You dont have javascript enabled! Please download Google Chrome!
Publicités
Connect with us

Société

Hommage à Manno Charlemagne, la voix de la liberté !

Published

on

Manno s’en va, et sa voix continue de rebondir dans ma tête. Cette voix qui chante dans le tourment d’une société en ébullition, annonçant la fin de la dictature et l’avènement d’une démocratie bafouée, souillée et mesurée. Jamais la voix d’un artiste n’a autant marqué les luttes sociales en Haïti. C’est la voix de la mobilisation, de la conscience, de l’engagement et du révolté. Cette voix vêtue de la couleur de la vie plane sur le temps. Elle ne peut ni s’éteindre ni s’enfouir dans les méandres des souvenirs populaires.

Sur les cordes de sa guitare coulent à flots les notes de la « supranégritude ». Des mots qui bercent, font frémir et caresser la liberté sur la terre de la liberté. Sa voix a transpercé l’ombre de nos malheurs et est devenue le chant spirituel des opprimés, des oubliés d’un système qui assassine l’espoir et efface les souvenirs des épopées de jadis dans la mémoire collective. Elle s’affirme devant les regards livides des dominés et déchire ces mélopées mélancoliques qui cachent l’angoisse coutumière de certains dans le processus d’affirmation de notre « haïtiannité ».

Au bout de sa fructueuse fatigue, Manno aura réveillé l’humain à son humanité. Sa musique a défait les mirages dressés en épitaphe dans les nécropoles de l’oubli d’une histoire glorieuse, pour camper la vraie réalité sur les ruines du désespoir pathétique des bourreaux nostalgiques. Cette apologie de la lutte des classes comme moyen pour construire le bonheur en projet collectif devient dans le verbe de l’homme, la principale force de libération d’un peuple prisonnier des discours messianiques du néolibéralisme triomphant.

Sa musique est un droit d’honneur à l’État et aux élites encore colonisées, ces collabos qui participent à la réification de l’homme haïtien dans le grand projet de mondialisation des puissants. La voix de Manno aura été une grande barrière contre la dépersonnalisation et le bovarysme envahissant des années 80 et 90 installés comme outil de différenciation et d’infériorisation de la masse.

lire la suite 👉🏾  ici

LionelEdouardPhotographiesociale

 

Lu 669 fois

Publicités
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Advertisement

Commentaires

Publicités

Archives

Publicités

On en Parle

error: Alert: Content is protected !!