Connect with us

Actualités

L’administration Trump n’est pas préoccupée par Haïti

Published

on

L'administration Trump n’est pas préoccupée par Haïti 28
MG Motors 720
Selon le Miami Herald, l’administration Trump ne semble guère intéressée à s’impliquer en Haïti, où de nombreuses banques et entreprises, ainsi que les écoles et les tribunaux sont restés fermés mardi pour la huitième semaine consécutive.

L’absence d’une politique claire de Washington envers Haïti pousse les Haïtiens ou ses observateurs à croire que les États-Unis sont aux côtés de Moïse, qui a décidé en janvier de rompre avec son allié de longue date, le Venezuela et son dirigeant Nicolás Maduro. Les États-Unis ne semblent rien faire pour soutenir ouvertement Moïse, mais leur absence de critiques publiques à l’égard du président et une série de décisions récentes sont perçues par les Haïtiens comme un signe de soutien diplomatique. A cet effet, le Miami Herald rappelle qu’il y a eu l’invitation faite à Jovenel Moïse de rencontrer Trump en mars dernier à Mar-a-Lago, le retrait rapide de mercenaires américains armés le mois précédent et des déclarations périodiques de l’Ambassade américaine à Port-au-Prince pour soutenir les élections et les valeurs démocratiques.

Faute de destituer Moïse, l’opposition pense que l’administration Trump et d’autres membres de la communauté internationale peuvent envoyer un signal qu’ils ne s’immisceront pas dans la mission de l’opposition de forcer sa démission et de mettre en place un gouvernement de transition.

Lors d’une visite au Département d’État américain il y a deux semaines, Gary Bodeau, président de la Chambre basse des députés au Parlement, a fait valoir que l’appui américain à Moïse exigeait plus que de la diplomatie subtile.

« Ils doivent prendre des mesures, sinon il (Moïse) ne survivra pas », a déclaré Bodeau au Miami Herald. « Ils ne peuvent pas juste se contenter de dire « nous soutenons Haïti. Nous soutenons la démocratie. » Non, nous avons une crise politique, nous avons des problèmes sociaux, nous avons des problèmes économiques, donc ils doivent mettre de l’argent sur la table, ce que je ne vois pas. L’aide américaine n’est pas viable sans aide. »

Lait Bongu

M. Bodeau, qui souhaitait également obtenir des déclarations de membres du Congrès soutenant l’administration assiégée de Moïse, a déclaré s’être rendu à Washington à la demande d’un autre législateur pro-gouvernemental de la chambre basse. En mars, les législateurs ont limogé le Premier ministre Jean Henry Céant après seulement six mois, aggravant ainsi la crise. En août, ils ont également bloqué la tentative des députés de l’opposition de destituer Moïse.

Bodeau a décrit Moïse comme un allié des États-Unis. Pour preuve, il a cité la décision de Moïse de soutenir le gouvernement Trump dans le dossier du Venezuela et de le confier au ministre des Affaires étrangères, Bocchit Edmond, l’un des deux vice-présidents du Traité interaméricain d’assistance réciproque, qui a imposé le mois dernier de nouvelles sanctions aux membres du régime de Maduro.

« Si vous dites soutenir le président, vous devez mettre vos mains dans vos poches. Donnez-lui de l’aide », a déclaré Bodeau au Miami Herald.

Tel était également le sentiment exprimé par Edmond dans une lettre adressée le 11 octobre au secrétaire d’État Mike Pompeo, dans laquelle il demandait « une aide humanitaire urgente et un soutien logistique » pour la distribuer.

Jovenel Moïse, dans un entretien préenregistré avec Radio Métropole lundi, a confirmé la demande. A la question d’un journaliste à savoir si le soutien logistique impliquait une intervention militaire, le président a déclaré qu’il n’y avait rien de mal à accepter un tel arrangement. Il a répondu: « Je n’ai entendu personne dire quoi que ce soit lorsque… les Américains sont venus avec de l’aide pendant l’ouragan Matthew. Sont-ils venus seuls? »

Au cours de l’entretien, dans lequel il a fermement défendu la décision de résilier arbitrairement les contrats d’électricité de trois fournisseurs privés, Moïse a continué à rejeter les appels à sa démission, renouvelé ses appels au dialogue et proposé un gouvernement d’union nationale. Il a également cherché à se faire passer pour le protecteur du peuple contre « le système ».

