Connect with us

Actualités

À Pedernales, les dominicains ne trouvent pas quoi faire pour vivre, ils ont besoin d’Haïtiens

Published

on

À Pedernales, les dominicains ne trouvent pas quoi faire pour vivre, ils ont besoin d'Haïtiens 29
Photo Credit : Conectate
Suzuki 9.99
11,678 views

Pedernales, dans la zone frontalière se transforme en une ville fantôme après la bousculade des migrants haïtiens harcelés par un groupe de personnes indignées par l’assassinat de deux personnes, dans la communauté de Las Mercedes.

Le cri des grands et petits commerçants est le même: les ventes ont chuté à moins de 20% ces dernières semaines, en raison de l’absence de migrants haïtiens, qui mobilisent l’économie de la région. Manuel Rufino Medina, de l’Association des Pêcheurs de Pedernales, a déclaré qu’il n’y a rien dans la ville, puisque la population dépend des échanges commerciaux entre dominicains et haïtiens.

Avertit que bien que d’autres mesures soient prises pour changer l’économie ne sera pas pour le moment, tandis que la population ne trouve pas quoi faire pour continuer à vivre. Il a soutenu que même la vente de poisson est sur le terrain parce que les gens n’ont pas d’argent pour acheter. «Ici, les marchands, tous ceux qui vendent des produits comestibles, du riz, des haricots, huiles, des conserves, et les supermarchés, dépendent des Haïtiens; même ceux qui vendent de la bière “, dit-il.

Il craint qu’une vague de criminalité éclate bientôt dans la ville, en raison du manque d’emplois, car certaines entreprises ont commencé à fermer leurs portes. Il souligne que la plus grande source d’emploi dans l’endroit est dans la zone franche, qui a déjà annoncé la fermeture de la semaine prochaine, où plus de 500 personnes perdront leur source de soutien.

MG300

Carmen Ledesma, responsable de la pharmacie Pedernales, dans la rue Duarte, a crié le ciel, en raison de l’accident de la vente de médicaments. “Il n’y a presque pas de vente parce que même si les Haïtiens ne sont pas les plus gros acheteurs de médicaments, mais avec l’échange, ils génèrent des ressources”, a-t-il expliqué.

Détaillants Luis Osiris Martínez, président de l’Association des détaillants de Pedernales, demande au gouvernement de venir en aide de la province, car il est devenu une ville fantôme. Il prévient que Pedernales a besoin d’échanges commerciaux et personnels avec les Haïtiens, ainsi qu’avec ceux qui habitent de l’autre côté de la frontière.

Il assure que les ventes ont chuté de plus de 80% à la suite des incidents provoqués par le meurtre du couple de maris qui a engendré la sortie massive des immigrés.

[views]

Lait Bongu

John F. Moreau (PDG | juno7) - Jinaud Augustin (ADM, Redacteur en Chef) - Jusner JEAN-PIERRE CPAH, (Economiste) - Lunick Revange (Redacteur) Pierre Emmanuella Tanis (Rédactrice) - Ody Bien-Eugène (Photographe) - Patrick Edouarzin TCHOOKO (Caricaturiste), Chrisnette Saint Georges (Présentatrice) Jean Herntz Antilus (Rédacteur)

Advertisement

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner

Join 987,245 other subscribers

Archives