Connect with us

Actualités

Haïti-Justice: du 18 décembre 2018 à date, Paul Éronce Villard parle de 242 dossiers dûment traités au Parquet de Port-au-Prince

Published

on

Haïti-Justice: du 18 décembre 2018 à date, Paul Éronce Villard parle de 242 dossiers dûment traités au Parquet de Port-au-Prince 28
Le commissaire du gouvernement, Paul Éronce Villard. (photo archive)
Jac

Le commissaire du gouvernement près le tribunal de première instance de Port-au-Prince, Paul Éronce Villard a présenté ce mercredi 6 mars, le bilan des réalisations du parquet pour ces deux derniers mois.

“242, c’est le nombre de dossiers traités au niveau du Parquet de Port-au-Prince au cours de la période allant du 18 décembre à date”, affirme fièrement le Commissaire Villard qui met l’accent sur une culture de résultat nouvellement initiée au Parquet grâce à un quota prédéfini de dossiers à traiter chaque mois.

“Cela sert d’incitation aux substituts leur permettant de travailler davantage. C’est aussi pour moi une motivation de plus dont le but ultime est de donner des résultats tous les mois”, déclare Paul Eronce Villard.

Pour le mois de février, le parquet a signé 67 réquisitoires définitifs permettant aux juges de trancher sur des dossiers. 28 actes d’accusation ont été délivrés.

Toujours pour le mois de février, le parquet qui a reçu 73 dossiers en a transféré 36 au cabinet d’instruction et acheminé 10 autres au correctionnel.

MG300

S’agissant du 8 mars, date consacrée à l’échelle internationale pour honorer la lutte menée par les femmes, le parquet de Port-au-Prince entend organiser des sièges correctionnels spéciaux, uniquement pour les femmes avec des juges, greffiers, commissaires majoritairement des femmes.

“Une stratégie qui ne vise pas à libérer des criminelles, mais des femmes dans le cadre de notre lutte contre la détention préventive prolongée”, précise le commissaire du gouvernement près le tribunal de première instance de Port-au-Prince, Paul Eronce Villard.

Réagissant également au transfert spectaculaire des 7 étrangers arrêtés le 17 février et transférés vers les États-Unis environ 72 heures après leur arrestation, le commissaire du gouvernement près le tribunal de première instance se lave les mains et décline toute responsabilité en ce qui a concerne le traitement de ce dossier qui selon lui a été soumis à l’appréciation du juge d’instruction Osner Petit-papa pour les suites légales.

Actimed_728
Advertisement

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner

Join 992,823 other subscribers

Archives