You dont have javascript enabled! Please download Google Chrome!
Publicités
Connect with us

Culture

Jean Gardy Clervil tente le pari de révolutionner la mouvance du RAP en Haïti

Published

on

Il s’appelle Jean Gardy Clervil de son nom d’artiste  » Pakamò », taquineur pour les intimes qui fréquentent l’espace universitaire, notamment la faculté d’ethnologie à Port-au-Prince. Pas un mouvement de revendication qui n’a pas eu son support. Le dernier cas consiste la levée de bouclier contre le doyen Jean Yves Blot qui a roulé sa voiture sur l’étudiant Jhon Roc Gourgueder. Depuis lors, les projecteurs sont braqués sur chaque action que pose Jean Gardy Clervil.

Du haut de ses 21 ans, le natif de la Gonâve se veut un symbole dans la lutte pour une société équitable. D’ailleurs « Pakamò » un surnom qui incarne sa motivation dans la bataille sans merci pour la justice sociale, l’égalité pour tous, et la fin des disparités économiques.
« Ces valeurs doivent rester à l’infini, avec ma plume je me sers de porte-étendard pour écrire à l’encre indélébile les déboires d’une société haïtienne qui plonge dans l’agonie et une léthargie sans précédent », lâche avec émotion à la voix, le rappeur Jean Gardy Clervil.

À travers sa musique, il se donne pour mission de dénoncer, un système anti-peuple qui, selon lui, favorise l’exploitation d’une classe de la population au détriment d’une autre.

Ses débuts dans le rap
En 2012, il fît son entrée dans le monde du rap à l’âge de 16 ans. Il était à l’époque en classe de seconde. Il évoluait dans un groupe du quartier « True Squad ». Quelques années plus tard, sous contrainte familiale il a dû abandonner son premier groupe et prendre une grande pause dans sa carrière.
« Vous savez, les familles haïtiennes ont de tendance à voir de mauvais œil le RAP en Haïti, tout jeune j’abandonne cette carrière pour continuer mes études scolaires » avoue le jeune rappeur.

Dans les années 2013, la mouvance rap battait son plein au niveau des espaces facultaires de l’UEH. Jean Gardy Clervil prenait gout et a repris son talent d’avant.

Jean Gardy Clervil apporte « REVOLISYON »
Un opus qui comporte cinq (5) morceaux : Listwa, Kale je n’, Rebèl, BouLeBlan (Boujwa Leta Blan), UEH-info.
« Travay sa kontribye nan angajman m pran poum reveye konsyans sitwayen yo, nan lide pou sòti nan somèy la » souligne Jean Gardy Clervil.

L’agence Juno7 vous conseille de découvrir ce talent qui prône le réveil collectif et la ‘’ REVOLISYON ’’.

Lu 2 222 fois

Publicités
Advertisement
Click to comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Advertisement

Commentaires

Publicités

Archives

Publicités

On en Parle

error: Alert: Content is protected !!