Connect with us

Actualités

Nomination des juges à la Cour de Cassation : l’OPC regrette l’absence des femmes

Published

on

Après la nomination par le président de la République de six juges à la plus haute instance judiciaire du pays, les prises de position saluant une telle initiative ont suivi.

C’est le cas de l’Office de la Protection du Citoyen (OPC) qui, à travers une note de presse en date du 4 février, applaudit la nomination et la prestation de serment de ces juges à ladite Cour.

Si pour l’OPC, une telle démarche constitue un pas important vers le renforcement des institutions, l’absence de femmes dans ce processus demeure regrettable, violant du coup l’article 17-1 de la Constitution amendée. « Le principe du quota d’au moins 30% de femmes est reconnu à tous les niveaux de la vie nationale, notamment dans les services publics » rappelle la note de l’OPC pour justifier sa position.

En ce sens, l’OPC dit espérer que les autorités prendront les dispositions nécessaires en vue de garantir la participation effective des femmes dans toutes les espaces de décision.

Signalons que le Réseau National de Défense des Droits Humains (RNDDH) avait également salué ces nominations. Une initiative qui a respecté les normes constitutionnelles, selon le RNDDH. L’organisme de défense des droits humains avait, par ailleurs, déploré l’absence des femmes dans le processus.

Rappelons que le Chef de l’État avait, par un arrêté présidentiel en date du 1er février 2019 , nommé ces personnalités en vue de combler les postes vacants à la Cour de Cassation. Un processus lancé depuis 2015 par le Sénat de la République en vertu de l’article 175 de la Constitution de 1987.

Publicités
Click to comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Advertisement

Commentaires

Publicités

Archives

Publicités

On en Parle

error: Alert: Content is protected !!