Connect with us

Politique

Lettre ouverte du Président de la chambre des députés, l’honorable député Gary Bodeau au Président de la République sur l’urgence de l’heure de nommer un nouveau Premier ministre

Published

on

Le président de la chambre des députés, l’honorable Gary Bodeau, dans une correspondance adressée au chef de l’Etat, a pris le soin de lui étaler ses nombreuses inquiétudes par rapport à la lenteur constatée dans le processus de désignation du nouveau chef de gouvernement.

Pour le député de Delmas, la période de l’expédition des affaires courantes a beaucoup trop duré alors que la situation précaire de la majorité, engendrée par la réalité socio-économique globale du pays continue de s’aggraver.

 » Trois semaines, c’est déjà trop: l’attente a atteint les limites de la patience » a-t-il écrit au président de la république, Jovenel Moïse, qui lui, avait pris, il y a plus de deux semaines, l’engagement de désigner rapidement le remplaçant de Jack Guy Lafontant afin de permettre au pays de continuer à fonctionner normalement.

Sans langue de bois, toujours dans cette même correspondance, le numéro 1 de la chambre basse suggère à Jovenel Moïse d’accélérer le processus de designation d’un Premier ministre qui va devoir constituer un nouveau gouvernement en vue de régénérer l’espoir tout en ramenant la paix et la sérénité des les rues.


Son excellence Jovenel Moise
Président de la République
En ses Bureaux.-

Monsieur le Président,

Depuis les événements déplorables des 6, 7 et 8 juillet 2018, la Nation haïtienne, dans toutes ses composantes, attend des mesures percutantes de redressement dans le sens d’une amélioration des conditions de vie du plus grand nombre.

De telles mesures qui seraient aptes à apaiser les frustrations et satisfaire les légitimes revendications populaires ne sont point de l’apanage d’un gouvernement démissionnaire, astreint à la routine de la liquidation des affaires courantes tandis que la rentrée des classes arrive à toute allure.

Tout retard dans la mise en place d’une nouvelle équipe gouvernementale ne peut se solder que par un approfondissement des frustrations et l’exacerbation des acrimonies sociales et politiques, dangereuses pour la stabilité. La communauté nationale tout entière languit depuis trois (3) semaines dans l’expectative anxieuse du dénouement de cette crise qui n’a que trop durer.

Trois semaines, c’est deja trop : l’attente a atteint les limites de la patience. Aussi, en ma qualité de Président de la Chambre des Députés, co-dépositaire de la Souveraineté nationale,Monsieur le Président,voudrais-je vous suggérer patriotiquement d’accélérer le processus de désignation du choix d’un Premier ministre et de mise en place d’un gouvernement afin de régénérer l’espoir et de ramener la sérénité et la paix durable dans nos rues.
-fin-


Lu 2 847 fois

Publicités
Advertisement

Commentaires

Publicités

Archives

Publicités

On en Parle

error: Alert: Content is protected !!