Connect with us

Hi, what are you looking for?

Économie

Stabilisation du taux de change: la BRH requiert la participation des autres entités de l’État

Stabilisation du taux de change: la BRH requiert la participation des autres entités de l'État

Stabilisation du taux de change : la BRH requiert la participation des autres entités de l’État pour y parvenir.

Le gouverneur de la banque centrale, dans le souci de clarifier les mesures prises par la BRH et la multiplicité des taux de change sur le marché haïtien, a expliqué le bien fondé des circulaires prises pour rectifier des variations trop rapides du taux et atténuer une appréciation ou une dépréciation trop importante de la monnaie domestique.

Selon lui, le marché des changes peut être vu comme n’importe quel marché des biens où les prix se forment par le rapport entre l’offre et la demande. Et, pour les multiples taux de change, il avance qu’aucun “pays avec un régime de change flottant n’a un taux de change unique. Ceci, même avec un taux de dollarisation faible.”

“Sinon, il n’y aurait pas de compétition entre les bureaux et les agents de change en République voisine par exemple”, a insisté le gouverneur qui rappelle qu’au niveau du marché des changes haïtien, les banques utilisent des taux affichés et des taux pratiqués. Le taux affiché est tributaire de la situation du marché de la journée antérieure en termes d’offre et de demande. Quant aux taux pratiqués, ils sont négociés, appliqués et pondérés dépendant de certains facteurs tels que le volume et la nature des transactions.

Advertisement. Scroll to continue reading.

Par ailleurs, Jean Baden Dubois a rappelé que la BRH à elle seule ne saurait résoudre les problèmes structurels de l’économie qui entravent la stabilité du taux de change. Il faudra que tous jouent leur partition, dit-il, comme les institutions publiques dont le MEF pour s’assurer que le financement monétaire ne soit pas insoutenable; le MCI dans le contrôle de qualité et l’affichage des prix en gourdes sur l’étendue du territoire.

Aussi, a insisté le gouverneur, les commerçants doivent faire preuve de transparence, les banques et institutions financières également qui devront faire preuve de transparence dans l’affichage et la pratique du pricing, afin de réduire l’asymétrie d’information. Et, les directeurs d’opinion qui doivent chercher à maîtriser les sujets des problématiques afin de mieux aider les agents à cerner les phénomènes.

En savoir plus:

UNESCO : La “soup Joumou” en passe d’intégrer le Patrimoine culturel immatériel de l’Humanité

Advertisement. Scroll to continue reading.
Written By

Redacteur en chef et administrateur de l'agence de presse en ligne JUNO7, Juriste de formation, spécialiste en management, suivi et évaluation des projets, consultant des affaires publiques.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus de contenu