Connect with us

Hi, what are you looking for?

Actualités

Le gouvernement commémore officiellement l’assassinat du président Jovenel Moïse

Le gouvernement commémore officiellement l’assassinat du président Jovenel Moïse

Le gouvernement commémore officiellement l’assassinat du président Jovenel Moïse au Musée du panthéon national.

Dans le flou total par rapport à ce qui s’est passé dans la nuit 7 juillet 2021, avec une justice qui peine à tenir un procès pour rassembler toutes les pièces du puzzle, le gouvernement a tenu à honorer la mémoire du Président Jovenel Moïse, par une cérémonie qui « témoigne de son rêve, de sa vision, de son engagement, de son combat en faveur de la démocratie », a dit le premier ministre, dernière volonté du chef de l’État pour l’aider à diriger le pays.

Fait marquant pour cette première commémoration, en dehors du schisme marqué entre sa famille et l’équipe au pouvoir c’est que le ministère de la Culture et de la Communication a annoncé que l’Etat haïtien offre un mausolée au défunt président Jovenel Moïse. Jusqu’au 15 juillet, un mémorial a été aussi installé au Bureau national d’Ethnologie en sa mémoire.

Juno7 PUB

Parlant de l’assassinat du chef de l’État avec lequel il était appelé à diriger, Ariel Henry précise que la préméditation de la mort d’un Chef d’État, lâchement assassiné à son domicile, par un groupe d’individus lourdement armés, qui ont choisi délibérément de porter un coup terrible à la démocratie haïtienne, est une pratique d’un autre temps que nous pensions complètement révolue et bannie de notre histoire.

Dans son discours, il rappelle ce deuil impossible pour la famille du défunt, le peuple haïtien, la diaspora haïtienne « tant que le pays n’aura pas fait la lumière sur ce qui s’est passé dans la nuit du 6 au 7 juillet 2021; découvert la vérité, toute la vérité; amené devant les tribunaux compétents, les auteurs et les commanditaires de ce crime odieux. »

Le gouvernement commémore officiellement l’assassinat du président Jovenel Moïse

« Un an après cet assassinat, nous sommes encore en deuil », a-t-il dit. « Le peuple haïtien est en deuil », renchérit le premier ministre. Et cela, ajoute-t-il, nous oblige à nous plonger dans un profond questionnement : comment des individus qui portent en eux un brin d’humanité, ont pu froidement concevoir une telle atrocité ? Comment ont-ils pu prendre le temps de se concerter pour ourdir un tel complot macabre ? Les membres de sa famille, ses amis, le peuple haïtien, se demandent encore aujourd’hui pourquoi. Pourquoi cette barbarie ? Pourquoi cette haine et cette folie meurtrière? Pour ses questions, seule une enquête serieuse, ce qui ne semble pas se dessiner à l’horizon, peut en apporter les réponses.

 

« Un an plus tard, aujourd’hui, nous avons toujours du mal à réaliser cet épisode sanglant et barbare de notre histoire. La situation sécuritaire s’est détériorée considérablement. Tous les jours, viennent s’ajouter à notre inquiétude un fait, une prise de parole qui, avec l’effet multiplicateur des médias sociaux, nous perturbent un peu plus et ajoutent à nos doutes sur la possibilité de nous dépasser, d’être à la hauteur du grand rêve et des grands sacrifices qui nous ont valu le statut de Nation », a indiqué M. Henry.

Le gouvernement commémore officiellement l’assassinat du président Jovenel Moïse

Le premier ministre affirme sans ambages que ces dernières années nous avons expérimenté la violence sous toutes ses formes et une banalisation de la vie. Une violence des mots et des intentions et des passages à l’acte qui ont détruit et détruisent ce que nous avons de meilleur en nous, ébranlent les fondamentaux et relativisent ce qui pourtant n’est pas de l’ordre du périssable, ce sur quoi aucun doute ne devrait être permis : la fraternité, l’égalité entre citoyennes et citoyens.

« Et pourtant, les solutions pour gérer notre pays sont prévues dans le modèle même de gouvernement que nous avons choisi : la démocratie. Nous nous sommes fait mal. En toute conscience, alors qu’il suffirait que nous nous parlions, que nous discutions du meilleur pour tous et surtout pour les femmes et les hommes qui habiteront ce pays après nous et qui jugeront cette fureur qui semble être devenue notre quotidien depuis plusieurs années », a-t-il prêché.

Dans la peau du chef jusqu’au bout

S’accrochant à son poste, propulsé au timon des affaires, par cette mort tragique, le premier ministre a fait savoir que dans ces circonstances douloureuses, il prend avec humilité, la responsabilité de dire : « j’entends assumer jusqu’au bout, avec détermination et patriotisme, la mission qui m’a été confiée : rétablir la sécurité et la paix indispensables pour l’organisation des élections et contribuer à une entente nationale, ce qui nous permettra de repartir sur de nouvelles bases. »

« Je renouvelle ici devant la nation, ma détermination à encourager, sans relâche, la poursuite de l’enquête jusqu’à son aboutissement. La justice haïtienne peut compter sur le soutien indéfectible du gouvernement. Malgré sa faiblesse, elle doit continuer à faire le maximum pour traquer les coupables, les traduire devant leurs juges et leur infliger des peines exemplaires et dissuasives, pour que plus jamais, notre pays n’ait à revivre un pareil drame », a-t-il indiqué.

La mort tragique du président, a dit Ariel Henry, doit être le dernier acte d’une période d’ignominie, d’intolérance. « Nous devons rompre définitivement avec cette tradition. Puisse le rêve d’une nation haïtienne réconciliée que le Président portait, une nation où tous jouissent des mêmes droits et ont les mêmes chances, où l’électricité est disponible dans les « kay pay » comme dans les grandes villas, où l’eau irrigue toutes les parcelles,…devenir une réalité! », a-t-il ajouté en soulignant par aillleurs que c’est la meilleure façon de rendre hommage au président et d’honorer sa mémoire.

Le gouvernement commémore officiellement l’assassinat du président Jovenel Moïse

En savoir plus:

Un an après l’assassinat de Jovenel Moïse, le pays attend que la justice se prononce sur ce dossier

Written By

Rédacteur, coproducteur de la série documentaire "Kitem Esplikew" de Juno7

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Plus de contenu

Actualités

 Assassinat de Jovenel Moïse : le président colombien Gustavo Petro demande pardon à Haïti Le président de la Colombie, Gustavo Petro, a sur son...

Actualités

 Un an après l’assassinat de l’ancien président, le pays et sa famille attendent que la justice se prononce sur cette affaire. 7 juillet 2021,...

Politique

 Le gouvernement reporte la date de l’entrée en vigueur du code pénal, 7 juillet déclaré jour férié. Le gouvernement du premier Ariel Henry vient...

Justice

 “Le dossier Jovenel Moïse montre à quel point il n’y a pas une justice haïtienne fonctionnelle”, affirme le CARDH Alors que le mandat du...