Connect with us

Actualités

Haïti-Insécurité: les autorités politiques ne protègent pas la Police Nationale d’Haïti, déplore Pierre Espérance

Published

on

Haïti-Insécurité: les autorités politiques ne protègent pas la Police Nationale d'Haïti, déplore Pierre Espérance 28
le Directeur Exécutif du RNDDH, Pierre Espérance | (photo crédit: APR)
Jac

Réagissant aux problèmes auxquels est confrontée l’institution policière, le Directeur Exécutif du Réseau National de Défense des Droits-Humains, Pierre Espérance, dit tout haut ce que beaucoup parlent tout bas.

“La police Nationale est elle aussi en insécurité. Les politiques n’ont pas leurs intérêts dans le bon fonctionnement de l’institution. Elle est livrée à elle même et le budget alloué à la PNH en dit long et c’est un fait exprès”, s’indigne Pierre Espérance.

“Dans le budget 2018-2019, l’état a disposé plus d’un milliard de gourdes pour le volet surveillance. 86 millions 777 mille gourdes pour le service de renseignement tous les mois. De ce montant, seulement 2 millions sont alloués par mois à la police; et le pire cette somme n’est pas versée régulièrement”, souligne Pierre Espérance qui précise que le Ministère de l’Intérieur à lui seul reçoit 266 millions. Un scandale, de l’avis du défenseur des Droits-Humains.

“D’où un problème de moyens qui empêche la PNH d’être efficace malgré sa bonne volonté. Elle est reléguée au second plan par les autorités politiques alors qu’elle est l’élément central dans la sécurité du pays”, argumente Pierre Espérance.

Parallèlement, le Directeur Exécutif du RNDDH croit que les policiers sont les premières victimes de l’insécurité. “Arrêter un bandit et le voir dans les rues le jour suivant après une intervention d’un politique, est le plus grand danger qu’encourt les policiers qui vivent parfois dans les mêmes quartiers que les bandits qu’ils ont eux-mêmes arrêtés”, regrette Pierre Espérance.

Barbancourt

Alors que la Police Nationale d’Haïti via la Direction Centrale de la Police Judiciaire est responsable des renseignements généraux et criminels du pays , le pouvoir politique la traite en parent pauvre. Les grands manitous de la politique privent la PNH des moyens économiques nécessaires pour faire son travail, piétinent ses efforts visant à mettre hors d’état de nuire les bandits en exposant aussi les policiers à la précarité et à l’insécurité, dénonce Pierre Espérance dans une entrevue accordée à la rédaction de Juno7.

bongu j7

John F. Moreau (PDG | juno7) - Jinaud Augustin (ADM, Redacteur en Chef) - Jusner JEAN-PIERRE CPAH, (Economiste) - Lunick Revange (Redacteur) Pierre Emmanuella Tanis (Rédactrice) - Ody Bien-Eugène (Photographe) - Patrick Edouarzin TCHOOKO (Caricaturiste), Chrisnette Saint Georges (Présentatrice) Jean Herntz Antilus (Rédacteur)

Advertisement
Click to comment
Advertisement

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner

Join 993,552 other subscribers

Archives