Connect with us

Hi, what are you looking for?

People

Jacqueline Charles , nommée journaliste de l’année par la NABJ pour la seconde fois

Jacqueline Charles , nommée journaliste de l'année par la NABJ pour la seconde fois

Jacqueline Charles, nommée journaliste de l’année par la National Association of Black Journalists (NABJ) pour la seconde fois

La journaliste américaine d’origine haïtienne a remporté le prix du journaliste de l’année aux États-Unis. C’est le deuxième de journaliste de l’année de la National Association of Black Journalists (NABJ) reçu par la correspondante pour Haïti et les Caraïbes au Miami Herald.

Jacqueline Charles a reçu cet honneur lors de la convention conjointe 2022 de la National Association of Black Journalists (NABJ) et de la National Association of Hispanic Journalists (NAHJ) qui s’est tenue à Las Vegas, dans le Nevada.

Juno7 PUB

La convention et le salon des carrières de la NABJ/NAHJ ont débuté le mercredi 3 août au Caesars Palace. Environ 5 000 participants sont attendus à cet événement de cinq jours qui pourrait être le plus grand rassemblement de journalistes de couleur aux États-Unis.

Née dans les îles Turks et Caicos, Charles est enfant unique d’une mère haïtienne. Elle a été élevée par sa mère et son beau-père cubano-américain dans les îles Turques et Caïques et en Haïti. Sa famille a émigré aux États-Unis lorsqu’elle avait 7 ans.

Jacqueline Charles a commencé sa carrière au Herald en tant que stagiaire à l’âge de 14 ans. Après avoir obtenu son diplôme de l’université de Caroline du Nord à Chapel Hill, elle est retournée au journal. Ses reportages, centrés sur l’éducation et les diasporas haïtienne et cubaine, l’ont conduite au-delà des côtes de la Floride. Depuis 2006, elle est la correspondante à plein temps du Herald pour Haïti et les Caraïbes.

Elle a remporté son premier prix NABJ de journaliste de l’année pour son reportage sur le tremblement de terre dévastateur de 2010 en Haïti. Elle a été finaliste du prix Pulitzer 2011 pour ce même reportage. Parmi ses autres distinctions, elle a remporté un Emmy Award régional pour son rôle de coproductrice dans Nou Bouke, un documentaire soutenu par Miami Herald sur la reconstruction après le tremblement de terre de 2010.

Le travail d’un correspondant à l’étranger est pareil à celui d’un détectif a confié Jacqueline Charles lors d’une entrevue accordée à Pulitzer Center. “Vous savez, pour les personnes qui veulent être un correspondant à l’étranger, vous devez comprendre que lorsque vous allez dans des pays étrangers, vous n’avez pas les avantages des demandes de dossiers publics, vous n’avez pas souvent les avantages des structures ou des institutions. Vous êtes vraiment comme un détective ; vous devez vraiment dépendre de votre reportage.

Et donc, chaque mission devient une opportunité d’apprentissage. Et vous devez mener à bien chaque mission de sorte que la prochaine fois que vous serez confronté à un défi similaire ou plus difficile, vous y serez déjà préparé, car vous aurez fait le travail de base. Il n’y a pas de raccourcis dans le reportage à l’étranger, car les raccourcis ne vous gardent pas en vie. Oui. Donc, vous devez vraiment faire l’effort, vous savez, vous ne savez pas.”

Le 5 août, elle a rejoint Lottie Joiner et Erica Ayisi, deux autres lauréates du Centre Pulitzer, à la convention et au salon de l’emploi 2022 de la NABJ et de la NAHJ, à Las Vegas, pour participer à une table ronde sur les moyens de renforcer la voix des Noirs tout en couvrant des événements internationaux. Elle sera honorée lors d’un gala ce 6 août.

Jacqueline Charles , nommée journaliste de l'année par la NABJ pour la seconde fois

En savoir plus:

Haiti: le journaliste Edner Fils Décime a recouvré sa liberté après 20 jours de séquestration

Written By

Le devoir d'informer ...

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Plus de contenu

Actualités

 Trois citoyens américains et plus de 100 enfants pris en otage par un gang à Torbeck, commune du département du Sud, le vendredi 27...