de la commission chargée de Piloter les États Généraux Sectoriels de la Nation, créée par arrêté présidentiel et installée en mars 2018 , le rapport est acheminé au Palais national.

La commission a remis à la presse un rapport détaillé de plus de 300 pages constituant un résumé de ses rencontres tant nationales qu’internationales avec des leaders de plus de 600 groupes organisés.

Dans son travail, la commission a catégorisé trois formes de gouvernance qui selon les témoignages des participants constituent un handicap au développement d’Haïti.  Elles sont d’ordre politique, économique et socioculturel.

L’Objectif général du document  est double:

bongu j7

1-    fournir une vue d’ensemble des obstacles associés au conflit de modèles socioculturels sur l’échec du processus de modernisation du pays initié depuis les années 1980-2000;

2-    permettre au gouvernement d’Haïti de mieux cibler ses interventions en matière de gouvernance politique, économique et socioculturelle.

Pour le volet politique, trois obstacles sont retenus. La constitution de 1987, l’absence de mécanismes transparents de financement des activités politiques ainsi que les partis, et enfin le non-respect des règles de l’alternance politique menant directement à la problématique des élections en Haïti.

Selon ce même document, le secteur économique est marqué par quatre obstacles : le problème  de monopole qui favorise une économie de comptoir ;l’absence de moyen de financement pour les petites et moyennes entreprises, la quasi inexistence de crédit; le manque d’accès aux circuits de distributions formels- un frein pour la production national par rapport aux importations- enfin, la perte de maîtrise de la gestion des douanes par l’État.

En ce qui a trait au secteur socioculturel, la commission retient le système éducatif inégalitaire, le non accès à la santé et le problème de l’identité et de l’intégration sociale comme principaux obstacles.

A partir des leçons tirées des travaux réalisés dans le cadre de ces Etats Généraux, en tenant compte de la conjoncture, quelques recommandations sont retenues.

D’abord pour le secteur politique : l’amendement de la constitution, l’instauration d’un régime présidentiel avec un système législatif monocaméral comprenant la suppression du Sénat, l’efficacité et la fiabilité du système électoral;

Pour l’économie : assurer une intégration efficace d’Haïti au sein du système de production et d’échange mondialisé, trouver un consensus pour l’exploitation des ressources minières et énergétiques d’Haïti;

S’agissant du volet socioculturel : renforcer le processus de construction du citoyen haïtien, renforcer le système d’enseignement, insérer la culture locale dans le monde économique constituent les recommandations.

Le comité de pilotage a déjà remis ce document au chef de l’Etat ; Jovenel  Moïse depuis le 22 avril.

Alez_728

Rédacteur à l'agence de presse en ligne Juno7 depuis 2017. Marié, Juriste et étudiant en Diplomatie, je crois en une presse utile.

Advertisement
Click to comment
Advertisement

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner

Join 999,553 other subscribers

Archives