You dont have javascript enabled! Please download Google Chrome!
Publicités
Connect with us

Actualités

Haïti, une nouvelle armée – Des questions se posent

Published

on

Crédit photo : Leblanc Mackendy

Il a fallu au moins vingt ans aux gouvernements haïtiens avant de procéder à la remobilisation des Forces Armées d’Haïti (FAd’H). Officiellement ce samedi 18 novembre, le président Jovenel Moïse a pris l’initiative de faire défiler un petit contingent de soldats au Cap-Haïtien. Toutefois, des questions intéressantes se posent…

Reconnue comme l’un des deux corps de la Force Publique à l’article 263 de la Constitution de la République d’Haïti, l’Armée est plus qu’une nécessité pour un pays tel qu’Haïti. En cette date mémorable et historique qu’est le 18 novembre, le président haïtien a bel et bien remobilisé une partie de l’Armée d’Haïti. Il a ainsi repris le défi de son confrère du régime Tet Kale, Michel Martelly qui n’a pas eu l’opportunité d’accomplir cette promesse tant exhibée.

Dans son discours prononcé au Cap Haïtien le jour de la commémoration du 214ème anniversaire de la Bataille de Verrières, le président de la République a pris le soin de mettre en garde cette armée dont le nom pourrait faire remonter de très mauvais souvenirs, suite aux séquelles laissées par les anciens membres de cette force, à la population. Sur ce point, le chef du gouvernement a parfaitement raison, car la FAd’H a servi à de nombreuses reprises à des fins politiques et à faire des répressions sur le peuple.

Le peuple à présent, ne cesse de se demander si cette nouvelle armée n’aura pas le même comportement que celle démobilisée en 1995. Des questions se posent aussi sur le sort des anciens militaires qui avaient reçu des promesses lors de la campagne électorale de 2010, du président Martelly. Quoique nous savons tous que nous ne pouvons faire du neuf avec du vieux mais, ces militaires qui jouissent d’un statut définit par l’article 267.4 de la constitution de 1987 (Le Militaire conserve toute sa vie, le dernier grade obtenu dans les Forces Armées d’Haïti. Il ne peut en être privé que par décision du Tribunal Compétent passée en force de chose souverainement jugée.).

On ne cesse de se demander quel est le Rôle de la présente Armée ? Quand on sait que les anciennes Forces n’ont perpétré que des coups d’Etat et des matraquages sur les enfants de la nation. La seule fois qu’elle avait eu l’opportunité de défendre le pays c’était en 1994 mais les soldats américains ont débarqué sur le sol pas même un coup de pétard n’a été tiré.

On parle de prise en main en cas d’impuissance de la Police. Nous ne sommes pas sans savoir que la présente armée n’est constituée que de quelques 150 soldats, nous avons du mal à croire que ce pauvre petit nombre de soldat puisse répondre au critère de l’article 264 de la constitution qui parle : Forces de Terre, de Mer, de l’Air et des Services Techniques. Quoique le président prétend que sa nouvelle Armée sera constituée du génie militaire, de quoi se demander si Monsieur Moise ne confond pas l’ironie à la réalité.

Ce dont nous en sommes certains c’est qu’il y aura de nouvelles troupes mais ce sera dans combien de temps ? Une question de budget fait aussi rage. Nous nous demandons s’il existe vraiment un budget pouvant garantir les soldes des nouveaux soldats, s’il existe un budget pouvant équiper la nouvelle Armée…

Dans un arrêté présidentiel, Jovenel Moïse a fait de Jodel Lessage, 63 ans, ancien colonel des ex-FAD’H, le nouveau lieutenant-général des Forces armées d’Haïti, c’est lui qui devra former le haut état-major de la nouvelle armée. Dans un autre arrêté présidentiel, le chef de l’État a mis sur pied un commandement intérimaire pour le rétablissement des Forces armées, il est donc composé de six membres dont le commandant en chef intérimaire; l’assistant commandant en chef intérimaire; l’état-major général intérimaire ; l’inspecteur général intérimaire ; l’adjudant général intérimaire et enfin l’état-major personnel intérimaire du commandant en chef intérimaire.

Ce qui nous amène à de nouvelles questions : Avec tous ces ch efs intérimaires, l’Armée, sera-t-elle une institution définitive ? Combien de temps devra durée cet intérim ? Pourquoi pas un commandant définitif (quand on sait que la constitution a fixé une durée de trois ans pour son mandat) ?

Nous savons que la communauté internationale, des pays comme la France, les Etats-Unis ont été profondément impliqués dans la démobilisation de l’Armée d’Haiti. Nous savons tous qu’un embargo d’achat d’armes a été imposé à Haiti. Donc d’autres questions se rangent sur la longue liste et méritent bien des réponses, des questions telles que l’avis de la communauté internationale sur la remobilisation de cette nouvelle armée. Où est-ce que le gouvernement va se procurer des matériels militaires pour cette Armée ? Comment vont-ils procéder pour se procurer des armes pour la FAd’H ?

Pour l’heure nous savons que le gouvernement se vente d’écrire une nouvelle page de l’histoire mais nous savons tous que l’ensemble des questions que nous nous posons pourra rendre pieds et poings liés, ceux qui ont approuvé le retour de l’Armée. L’incapacité de fournir des réponses efficaces à ces questions nous renvoie dans les pages de notre histoire où les années telles que 1915 et 1995 ont eu lieu et causé d’énorme humiliation au peuple haïtien. L’avenir est toujours maitre de l’inconnu, peut être le temps aussi sage qu’on le connait fournira les réponses à ces questions que ces messieurs ne veulent et ne peuvent pas répondre.

A lire sur le même sujet : L’Armée d’Haïti est de retour officiellement 

Lu 1 858 fois

Publicités
Advertisement

Commentaires

Publicités

Archives

Publicités

On en Parle

error: Alert: Content is protected !!