You dont have javascript enabled! Please download Google Chrome!
Publicités
Connect with us

Actualités

Haïti-Sécurité : contre vents et marées, le CSPN déterminée à garantir la sécurité de la population

Published

on

Comme prévu, la séance tant attendue du mardi 4 décembre a effectivement eu lieu. 23 sénateurs ont pris part à cette séance au cours de laquelle, la population s’attendait à avoir sans langue de bois, les noms des officiels qui seraient de connivence avec les groupes de gangs.

Environ 10 heures de débats. Des échanges bruyants. Les intérêts politiques de certains ont primé sur leur appréciation de la question de la sécurité. Les nerfs étaient vifs.

D’autres ont quand même fait preuve de lucidité. Avec des prises de parole teintées de retenues et de clairvoyance, le président du Conseil Supérieur de la Police Nationale s’en est sorti sans froisser ni protéger aucun groupe politique.

Si presque tous les sénateurs présents à cette séance estiment que la montagne a accouché d’une souris compte tenu des nombreuses attentes, le chef du CSPN lui, Jean Henry Céant, l’a trouvé enrichissante.

Contrairement à ce qu’il avait promis, le sénateur Joseph Lambert, le président du Sénat qui devait dévoiler le nom du parlementaire qui était venu récupérer dans une voiture immatriculée officielle, le caïd de « Village de Dieu », Arnel Joseph, lors d’une filature à Martissant, a préféré envoyer la balle dans le camp du directeur général de la PNH, Michel-Ange Gédéon. Ce dernier, grâce à sa perspicacité, a esquivé la question, rappelant que son statut ne lui permet pas de confirmer aucune information qu’il n’a lui-même vérifié.

Pour étayer sa thèse, il est revenu sur les événements malheureux survenus aux Cayes au cours desquels une voiture du sénateur Jean Renel Sénatus faisait à tort, l’objet d’une alerte lors des recherches du sénateur Guy Philippe. « La Police a dû s’excuser auprès du sénateur », regrette-t-il.  » Et c’est pourquoi la police avait évité de fouiller la voiture immatriculée OF 00090 ou OF 00098 qui était venue chercher Arnel Joseph à Martissant le mois dernier lors d’une opération policière « , a-t-il soutenu. Ainsi, le commandant en chef de la PNH n’a ni confirmé ni infirmé si la voiture en question était celle du député de la 3e circonscription de Port-au-Prince, Printemps Bélizaire, cité par le président Lambert.

Insatisfait de la réponse du DG, le sénateur Jean Renel Sénatus a pété un câble. Sur la base d’un rapport, il a demandé au DG s’il avait effectivement envoyé une délégation de la Police Communautaire négocier avec Arnel? Une question qui a, apparemment étonné le chef de la Police qui a catégoriquement démenti ces rumeurs.

D’un autre côté, Michel-Ange Gédéon a promis de mettre à nouveau la main au collet de Arnel Joseph dans un avenir pas trop lointain, précisant que la question de la sécurité aujourd’hui ne dépend pas uniquement de la Police Nationale d’Haïti.

La position du directeur général de la PNH concernant les révélations sur le propriétaire de la voiture qui est entrée dans le périmètre de sécurité pour faciliter le déplacement du présumé chef de gang, Armel Joseph, a été aussi celle du président du Conseil Supérieur de la Police Nationale, Jean Henry Céant qui a dit craindre la destruction de toute volonté visant à aboutir à un vrai dialogue entre tous les secteurs de la vie nationale.

En conclusion, Joseph Lambert qui a salué les efforts de la PNH surtout en cette période de trouble, a rappelé que son combat contre les bandits ne s’arrêtera que dans sa tombe.  » il est inacceptable que des bandits prennent la population en otage. Il doivent être traqués comme des bêtes sauvages jusqu’à leurs derniers embranchements, a-t-il ajouté ».

Publicités
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Advertisement

Commentaires

Publicités

Archives

Publicités

On en Parle

error: Alert: Content is protected !!