Connect with us

Société

Dimitri Vorbe: mon amour pour Haïti est plus fort que moi

Published

on

Dimitri Vorbe
La Réserve banner1
895 views

Ce vendredi 23 août, une date importante dans la vie de Dimitri Vorbe, un homme d’affaires réussi, un mari et père de famille épanoui, et avant tout un haïtien authentique fier de sa terre et de son origine.

En ce jour, le plus important de sa vie, à cœur ouvert, le Directeur Exécutif de la Société Générale d’Energie S.A, SOGENER, partage en quelques mots ce qui fait de lui ce Dimitri Vorbe qu’il est.

“Aujourd’hui, j’ai 46 ans, pas un jour de ma vie ma fierté d’être haïtien ne décroît. Pas un jour mon amour pour ma patrie ne faillit et mon engagement envers ce bout de terre ne chancelle. Je dois la personne que je suis d’abord à ce pays qui m’a tant donné en terme d’opportunités. Je le dois aussi à ma battante et modèle de mère et à ma femme, celle avec qui j’ai tout entrepris”, confie Dimitri qui précise que son choix de rester vivre en Haïti lui est dicté par son cœur.

Considérant la situation socio-économique d’Haïti, avec mélancolie dans la voix, Dimitri Vorbe qui dirige l’une des plus grandes entreprises du pays, dit se considérer comme un chanceux, un privilégié dans un pays où la majorité n’a rien pour survivre.

MG Motors 720

“Je ne suis pas fier de cela car la chance de réussite devrait être égale pour tous. Mais c’est ce qu’il est en réalité, et moi, mon devoir est de retourner ce que j’ai reçu à mes chers compatriotes, aux jeunes qui rêvent de percer, à mon pays qui a besoin plus que jamais de la solidarité de ses fils pour pouvoir aller de l’avant”.

Depuis étant petit Dimitri dit nourrir un seul rêve, celui de voir développer son pays à l’instar des autres afin que chaque haïtien puisse bénéficier des mêmes opportunités, sans exclusion aucune.

“Ainsi, la vie serait plus belle pour tous. Notre fierté d’être fils de cette terre, héritiers des exploits héroïques de nos ancêtres, affecterait le monde. Avec notre diversité culturelle et la beauté de notre magnifique pays, nous attirerions beaucoup plus de touristes. Nous aurions une économie florissante concurrençant avec celles des autres nations”, ambitionne-t-il.

Toutes ces choses qui manquent à Dimitri le procurent un fort sentiment de regret, sensation qui crispe son cœur à chaque réflexion par rapport à la réalité socio-politique et économique du pays, dominée par des crises incessantes, des querelles de chapelles entre autres.

“Aujourd’hui je vis ce jour avec la peine dans l’âme. C’est peut être bizarre mais c’est la réalité. À mon âge, je regrette de constater que ceux et celles ayant la capacité de développer le pays ne veulent pas se mettre ensemble. Une bonne partie de notre matière grise fuit la terre natale et sincèrement, je comprends ces gens qui ont besoin d’un mieux être. Je regrette aussi que des gens prennent plaisir à monter le peuple contre les siens et à créer la division pour pouvoir régner. En somme, je suis triste par rapport à l’environnement que nous vivons aujourd’hui”, lâche l’homme d’affaires.

Parce qu’il faut avancer, il le fait, mais le fils de Sonia Gabriel et Joëll Vorbe affirme que son cœur reste attacher à ce pays prospère qu’il ne cesse de caresser dans sa tête, à cette jeunesse qu’il promet de continuer à soutenir autant que faire se peut, à cette terre à qui il doit sa réussite et à sa famille tant aimée.

“Jeunes de mon pays, soyez forts, innovants et intelligents. Développez ensemble vos capacités. Vos potentiels feront du bruit à votre place et attireront de grandes opportunités de réussites vers vous et saisissez-les”, conseille Dimitri Vorbe à la jeunesse.

Jeep9.99
Advertisement

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner

Join 987,697 other subscribers

Archives