You dont have javascript enabled! Please download Google Chrome!
Publicités
Connect with us

Actualités

Préoccupé par la conjoncture actuelle du pays, le RDNP appelle le pouvoir exécutif à prendre des dispositions pour redresser la barre

Published

on

Le secrétaire général du RDNP, Éric Jean-Baptiste

Le Rassemblement des Démocrates Nationaux Progressistes (RDNP), dans une note de presse, se dit consterné de constater que certains fils du pays, par leurs actions rétrogrades, continuent d’empirer la situation de leurs compatriotes.

« Le sang coule et nos monuments, lorsqu’ils ne sont pas profanés, sont abandonnés » déplore le RDNP.

« Depuis plus de dix ans, les fêtes nationales, qui devraient servir d’occasion pour faire l’unité, servent de prétexte à des politiciens à ériger deux camps » poursuit la note.

Concernant la reddition de compte sur l’utilisation douteuse des fonds PetroCaribe qu’exigent les citoyens, le RDNP estime qu’une telle initiative aussi juste soit-elle pourrait échouer. Et ce en raison de la récupération politicienne du mouvement prônant la pratique « ôte-toi que je m’y mette ».

Tout en sympathisant avec les victimes et leurs familles, le parti d’Éric Jean Baptiste condamne les actes de violences et l’insécurité qui affectent le pays depuis quelque temps.

Alors que les bandits font la pluie et le beau temps, certains en profitent pour fermer les portes des écoles, « Haïti agonise », déplore le RDNP.

Si le pays se dirige tout droit vers une guerre civile, il n’est pas trop tard pour changer de direction, estime le RDNP. C’est dans cette optique que cette organisation politique, qui dit être prêt pour aider le pays à sortir de la crise, fait plusieurs propositions à l’administration de Jovenel Moïse.

Le RDNP recommande le lancement immédiat du procès Petrocaribe. Il exige aussi que la justice gèle les avoirs de ceux dont les noms sont cités dans le dossier Petrocaribe, que la justice les interdit de quitter le pays et de recourir à l’aide d’Interpol et d’autres instances internationales afin de retracer et récupérer les avoirs transférés à l’étranger.

D’autres ont rapport à la réduction du train de vie de l’État, la lutte contre la contrebande et la pénalisation de l’évasion fiscale, à l’élargissement de l’assiette fiscale, la mise en place d’un système d’appui à la production nationale, à la création d’emploi, au dialogue entre les différents secteurs de la vie nationale, entre autres.

Publicités
Advertisement

Commentaires

Publicités

Archives

Publicités

On en Parle

error: Alert: Content is protected !!