Connect with us

Actualités

Roosevelt Saillant dit BIC Tizon dife, le lyriciste haïtien, rompt le silence pour ne pas être comparse.

Published

on

Roosevelt Saillant dit BIC Tizon dife, le lyriciste haïtien, rompt le silence pour ne pas être comparse. 28
Actimed

Sorti ce mardi 1er octobre 2019, « A suiv » est le nouveau morceau de BIC dans lequel il s’insurge contre tous les handicaps sociétales du pays. Déjà ébruitée sur les plateformes en ligne à vive allure, cette musique envoie un message atteingnant même ceux qui ont une désafférentation sensorielle auditive.

C’est une composition authentique – ayant de quoi à toucher le fond de l’inconscient afin d’exciter les expressions les plus refoulées chez les haïtiens qui sont plongés dans leur mutisme face – à cette situation tendue que vit le pays. Un arrangement de différentes mortifications grignotant la société haïtienne, voilà ce que fait le lyriciste dans cet opus. Irascibilité et courroux se manifestent parmi les différents sentiments qu’éprouve la star haïtienne dans ce produit de « A suiv » où il dépeint sans aucune partialité la réalité sociopolitique et économique du pays. Une chanson qui ne fait pas de quartier, et qui restera pendant encore longtemps vivante. Il a en effet pointé du doigts sur presque tous les secteurs : le pouvoir, l’opposition, la presse, la société civile, les artistes, les sponsors, pour ne citer que cela.

Le Tizon Dife a fait la combinaison poétique des mots d’une façon attrayante en amalgamant slam, rap sous un beat captivant rien que pour décrire de nombreux problèmes qui rongent et qui hantent la société haïtienne. Cette musique n’est pas un simple produit de consommation ou un « bruit de fond » pour une publique, elle est donc une manifestation réelle d’un pouvoir avec des paroles authentiques. Selon lui, vivre en Haïti est un “take up challenge”, et il s’ interroge même sur la probité de nombreux haïtiens de nos jours, soit si réellement ceux qui sont intègres et crédibles aujourd’hui le seront réellement dans quelques années. En effet, le système finira forcément par les mettre dans une situation oú ils perdront leur intégrité, puisqu’ils finiront par s’assimiler dans le cycle de la corruption et l’immoralité qui caractérisent les points forts du système.

Fix Clairin Lakay

Donc à en croire la star, être honnête en Haïti rend encore difficile la chance de goûter le miel. Ce qui fait que réussir honorablement – en tant qu’haïtien serait de s’émigrer, car l’extérieur offre des opportinutés de réussir sans se faire perdre sa dignité, en gardant son intégrité. Même si certains haïtiens se sentent obligés de faire des tâches, des travaux n’ayant aucun rapport avec leur compétence, et parfois même très humiliants. Mais au moins, ils ont tous les atouts de gagner leurs vies avec la dignité et fierté au delà de leur frustration.

Malgé le sentiment d’appartenance de l’artiste pour le pays, il ne décourage pas les haïtiens à se faire exiler. En fait, la vie est bien trop courte et on a tant de rêves à réaliser. Sans la langue de bois, Roosevelt Saillant – chante à tête tue tout ce que beaucoup de gens (artistes) n’ont pas pas le courage d’exprimer ouvertement. À travers ce “track”, tablant le cri assourdissant du peuple haitien, l’artiste met à oilpé ce qui semble rester lettre morte dans la société.

Jimmy Osias

[email protected]

Innee Beauty Parlour

John F. Moreau (PDG | juno7) - Jinaud Augustin (ADM, Redacteur en Chef) - Jusner JEAN-PIERRE CPAH, (Economiste) - Lunick Revange (Redacteur) Pierre Emmanuella Tanis (Rédactrice) - Ody Bien-Eugène (Photographe) - Patrick Edouarzin TCHOOKO (Caricaturiste), Chrisnette Saint Georges (Présentatrice) Jean Herntz Antilus (Rédacteur)

Advertisement
Click to comment
Advertisement

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner

Join 993,079 other subscribers

Archives