Connect with us

Actualités

4 octobre: Affrontements entre manifestants et la police

Published

on

4 octobre: Affrontements entre manifestants et la police 26
Policiers ouvrant le feu sur les manifestants à l'extérieur de l'entrée principale de l'ONU - Port-au-Prince 4 octobre 2019 - Photo: AFP
Nissan
Des Haïtiens armés de pierres, de bouteilles et de cocktails Molotov ont affronté la police vendredi alors qu’elle appelait à la démission du président Jovenel Moise, responsable de la crise économique et politique profonde dans ce pays, rapporte l’agence Reuters.

Les affrontements ont éclaté alors que la police armée de boucliers utilisait des camions, des canons à eau et des gaz lacrymogènes pour empêcher les manifestants de se rendre au siège de la force de maintien de la paix et de la justice américaine à Haïti, près de l’aéroport de Port-au-Prince.

Les images vidéo montrent de grandes foules et de la fumée noire émanant de pneus brûlants dans les rues. Des manifestations devaient également avoir lieu dans plusieurs petites villes en dehors de la capitale haïtienne.

André Michel, un chef de l’opposition politique, a déclaré à Reuters cette semaine que la manifestation avait été convoquée pour envoyer un « message très fort » demandant à Moise de se retirer.

De nombreux leaders de l’opposition et des Haïtiens mécontents ont appelé à l’éviction de Moise, le blâmant pour son incapacité à résoudre les problèmes du pays, notamment une pénurie généralisée de nourriture et de carburant, une monnaie affaiblie, une inflation à deux chiffres et des accusations de corruption portées contre des responsables publics.

bongu j7
4 octobre: Affrontements entre manifestants et la police 27

La foule demandant la démission de Jovenel Moise ce 4 octobre dans les rues de Port-au-Prince / REUTERS Andres Martinez Casares

Les manifestations dans le pays le plus pauvre des Amériques la semaine dernière ont été parmi les plus importantes et les plus violentes depuis des mois. Des unités spécialisées de la police nationale haïtienne soutenue par les États-Unis ont été saccagées et pillées, et deux véhicules de la police incendiés au cours de certains troubles.

Les manifestations antigouvernementales sont devenues particulièrement violentes en février, lorsque les Nations Unies ont déclaré que 41 personnes avaient été tuées et 100 autres blessées. La police a déclaré qu’au moins cinq personnes avaient été tuées dans des affrontements au cours des dernières semaines, mais Moise n’a donné aucune indication sur son intention de démissionner.

4 octobre: Affrontements entre manifestants et la police 28

Chrystia Freeland, Ministre des Affaires Etrangères du Canada

L’Agence Reuters rapporte que la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a condamné cette semaine toutes les formes de violence en Haïti, et le Royaume-Uni a réitéré ses appels précédents au calme.

« Nous continuons d’encourager tous les acteurs à s’abstenir de la violence, à respecter les droits humains et à permettre le fonctionnement normal des hôpitaux et des services d’urgence, ainsi que le travail des humanitaires qui assistent les populations les plus vulnérables », a déclaré Stéphane Dujarric, porte-parole des Nations Unies jeudi.

Frederica Wilson, membre du Congrès américain, a également évalué la crise, affirmant que les Haïtiens en avaient assez et que Moise devrait quitter ses fonctions si les protestations se poursuivaient.

« Nous avons un président d’un pays qui, selon le peuple, est corrompu », a déclaré Wilson lors d’une réunion avec des activistes américains d’origine haïtienne, à laquelle a également participé la présidente de la Chambre des États-Unis, Nancy Pelosi. « Nous devons trouver une solution pour mettre fin aux manifestations ou trouver un moyen de révoquer le président. »

Nancy Roc avec Reuters

bongu j7
Advertisement

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner

Join 998,677 other subscribers

Archives