Connect with us

Actualités

« Il fallait 85 gourdes pour se procurer un dollar ce 30 janvier », dixit Anthony Bennett alias Ti Tony

Published

on

S’il fallait 64 gourdes pour obtenir un dollar en janvier 2018, 82 gourdes était nécessaire pour obtenir ce même dollar ce 30 janvier 2019. Du moins, c’est ce que l’on croit car c’est le taux affiché par les banques. En effet, le taux réel serait plus élevé, à en croire l’homme d’affaires Anthony Bennett qui intervenait ce 30 janvier à l’émission Matin Débat.

Il fallait donc 85 gourdes pour se procurer un dollar mercredi chez les cambistes, selon ses propos. Dénonçant ces taux arbitraires, Ti Tony a même défié celui ou celle qui peut prouver le contraire de le démentir.

Des déclarations qui, si elles s’avèreraient fondées, ne feraient que prouver l’absence d’autorité de régularisation monétaire dans le pays et laissent présager le pire. La fermeture provisoire, ce 30 janvier, d’une vingtaine de magasins à Jacmel à cause de la dégringolade la gourde corrobore cette hypothèse.

Pour sa part, Anthony Bennett se dit inquiet et n’écarte pas la possibilité de fermer les portes de ses entreprises dans les prochains jours. Il ne cache pas non plus l’idée de se diriger vers d’autres cieux. « Je prévois un tsunami économique pour le pays si rien n’est fait » a-t-il lâché. S’il ne veut pas être un oiseau de mauvaise augure, l’homme d’affaires n’écarte pas la possibilité d’un éclatement social. Il dénonce l’insouciance et le mutisme complices des responsables qui ne font rien pour changer la donne.

« Pendant qu’on se déhanche tous les dimanches au carnaval, la panique continue et la situation s’empire. Car aucun signal d’un changement de la situation n’est donné » déplore-t-il.

La dévaluation accélérée de la gourde depuis lors cause une hausse des prix des produits sur le marché local. En témoigne le prix d’un sac de riz qui passe de 1085 à 1450 gourdes en un an chez Marché Ti Tony alors que le prix de ce produit est actuellement en baisse sur le marché international. Selon l’homme d’affaires, le prix d’un sac de riz est de 17 dollars américains alors qu’elle se vendait à 26 dollars en 2008, année de la triste émeute de la faim en Haïti.

Comme solution, Ti Tony invite les autorités étatiques à empêcher que n’importe quel quidam se transforme en cambiste en régularisant le système de change. Ils doivent aussi œuvrer pour une certaine stabilité politique. Car, dit-il, tout est question de perception.

Publicités
Click to comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Advertisement

Commentaires

Publicités

Archives

Publicités

On en Parle

error: Alert: Content is protected !!