Connect with us

Hi, what are you looking for?

Actualités

Youri Latortue propose à Michel-Ange Gédéon de réduire de 50% l’effectif des policiers affectés à la sécurité des autorités

Dans l’objectif de faire face à l’insécurité qui prévaut dans le pays depuis plusieurs mois, le sénateur Youri Latortue a fait un ensemble de propositions au directeur général de la police.

Dans une correspondance en date du 29 avril adressée à Michel-Ange Gédéon, l’élu de l’Artibonite a dressé en trois grands axes et 12 points les différentes recommandations qui, selon lui, permettront à la police de « mettre sous les verrous les bandits des rues comme ceux du pouvoir ».

Ainsi invite-t-il, dans ce qu’il appelle les mesures administratives et logistiques, à réduire de 50% l’effectif des policiers affectés à la sécurité rapprochée des autorités étatiques afin d’augmenter l’effectif disponible pour sécuriser la population ; de redéfinir la carte opérationnelle de la Police, d’identifier, révoquer et procéder à l’arrestation des agents impliqués dans des activités de gang ; assurer le paiement sans retard et en priorité des obligations dues aux policiers, et l’exécution de tous les bénéfices qui leur ont été promis.

À travers les mesures opérationnelles et renseignements, Youri Latortue recommande, entre autres, au DG de la police de s’assurer que les opérations soient coordonnées, programmées et exécutées sous l’égide du Haut-état major de la PNH ; d’établir des « barrages filtrants » de police dans toutes les zones instables du pays afin d’empêcher les attaques sporadiques, sans pour autant nuire au fonctionnement quotidien des citoyens ; de soumettre tout véhicule, au besoin et sans exception pour les plaques officielles, étatiques ou « Palais national », à des fouilles opérationnelles en respectant les prescrits professionnels en la matière.

Le parlementaire propose également d’adopter des mesures de contrôle des armes en circulation. Il invite, en ce sens, le patron de l’institution policière à « demander à tous ceux qui possèdent une arme à feu à la déclarer à la police pour être légalisée. Passé le délai octroyé, la police, accompagnée d’un juge de paix, sera dans l’obligation de mener des perquisitions chez toute personne dans le respect de la loi ». La police doit également identifier et désarmer tous les groupes armés attachés à divers corps du Gouvernement, particulièrement le MICT et la Secrétairerie d’Etat à la Sécurité publique.

Written By

John F. Moreau (PDG | juno7) - Jinaud Augustin (ADM, Redacteur en Chef) - Jusner JEAN-PIERRE CPAH, (Economiste) - Lunick Revange (Redacteur) Pierre Emmanuella Tanis (Rédactrice) - Ody Bien-Eugène (Photographe) - Patrick Edouarzin TCHOOKO (Caricaturiste), Chrisnette Saint Georges (Présentatrice)

Plus de contenu

Insécurité

Kidnapin: Nan yon nòt pou laprès ki pote siyati konsèy administrasyon Asosiyasyon Famasyen Dayiti yo, estrikti sa di l kondane avèk fòs monte ensekirite...

Insécurité

Libération des deux fonctionnaires de la Cour des comptes, l’institution dénonce l’insécurité qui sévit dans le pays. La Cour supérieure des Comptes et du...

Insécurité

Jodi madi 20 avril la fè 10 jou depi anpil relijye ak pè toujou twouve yo nan men baz 400 Mawozo ki te kidnape...

Actualités

Insécurité : des associations patronales du secteur privé demandent aux entreprises de fermer leur porte le jeudi 15 avril. Après un long silence, les...