Connect with us

Société

Haïti-Viols collectifs sur des étudiantes: une marche pacifique pour dénoncer l’impunité et une pratique barbare

Published

on

Haïti News - Actualité - Politique - Culture - Sport - Juno7
MG300

La marche pacifique de ce dimanche à l’initiative des étudiants de l’université Quiskeya pour exprimer leur colère par rapport à la pratique sauvage initiée ces derniers temps par des individus qui prennent le malin plaisir de violer des étudiantes à leur sortie de leur institution de formation, a été une réussite totale. Une activité symbolique en ce jour consacré à la tête des mères en Haïti.

Des organisations de femmes, d’étudiants, de jeunes, syndicats et des personnalités de la société civile dont , ROA , SOFA, NÈGÈS MAWON ont marché dans les rues ce dimanche pour dire non aux viols, dénoncer les violeurs et à ce système d’impunité qui les protège.

Pascal Solage, militante féministe a craché sa colère par rapport à ce phénomène. Parallèlement, elle responsabilise l’État haïtien qui selon ses dires, doit empêcher que des bandits continuent de violer des femmes et des filles en toute impunité.

Cette marche est l’expression de la colère des étudiants et étudiantes des universités Quiskeya et de port-au-prince à la suite de la publication du témoignage d’une jeune étudiante qui a été violé à sa sortie de l’université Quisqueya à la rue Mont Joli il y a plus d’une semaine.

Yvenson Acené, étudiant en Droit à l’université Quisqueya dit digérer mal qu’un homme puisse se sentir à l’aise pour violer une femme. “La marche d’aujourd’hui est un mouvement citoyen pour dire non aux agressions sexuelles et aux viols collectifs sur les femmes dans notre société”, lance-t-il.

Jac

Barbancourt

Rédacteur à l'agence de presse en ligne Juno7 depuis 2017. Marié, Juriste et étudiant en Diplomatie, je crois en une presse utile.

Advertisement
Click to comment
Advertisement

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner

Join 992,823 other subscribers

Archives