À la suite de l’entretien, Bodeau a tweeté que, lors de trois interviews, le président n’avait fait aucun effort pour gérer les troubles. « Le chef de l’Etat doit écouter le peuple. … Le chef de l’Etat @moisejovenel n’est pas le seul à bord. »

Quelques heures après le tweet, Bodeau est allé plus loin, indiquant qu’il était peut-être aussi prêt à abandonner le navire du président. Dans une interview accordée au journal haïtien Le Nouvelliste, Bodeau a déclaré: « le départ du président peut être une option. »

Un porte-parole de l’Agence américaine pour le développement international a déclaré au Herald que l’agence était au courant de la demande humanitaire d’Haïti et travaillait « en étroite coordination avec l’ambassade américaine en Haïti afin de déterminer la nature de toute demande d’aide alimentaire supplémentaire de l’USAID

Un porte-parole du département d’Etat n’a pas directement abordé la question de savoir si Moïse, qui a engagé une équipe de sécurité étrangère, a aussi demandé de l’aide militaire aux États-Unis. Le porte-parole a déclaré que le programme de l’USAID, Food for Peace, sollicité par Haïti, collabore avec des organisations telles que le Programme alimentaire mondial des Nations Unies et d’autres organisations non gouvernementales pour fournir de la nourriture à ceux qui en ont besoin. Mais même la logistique de la fourniture de l’aide n’est pas claire. Le Royaume-Uni a annoncé plus tôt ce mois-ci qu’il avait été contraint de suspendre son programme d’aide alimentaire et ses transferts monétaires en raison de la poursuite des violences.
Le porte-parole du département d’État a confirmé que le navire médical Comfort de la marine américaine devait effectuer une escale dans le port d’Haïti dans les prochains jours. Mais la mission planifiée de longue date consiste à fournir une assistance médicale et non militaire.

« La décision du gouvernement Moïse de renverser sa position sur le Venezuela et de rester aux côtés des États-Unis contre Maduro était stratégiquement intelligente et lui a permis d’acheter un peu de bonne volonté (de l’administration Trump) », a déclaré Daniel Erikson, ancien conseiller du département d’État pour l’hémisphère occidental et conseiller spécial de l’ex vice-président Joe Biden à la Maison Blanche. « Mais cela ne doit pas être confondu avec une alliance permanente entre l’administration Trump et Moïse. Une des règles absolues à Washington est que la Maison Blanche ne veut pas trouver de problèmes émanant d’Haïti dans sa boîte de réception. »

La semaine dernière, lors d’une audience du Comité des affaires étrangères de la Chambre des représentants sur l’aide et la politique américaine à l’égard de l’Amérique latine et des Caraïbes, le représentant américain Andy Levin, D-Mich., a abordé le sujet d’Haïti. Il a demandé à Michael Kozak, secrétaire d’État adjoint par intérim pour l’hémisphère occidental, si le manque de déclarations publiques de l’administration sur la crise en Haïti et son « incapacité à défendre la bonne gouvernance » avaient un lien avec la position d’Haïti sur le Venezuela.

Kozak, diplomate chevronné impliqué en Haïti il y a 25 ans, a répondu: « Je ne le pense pas. » Mais Levin n’a pas semblé convaincu. « Il semble que l’administration Trump revienne à cette horrible approche d’Haïti exercée pendant la guerre froide », a ensuite déclaré Levin au Herald, évoquant l’époque où les États-Unis avaient soutenu la dictature de la famille Duvalier, parce que le père et le fils s’opposaient au communisme.

Bien qu’il n’ait aucune affinité avec Maduro, Levin a déclaré: « Les États-Unis ne devraient pas baser leur politique envers Haïti sur la manière dont vote Haïti ou leur attitude à l’égard du régime de Maduro. Les gens protestent et nous devons prendre cela au sérieux », a-t-il ajouté.

Au lendemain des interrogatoires de Levin et après l’enquête du Herald sur la position américaine sur la crise en Haïti, l’ambassade américaine à Port-au-Prince a finalement fait ses premiers commentaires publics – plus de six semaines après le début de la dernière vague de manifestations. Dans un tweet, l’ambassade a exhorté les différents acteurs politiques d’Haïti à entamer sans tarder ou sans conditions préalables un dialogue afin de former un gouvernement opérationnel.

Trois jours plus tard, l’ambassade s’est à nouveau exprimée dans un tweet. À ce moment-là, des images de parties de corps découpées, provenant de gangs en guerre à Petite Rivière de l’Artibonite, circulaient sur les médias sociaux; les ambassades de France et du Canada à Port-au-Prince avaient été attaquées avec des cocktails Molotov par des manifestants; et un drapeau américain avait été brûlé à Cap-Haïtien. Le ministère haïtien des Affaires étrangères a rapidement condamné les attaques. Un homme tué à coups de matraque après avoir tiré sur un groupe de manifestants a été pris pour cible. Le meurtre a été capturé sur vidéo.

La mobilisation pour renverser Moïse a également inclut des centaines de membres de la police nationale haïtienne. Ils ont défié les réglementations internes interdisant les manifestations en se joignant à une manifestation plus pacifique contre le gouvernement pour réclamer de meilleures conditions de travail et de meilleurs salaires.

« Ces tirs, meurtres, incendies criminels et destructions ont non seulement blessé des citoyens haïtiens, mais ont également contribué à l’instabilité économique et sociale d’Haïti et prolongé l’interruption de la vie quotidienne du peuple haïtien, en particulier des écoliers haïtiens », a déclaré l’ambassade. « L’apparente absence d’urgence pour sortir de l’impasse politique prolongée est de plus en plus inquiétante, de même que l’impact négatif croissant sur la sécurité publique, l’économie et la fourniture de l’aide humanitaire, y compris l’aide alimentaire

Aucun des tweets de l’ambassade n’a mentionné Moïse, mais ont plutôt insisté sur la nécessité d’un dialogue. Cependant, avec l’opposition qui s’entête et la propre commission du dialogue du président qui a implosé après la démission de plusieurs membres clés suite au refus de négocier sur son mandat de cinq ans, il n’est pas clair qu’un dialogue puisse commencer.

