Connect with us

Actualités

Sans la logistique et les agents des Nations-Unies, la PNH a prouvé son professionnalisme et sa maturité entre 2016 et 2019

Published

on

Sans la logistique et les agents des Nations-Unies, la PNH a prouvé son professionnalisme et sa maturité entre 2016 et 2019 30
Lait Bongu
335 views

Approuvé officiellement par le Sénat de la République en août 2016, Michel-Ange Gédéon vient de boucler 3 ans de mandat constitutionnel à la tête de la Police Nationale d’Haïti comme Directeur Général de cette institution.

La tâche n’a pas été facile certes, mais la fierté du sentiment d’un travail bien fait semble ne pas manquer à ce cadre ayant gravi un par un tous les échelons de son grade constatant les progrès réalisés sans grands moyens par l’Institution policière surtout après le départ des agents de la MINUSTAH, notamment avec la place occupée par Haïti dans le rapport de 2018 de l’organisation “Insight crime” relatif aux homicides.

“Nous avons néanmoins pu réussir à contenir la violence urbaine à un niveau en deçà des années antérieures à mon mandat. En effet, selon le rapport de 2018 de l’organisation ” Insight crime “, avec un ratio de 6.67 homicides sur 1000 habitants, Haïti est classée à la 17eme place parmi 22 pays du sous-continent. Les trois pays les plus violents sont le Venezuela (81.7), le Salvador (51) et la Jamaïque (47). La République dominicaine occupe la 14eme place avec un ratio de (10.4)”, se réjouit le premier des policiers.

Ce résultat serait le fruit d’une stratégie visant le renforcement de cette institution déployée par Michel-Ange Gédéon depuis son arrivée à la tête de la PNH.

De 2016 à 2019, les actions du DG sortant ont laissé voir une police plus ambitieuse, plus déterminée s’ouvrant vers une dynamique de progrès et de respect de Droits-Humains, en dépit de certaines failles, et bavures commises par certains agents. Il n’y a pas eu de hasard. Tout était définit préalablement selon Michel-Ange Gédéon.

Lait Bongu

« Pendant mon mandat on a procédé à la finalisation d’un nouveau projet de loi organique pour la PNH et adopté une dizaine de nouvelles Directives, destinées à renforcer le cadre règlementaire des principales Directions centrales ou unités spécialisées de la PNH ; on a Développé les ressources humaines passant l’effectif de la PNH de 10 mille en 2015 à 15 937 policiers, dont 1563 femmes, on a formé trois (03) cohortes de commissaires de Police ; on a octroyé la carte de débit prépayée à tous les policiers des unités spécialisées de l’institution, encadré des familles des policiers décédés par l’organisation de rencontres, de dialogue, de distribution de jouets aux enfants dans des occasions appropriées comme la Noël, sensibilisé les autorités pour des chèques ponctuels lors de l’ouverture des classes ; on a pris des mesures pour contrôler les chèques des policiers résidant à l’extérieur ou séparés du service. Sur cette base, 99 443 225.99 gourdes ont été récupérées. 834 armes, tout type et calibre confondus, ont été remis aussi à la PNH par des parents, amis et proches d’anciens policiers ».

La neutralisation de Sony Jean Alias Tije, l’arrestation d’Arnel Joseph et le démantèlement de son gang et de plusieurs autres, la diminution significative du Kidnapping corroborent ses accomplissements.

« Nous avons pris des dispositions pour renforcer les capacités opérationnelles des directions actives et des unités d’intervention de la PNH. Pour preuve, nous avons procédé au renforcement des effectifs et des moyens matériels du CIMO, des UDMO et du SWAT. Nous avons réorganisé le CBIM et créé une Direction de la Police frontalière forte déjà de 480 policiers. Ainsi, bien que nos capacités offensives face à certains gangs armés restent limitées, du fait que nos demandes d’acquisition de camions blindés et de munitions n’ont pas encore approuvées, nous avons néanmoins pu réussir à contenir la violence urbaine », ajoute le DG Gédéon, parlant aussi de l’aménagement ou construction de (04) nouvelles bases au profit de la Polifront, trois (03) nouvelles bases en région pour le BLTS, deux (02) nouveaux Commissariats, trois (03) sous-commissariats, quatre (04) Antennes, un(01) Atelier de couture et de deux (02) prisons.

S’agissant des difficultés rencontrées dans le cadre de l’exécution du plan stratégique 2017-2021, Michel-Ange Gédéon répond ainsi. « En dépit de ce sous-financement, nous avons dû optimiser l’utilisation des ressources humaines et financières disponibles pour mettre en œuvre le plus grand nombre d’actions possibles, ce qui nous a permis d’accuser un taux de progression de 27.6% durant la première année de mise en œuvre du Plan et un taux de 33.9% au cours de la deuxième année en cours. Évidemment, malgré tout ce que nous avons accompli en terme de mise en œuvre du Plan de développement 2017-2021 de la PNH, pendant les deux premières années, j’estime que nous aurions pu faire encore beaucoup mieux si mon administration n’était pas handicapée par des soucis budgétaires ».

« Quoi qu’il en soit, en tant que professionnel de la force publique, mon souci premier n’a jamais été ma reconduction à la tête de la PNH, mais la sécurité de la population en fonction de l’art 269-1 de la Constitution, mon souci a été également de contribuer à ce que la PNH offre une meilleure image d’elle-même, que nos policiers fassent ce qu’on appelle en football des interventions propres, c’est à dire sans faute, sans vaine agressivité, bref, en respectant les droits de la personne ; ma priorité a été de voir les conditions de vie de nos policiers améliorer », déclare le DG sortant pour clore le débat concernant le renouvellement ou non de son mandat.

Les élections de 2016 avaient permis à la PNH de confirmer ses potentialités et capacités en terme de gestion de grands événements. Elle l’avait fait et certains pays amis l’ont reconnu et félicité.

Ajouté aux élections, les festivités carnavalesques, les dernières périodes de troubles politiques marquées par les grandes manifestations contre la corruption, renforcées par les fameux mouvements “Pays Lock”.

MG Motors 720

John F. Moreau (PDG | juno7) - Jinaud Augustin (ADM, Redacteur en Chef) - Jusner JEAN-PIERRE CPAH, (Economiste) - Lunick Revange (Redacteur) Pierre Emmanuella Tanis (Rédactrice) - Ody Bien-Eugène (Photographe) - Patrick Edouarzin TCHOOKO (Caricaturiste), Chrisnette Saint Georges (Présentatrice) Jean Herntz Antilus (Rédacteur)

Advertisement

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner

Join 988,470 other subscribers

Archives