Connect with us

Actualités

Des électeurs Haïtiano-Américains désabusés par Trump

Published

on

Des électeurs Haïtiano-Américains désabusés par Trump 36
Actimed_728
2,181 views

En 2016, lors de sa campagne électorale, le candidat Donald Trump avait à fait l’éloge de nos valeurs, de notre éthique de travail et déclaré à une foule d’Haïtiano-Américains, à Miami dans le quartier de Little Haiti: «Je veux vraiment être votre plus grand champion ». Mais trois ans plus tard, entre son inoubliable « shithole » pour qualifier Haïti et des pays africains et ses mesures drastiques contre les migrants, de nombreux américains d’origine haïtienne ont perdu leurs illusions et remettent en question leur vote pour Trump.

Des électeurs Haïtiano-Américains désabusés par Trump 37Bernard Sansaricq, militant républicain d’origine haïtienne, a été président du Sénat haïtien en 1994. Après avoir officiellement obtenu la citoyenneté américaine en 2006, il s’est consacré à l’instauration de la démocratie dans son pays natal. En 2016, il avait bon espoir lorsque Trump, en tant que candidat républicain, s’est rendu à Little Haiti à Miami. Trump a alors affirmé qu’il serait son « plus grand champion  » et demanderait à l’ancienne secrétaire d’État, Hillary Clinton, de rendre compte de ce qu’il considérait comme ses échecs à la suite du séisme meurtrier qui a affecté au moins 3 millions de personnes dans l’île.

Sansaricq avait pris Trump au mot, mais il estime maintenant que Trump n’a pas tenu sa promesse.

Samson Borgelin, maire adjoint de Fort Lauderdale, a fait écho à ces inquiétudes. Il a déclaré que le soutien des Américains d’origine haïtienne au président Trump dans le sud de la Floride était fragmentaire en ce qui concerne les élections de 2020. Borgelin a déclaré que Trump pourrait même perdre ces électeurs en raison de la division croissante au sein du groupe minoritaire.

100 PWEN GRATIS

« Dans le comté de Palm Beach, les Haïtiens constituent l’une des plus grandes minorités ethniques de la région. Nous voulons nous assurer qu’ils ont une représentation égale; nous voulons augmenter notre base d’électeurs, et les Américains d’origine haïtienne sont un élément fort, croissant et influent de la plus grande communauté du comté de Palm Beach », a déclaré Michael Barnett, président du parti républicain du comté.

Une étude de l’Université de la Floride réalisée par Daniel Smith, président du département de sciences politiques, a montré que sur les 50 000 Américains d’origine haïtienne ayant voté dans le sud de la Floride en 2016, la majorité des votes de ce groupe ont été remportés par Clinton. Selon les recherches de Smith, dans certaines circonscriptions choisies de Palm Beach et du comté de Broward, près de 20% sont allés à Trump.

Barnett a déclaré que le pourcentage de soutien des électeurs noirs à Trump en 2016 était supérieur à ce que le candidat républicain à la présidentielle de 2012, Mitt Romney, a réussi à gagner dans cet  État. Trump a reçu au moins 8% du vote noir en 2016, selon un sondage de NBC News. En 2012, Romney n’a reçu que 4%, selon le Washington Post.

« Vingt pour cent semble être un petit nombre, mais c’est vraiment score fort », a-t-il déclaré. « Donald Trump a travaillé très dur pour se faire connaître dans la communauté haïtienne et noire. »

Borgelin a déclaré à ABC News que de nombreux Américains d’origine haïtienne dans sa communauté se Des électeurs Haïtiano-Américains désabusés par Trump 38sentaient aliénés par la position d’immigration de Trump et regrettaient même d’avoir voté pour lui. La principale préoccupation portait sur la fin de la priorité absolue du groupe minoritaire: le statut de protection temporaire (TPS), un programme qui offre une aide temporaire aux personnes vivant aux États-Unis lorsque la situation dans leur pays d’origine les empêche de rentrer en toute sécurité.

Le programme a été ouvert aux Haïtiens en 2010 sous l’administration Obama à la suite du tremblement de terre. Le le 22 juillet dernier, l’administration Trump a indiqué que les conditions dans le pays s’étaient améliorées et que le programme pouvait être interrompu, mettant fin à la protection d’au moins 58 600 Haïtiens. Cependant, le département de la Sécurité intérieure, l’a prolongé jusqu’au 2 janvier 2020.

Maria Landry, une militante locale, a déclaré que les personnes sous statut de protection temporaire s’inquiètent davantage de ce qu’il faut faire lorsque les protections sont épuisées qu’autre chose. Leur angoisse a été exacerbée par les commentaires du président l’année dernière, lors d’une réunion bipartite au bureau ovale. Trump a demandé au groupe pourquoi quiconque voudrait que des personnes en provenance d’Haïti, d’Afrique ou d’autres « pays limitrophes » entrent aux États-Unis, selon plusieurs sources informées ou familiarisées avec la discussion.

« Je ne pense pas qu’il bénéficiera du même soutien qu’avant», a déclaré Borgelin.

Le séisme de 2010, qui a coûté la vie à plus de 310 000 Haïtiens, a conduit à la création du Clinton-Bush Haiti Fund, une organisation à but non lucratif, qui cherchait à reconstruire et à améliorer les conditions économiques dans l’île.

Des électeurs Haïtiano-Américains désabusés par Trump 39En association avec des organisations non gouvernementales, des contribuables américains et des associations caritatives du monde entier ; les Nations Unies ont annoncé que plus de 13 milliards de dollars avaient été collectés pour les efforts de secours. Pourtant, pour de nombreux Américains d’origine haïtienne, comme l’activiste Èzili Dantò, l’affectation de ce fonds au pays en proie à la pauvreté reste à démontrer.

« Il  [Trump] était le moindre mal. Nous ne voulions pas un troisième Obama ou un troisième Clinton », a déclaré Borgelin.

En tant que fondatrice du mouvement FreeHaiti, Dantò avait souhaité la présidence de Trump et espérait l’utiliser pour raconter une nouvelle histoire à propos d’Haïti, s’éloignant du « récit de la catastrophe».

Mais elle a maintenant le sentiment que « tout comme il a continué à éliminer le statut de protection temporaire, Trump a continué à appliquer la politique impérialiste et géopolitique des États-Unis en Haïti».

 

Nancy Roc avec ABC News

Photo couverture: FB Haitians for Donald Trump

Photo Sansaricq: FB Sansaricq

Photo Borgelin: NAAHP

Photo Danto: site Web Ezili Danto

Innee Beauty Parlour
Advertisement

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner

Join 988,470 other subscribers

Archives