« Personne n’est disposé à faire un compromis », a déclaré Robert Fatton, expert sur la question haïtienne et auteur de « La République prédatrice d’Haïti: la transition sans fin vers la démocratie ».

« Ce qui me fait peur, cependant, c’est que cette situation puisse facilement dégénérer en une violence de masse », a-t-il ajouté. « À un moment donné, cela peut arriver; les gens peuvent commencer à être tellement en colère qu’ils commenceront à tout brûler. »

Fatton a déclaré qu’au-delà des récentes déclarations de l’ambassade américaine, il n’est pas sûr que les hauts responsables de Trump pensent même à Haïti et à la détérioration de son impasse politique.

La Maison Blanche n’a pas répondu aux questions concernant Haïti et a renvoyé l’affaire au département d’État. Depuis janvier, l’administration s’efforce de traiter avec le Venezuela et a imposé plusieurs sanctions contre le gouvernement de Maduro et son plus proche allié, le gouvernement cubain. Parallèlement, les collaborateurs de Trump ont négocié des accords sur l’immigration avec le Mexique et plusieurs pays d’Amérique centrale. La politique d’Haïti semble avoir échoué.

« Je ne pense pas que les États-Unis vont intervenir à moins qu’il ne devienne absolument clair que [Moïse] ne leur est plus utile », a déclaré Fatton. « Je ne sais pas à quel moment ils ont pris cette décision, car il a clairement perdu l’essentiel du soutien de tous les secteurs de la société, qu’il s’agisse du secteur privé, de l’église, de la police, des secteurs populaires, de la grande majorité des citoyens de la population. Je ne sais pas quand ils vont dire « Trop c’est trop, vous devez partir

Il n’est pas surprenant que les Haïtiens souhaitent que les États-Unis interviennent. Les États-Unis s’impliquent depuis longtemps dans les affaires haïtiennes. Quand ils n’ont pas destitué ses dirigeants, les États-Unis sont intervenus en modifiant le cours des élections.

En 1915, après que des Haïtiens se soient rendus à l’ambassade de France et aient traîné dans les rues leur président Jean Vilbrun Guillaume Sam, qui a été démembré, les Marines américains ont occupé le pays pendant 19 ans. En 1986, Washington a envoyé un avion C-141 de la US Air Force pour faire sortir Jean-Claude « Baby Doc » Duvalier, président à vie, et sa famille d’Haïti à destination de la France.

En 2004, les États-Unis ont de nouveau envoyé un avion pour Haïti. Cette fois-ci, il s’agissait de faire sortir d’Haïti via Antigua-et-Barbuda, le président en exercice, Jean-Bertrand Aristide et sa famille. Dans les coulisses, des responsables américains ont persuadé Aristide de faire ses valises et de monter dans l’avion au beau milieu d’une révolte sanglante. Aristide a appelé cela un enlèvement.

En 2011, parmi des allégations de fraude électorale, la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton s’est rendue à Port-au-Prince pour demander au président René Préval d’éliminer son dauphin, Jude Célestin, de l’élection en faveur du musicien Michel Martelly. au deuxième tour.

Cette fois-ci, l’opposition haïtienne ne demande pas d’avion, elle veut que Moïse reste dans le pays pour y être jugé pour des accusations de corruption. Elle souhaite diriger sa propre transition plutôt que de laisser les États-Unis en prendre la charge comme en 2004. après avoir laissé tomber Aristide.

« Les Haïtiens entretiennent une relation d’amour et de haine avec les États-Unis. Lorsque les États-Unis interviennent, ils ne l’aiment pas et, quand ce n’est pas le cas, ils le demandent », a déclaré Fatton. « Cela dépend si vous êtes dans l’opposition ou au gouvernement. »

Mais il n’est pas certain que cette administration prête attention à Haïti.

« Haïti n’a pas d’importance pour eux à moins d’avoir des boat people », a déclaré Fatton. « En fin de compte, la balle est entre les mains des Haïtiens. S’ils veulent changer la situation, ils doivent le faire, et ils doivent le faire eux-mêmes sans s’attendre à une aide significative de la part de la communauté internationale. »

Nancy Roc

Traduction de l’article du Miami Herald : Some Haitians want U.S. to weigh in on crisis. But Trump administration is focused elsewhere par Jacqueline Charles et Nora Gámez Torres, le 30 octobre 2019.

 

Barbancourt

Journalist, editorialist & political analyst- Concerned citizen, environmental activist, influencer #Journalist, #photographer & @globetrotter 42 countries

Advertisement
Click to comment
Advertisement

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner

Join 999,453 other subscribers

Archives