Connect with us

Culture

Haïti – Culture : Greench et Mimetik Nèg, se servent du Slam et du Rap pour cracher leur « FRUSTRATION »

Published

on

Ce jeudi 30 août 2018, dans un tube, les rappeur-slameurs Greench et Mimetik Nèg partagent au monde leur frustration. Voulant ne pas engloutir dans le silence des peuples marginalisés et le bruit du clientélisme onusien, ces jeunes aux doubles talents pèsent là où ça fait mal avec leur chanson. Aussi, s’adressent-ils de manière limpide aux grands manitous d’Haïti. Et pour ce faire, les artistes utilisent des mots et des portraits sonores pour mieux d’écrire les maux d’Haïti.

La chanson commence à peine, déjà, le rappeur-slameur Greench, pointe du doigt les « patrons mafieux du monde » en dénonçant le favoritisme existant au sein de l’Organisation des Nations Unies (ONU)  « Pendant qu’on crève dans l’organisation des nations punies ».

« Après chaque massacre national ils ont toujours un alibi. Puis, dans les médias ils prononcent des mots de traîtres », se prend-t-il aux grands leaders du monde, avant de continuer.

« J’ai fini par remarquer que la souffrance est un langage qu’on parle depuis longtemps. »

Pour sa part, le rappeur- slameur,  » Mimetik Nèg  » comme dans une guerre de mots n’a pris aucune pincette pour bombarder les riches qui, selon lui, sont les fossoyeurs des pauvres :  » Dans les ghettos on souffre mille maux, se lamente-t-il. Nous, les pauvres… les riches ne nous aiment pas.  »

Il poursuit son raid en s’adressant à ceux qu’il considère comme les responsables de ses maux :  » Dites-leur que je me bats contre moi même « , s’afflige le jeune slameur.

Reprenant la barre, Greench dresse un tableau sombre de ce monde :  » Rien n’est assuré… La vue, la vie, l’avenir. Même les sourires sur nos lèvres sont hachurés », s’indigne-t-il.

Comme pour dire au monde que la langue n’est pas mécanique, l’originaire de Solino passe du français au créole :  » Y a pas d’haïtien en colère qui ne parle pas créole, mentionne-t-il. Mwen, m santi m endinye paske m tande twòp koze kremòl. Yo di se sèl anndan geto a ki bay bandi. Yo di y ap vin ede n epoutan se plis tan an di… Se sa k fè menm m souriyan, men mizik mwen bay dan di.  »

 » Frustration « , Branle-bas de combat de deux jeunes rappeur-slameurs face à la noirceur de la vie de tous ceux vivant les ghettos d’Haïti.

Lu 310 fois

Publicités
Click to comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Advertisement

Commentaires

Publicités

Archives

Publicités

On en Parle

error: Alert: Content is protected !!