Connect with us

Société

Hope on a String, l’organisation qui fournit les bonnes pratiques musicales à Arcahaie depuis dix ans

Published

on

Hope on a String, l’organisation qui fournit les bonnes pratiques musicales à Arcahaie depuis dix ans 28
bongu j7

Dis ans depuis que Hope on a String, une organisation non gouvernementale américaine, opère à Arcahaie, y fournit les bonnes pratiques musicales pour sauver des jeunes de la délinquance et des adultes de l’oisiveté.

En effet, Hope on a String est essentiellement basée à Arcahaie où elle détient et pilote un centre culturel qui offre des programmes de musique, de danse et de théâtre à la communauté archeloise.

Près de 800 personnes, en moyenne, reçoivent à chaque session des cours de musique et de danse au centre culturel. Ces personnes sont issues de diverses villes du pays.

L’objectif premier de Hope on a String est de mettre ensemble les gens, les réunir dans une perspective d’avenir en commun. «Et la musique est l’un de ces créneaux à utiliser si on veut la réussite d’un grand nombre d’Haïtiens », indique Lara Berry, directrice de partenariat à Hope on a String.

À quelques jours des festivités de 18 mai, Hope on a String se frotte déjà les mains. C’est l’organisation, grâce à son groupe Kiltilo, qui pilotera les danses folkloriques et les comédies musicales auxquelles est habitué le public chaque 18 mai, à l’occasion de la fête du drapeau, à Arcahaie.

Actimed

Kiltilo est en fait l’expression parfaite des bonnes graines semées par Hope on a String à Arcahaie. Le groupe Kiltilo, réunit les meilleurs étudiants du centre culturel, produit des comédies musicales et autres spectacles. Il a d’ailleurs à son actif plusieurs comédies musicales qui tiennent compte des problèmes réels du pays.

Hope on a String étend également ses actions dans les écoles, afin de pouvoir toucher plus de gens, pour avoir un impact beaucoup plus large sur toute la communauté. 20 écoles, situées à Arcahaie, Cabaret et Montrouis, reçoivent des cours de musique et de danse [hip-hop, danse contemporaine et folklore]. Tous les enseignants sont Haïtiens.

Que ce soit au centre culturel ou pour les cours offerts dans les écoles, tout est gratuit, a expliqué Lara Berry.

Jac

John F. Moreau (PDG | juno7) - Jinaud Augustin (ADM, Redacteur en Chef) - Jusner JEAN-PIERRE CPAH, (Economiste) - Lunick Revange (Redacteur) Pierre Emmanuella Tanis (Rédactrice) - Ody Bien-Eugène (Photographe) - Patrick Edouarzin TCHOOKO (Caricaturiste), Chrisnette Saint Georges (Présentatrice) Jean Herntz Antilus (Rédacteur)

Advertisement
Click to comment
Advertisement

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner

Join 992,426 other subscribers

Archives