Connect with us

Actualités

Laurent Lamothe discrédite le rapport Petro Caribe

Published

on

L’ancien premier ministre Laurent Salvador Lamothe a présenté ce mardi 27 novembre à l’Hôtel Royal Oasis, une conférence de presse où il a pris le soin de se défendre contre les fausses accusations du rapport Petro Caribe.

Laurent Lamothe qualifie le rapport de complot et de machination politique et c’est pour cette raison qu’il a pris l’initiative de mettre à nu la vérité.

 

Il a dénoncé les nombreuses modifications portées au rapport qui contenait au départ un total de 656 pages, réduit à 647 en l’espace de trois jours dont de nombreux indices ont été extraites. Il a attiré l’attention sur le refus de signature du rapport par le premier secrétaire Louis Onondieu remplacé par le sénateur Nenel Cassy membre de la plateforme politique Fanmi Lavalas à l’instar de son confrère Evalière Beauplan chargé de conduire la commission.

Il a d’ailleurs jugé scandaleux le rapport dont la rédaction a été confiée à deux sénateurs de l’opposition. Il a expliqué l’intention à la base du rapport via un bref historique sur les différentes actions diffamatoires portées contre sa personne par le passé, à savoir la commission de Youri et d’Arnel Bélizaire ainsi qu’une accusation prétextant que lui et le président Martelly aurait tué le juge Joseph qui selon les expertises est mort de cause naturelle. Il a fait la transition en précisant que le complot est permanent et que le laboratoire ne chôme pas.

Laurent Lamothe s’est principalement accentué sur les quatre différents points du rapport lui concernant. Il précise que le rapport est truffé de fausses informations et de fautes, un total de 44. C’est donc une preuve que le rapport n’a même pas été lu.

La route de Cerca Carvajal – 13 kilomètres au lieu de 17 kilomètres

Le premier point diffamatoire a été établi sur la route de Cerca Carvajal dont les preuves apportées par M. Lamothe précisent qu’elle mesure officiellement 13 kilomètres tandis que le rapport a fait mention de 17 kilomètres et prétend que le contrat n’a honoré les travaux que sur 10.5 km seulement. Le rapport accuse l’ancien premier ministre d’utiliser à ses dépens les fonds des 6.5 km inexistants.

En outre M. Lamothe a justifié tous les fonds dans un document qu’il a présenté à la presse, précisément les 2,7 millions d’avenant pour les 2 kilomètres supplémentaires contrairement au 12, 7 million dont le rapport a fait mention. En réalité la firme aurait fournir 16 kilomètres de route au lieu des 13+2 kilomètres formels, car elle a fait don d’un kilomètre sous demande du député de la ville M. Arodon, dont les travaux ont été effectués à travers la ville.

La route Lafito – surfacturation

Laurent Lamothe a parlé d’une surfacturation imaginaire, car cette accusation ne se base sur aucune évaluation scientifique et ils ont effectué une comparaison sur une erreur de calcul à savoir le cout des travaux de la route Petite Rivière de Nippes – Petit Trou de Nippes, mesurant 31 km pour un total de 36, 945,789.30 dollars. La projection moyenne s’estime à 1,2 million par kilomètres contrairement aux 995 mille dollars dont le rapport en a fait mention. Le revenu des travaux de cette route est d’ailleurs indéterminable car les travaux ne sont réalisés qu’à 40%, la référence est donc sans aucune valeur.

Le marché Fontamara

Le rapport a parlé d’un avancement de 51% contre 30% des travaux réalisés, le document présenté par Laurent Lamothe a précisé qu’en décembre 2012, un versement de 4, 102,879.88 dollars sur les 15, 647,900 dollars, donc 25,47% seulement. Le rapport est basé sur le cumul des versements du projet or, au second versement en avril 2015, le premier Ministre avait déjà démissionné. Il a aussi établi une comparaison avec le marché en Fer qui n’a ni port, ni parking, ni chambre froide contrairement au marché de poisson de Fontamara, et il a couté 19, 000,000 dollars. Il a même fait mention de la dette 6,6 million de dollars, du gouvernement pour la firme sur ce même projet.

2% acompte provisionnel

Cette accusation n’a épargné aucun des ordonnateurs/utilisateurs des fonds Petro Caribe. Elle s’est basé sur l’article 76 de la loi des finances. Toutefois, elle a fait surface suite à un problème de connaissance voir d’ignorance des procédures de décaissement que M. Lamothe a d’ailleurs clairement expliqué.

Le document de monsieur Lamothe prouve que tous les prélèvements ont été effectués par la Banque de la République d’Haïti (BRH).

Laurent Lamothe qui a servi titre de premier sous le gouvernement de Michel J. Martelly entre le 16 mai 2012 et le 14 décembre 2014, s’est vanté de quatre audits positifs de la Cours Supérieure des Comptes.

Il trouve que le rapport est une honte et un scandale pour ce qu’on qualifie de rapport du siècle, c’est une vendetta politique. Il est allé jusqu’à ironiser le rapport et le traite de rapport des plus grands mensonges du siècle. Il ne s’est pas seulement lavé des accusations il a fait le point sur de nombreuses autres irrégularités du rapport.

 

 

Lu 18 399 fois

 

Publicités
Advertisement

Commentaires

Publicités

Archives

Publicités

On en Parle

error: Alert: Content is protected !!