Connect with us

Hi, what are you looking for?

Insécurité

Insécurité: les États-Unis déconseillent leurs ressortissants de voyager en Haïti

Insécurité:les États-Unis déconseillent leurs ressortissants de voyager en Haïti

Insécurité: les États-Unis déconseillent  leurs ressortissants de voyager en Haïti en raison des enlèvements, de la criminalité, des troubles civils et du COVID-19.

En Haïti la tension monte d’un cran. Les cas d’enlèvement et d’assassinats sont légions. Récemment, soit le dimanche 11 avril 2021, des membres du gang armé 400 mawozo, ont enlevé sept religieux ainsi que sept personnes qui les accompagnaient. Témoins de la gravité de la situation, les Etats Unis déconseillent leurs ressortissants de voyager en Haiti.

Dans une Note rendue publique le 12 avril 2021, les États-Unis  résument la situation  du pays comme suit : “les enlèvements sont très répandus et les victimes incluent régulièrement des citoyens américains. Les kidnappeurs peuvent utiliser une planification sophistiquée ou profiter d’opportunités imprévues, et même des convois ont été attaqués. Les cas d’enlèvement impliquent souvent la négociation d’une rançon et les victimes, des citoyens américains, ont été physiquement blessés lors des enlèvements. Les familles des victimes ont payé des milliers de dollars pour sauver les membres de leur famille.”

Juno7 Pub

Les crimes violents, tels que les vols à main armée et les détournements de voiture, sont courants. Les voyageurs sont parfois suivis et violemment attaqués et dévalisés peu après avoir quitté l’aéroport international de Port-au-Prince. Les voleurs et les carjackers s’attaquent également aux véhicules privés coincés dans les embouteillages et ciblent souvent les conducteurs isolés, en particulier les femmes. En conséquence, l’ambassade des États-Unis demande à son personnel d’utiliser les transports officiels pour se rendre à l’aéroport et en revenir.

Les protestations, les manifestations, les incendies de pneus et les barrages routiers sont fréquents, imprévisibles et peuvent devenir violents. Le gouvernement américain est extrêmement limité dans sa capacité à fournir des services d’urgence aux citoyens américains en Haïti – l’assistance sur place n’est disponible que par les autorités locales (police nationale haïtienne et services ambulanciers). La police locale ne dispose généralement pas des ressources nécessaires pour répondre efficacement aux incidents criminels graves.

Par conséquent, les Etats- Unis déconseillent au personnel de leur gouvernement de se promener à pied dans les rues de Port-au-Prince et dans d’autres quartiers. “Seuls les membres adultes de la famille âgés de plus de 18 ans sont autorisés à accompagner les employés du gouvernement américain affectés à l’ambassade des États-Unis à Port-au-Prince.”

En savoir plus:

Un nouveau président à la tête du Réseau National des Médias en ligne

Diplômée en sciences juridiques, finissante en Psychologie, commis-comptable. Coordonnatrice de ACIDDUH ( Association des citoyens pour le développement durable en Haïti) . J'aime la nature, la vie et les gens. Je suis encore cette fillette curieuse qui a envie de tout savoir et qui n'a pas peur de prendre des risques. Tout ce que mon esprit peut concevoir et croire, il peut le réaliser.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus de contenu

Sécurité

Les États-Unis renouvellent leur intention d’aider la PNH dans la lutte anti-gang et pour la sécurité nationale. La police nationale, dans un communiqué de...

Actualités

Les États-Unis continuent d’appeler au dialogue inclusif en vue de l’organisation des élections législatives et présidentielles dès que possible. La Maison Blanche et l’ambassade...

Actualités

Etats-Unis: plusieurs organisations haïtiennes marcheront le 18 mai pour dire non à l’ingérence américaine dans la politique haïtienne A l’initiative de plusieurs organisations dont...

Monde

Une nouvelle fusillade de masse aux Etats-Unis: au moins 8 morts recensés par les autorités sans compter le tireur. Une nouvelle fusillade de masse...