Connect with us

Actualités

Les crises en Irak et en Haïti révèlent l’échec du néolibéralisme militarisé

Published

on

Les crises en Irak et en Haïti révèlent l'échec du néolibéralisme militarisé 29
Actimed_728
460 views

Deux pays en crise, Haïti et l’Irak, se trouvent aux extrémités opposées de la planète mais ont quelque chose d’important en commun. Non seulement ils sont secoués par des manifestations contre la corruption gouvernementale et des programmes d’austérité, tels que l’Équateur et l’Algérie, mais, de plus, des gouvernements néolibéraux corrompus ont été imposés par le recours à la force militaire américaine, en Haïti et en Irak.
Medea Benjamin. - Crédit photo: Wikipedia

Medea Benjamin. – Wikipedia

Selon la militante politique américaine, Medea Benjamin, surtout connue pour avoir co-fondé le mouvement féministe et pacifiste CODEPINK, on pourrait appeler la saison actuelle «  l’Automne du mécontentement ». En effet, des peuples au Moyen-Orient, en Amérique latine et aux Caraïbes se soulèvent contre des gouvernements néolibéraux corrompus.

Pour elle, si Haïti et l’Irak, se situent aux extrémités opposées de la planète, ce sont deux pays qui ont quelque chose d’important en commun.

Dans un article publié le 13 octobre et co-écrit avec le chercheur de CODEPINK, Nicolas J.S Davies, elle explique qu’en 2003 et 2004, « les forces américaines ont envahi illégalement l’Iraq et Haïti, renversé du pouvoir leurs gouvernements internationalement reconnus et les ont remplacés par des régimes appuyés par les États-Unis. » Depuis, ces deux pays ont été gouvernés conformément à l’idéologie néolibérale dominante que les États-Unis et leurs alliés ont imposée à la plus grande partie du monde depuis les années 1980. «  Les manifestations et la répression sauvage en Irak et en Haïti aujourd’hui ne sont que la preuve la plus récente de l’échec total du néolibéralisme et du coût humain extraordinaire des efforts déployés par les États-Unis pour l’imposer par la force militaire à des pays qui résistent », écrit-elle.

Au cours de la première semaine d’octobre, plus de 100 personnes ont été tuées et 6 000 blessées à

Suzuki 9.99
Les crises en Irak et en Haïti révèlent l'échec du néolibéralisme militarisé 30

Des jeunes à Bagdad tentent de dialoguer avec les forces de l’ordre – Photo by AHMAD AL-RUBAYE / AFP

Bagdad, à Nassiriya et dans d’autres villes irakiennes, l’armée et la police irakiennes ayant ouvert le feu sur de grandes manifestations. Les jeunes Irakiens se sont soulevés contre la corruption, le chômage et la pauvreté au sein du gouvernement, qui les laissent avec des perspectives sombres, alors même que la production de pétrole record remplit les poches de l’élite dirigeante dans la Zone verte de Bagdad.

Entre-temps, au moins 17 personnes ont été tuées dans la répression par le gouvernement haïtien dans des manifestations appelant à la démission du président américain Jovenel Moise.

« La colère du public s’est accumulée dans les rues alors que Moise fait face à des accusations crédibles de détournement de fonds et de corruption. Son gouvernement n’a absolument pas réussi à améliorer la vie de la plupart des Haïtiens. » Haïti reste le pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental, avec un PIB par habitant de seulement 870 dollars par an et 60% de la population vivant sous le seuil de pauvreté de 2,41 dollars par jour.

Dans un article du ministère des Affaires étrangères paru en janvier 2019, la sénatrice Elizabeth Warren a expliqué comment les États-Unis:

« on commencé à exporter un type de capitalisme particulier, caractérisé par une réglementation faible, des impôts bas sur les riches et des politiques favorisant les sociétés multinationales. Et les États-Unis se sont lancés dans une série de guerres apparemment sans fin, s’engageant dans des conflits avec des objectifs erronés ou incertains et sans une stratégie évidente de sortie. L’impact de ces changements de politique a été dévastateur.»

« Ce que le sénateur Warren a omis de dire, sans faire le lien, est que le véritable objectif de ces guerres, coups d’État et autres opérations de changement de régime était précisément d’imposer le «type particulier de capitalisme» qu’elle a décrit et, si nécessaire, de le faire par le gouvernement et l’utilisation illégale et meurtrière de la force militaire », écrivent Medea Benjamin et Nicolas J.S Davies. .

Alors que Mikhaïl Gorbatchev dissolvait l’empire soviétique et instaurait la paix avec l’Occident, les États-Unis exportaient le capitalisme néolibéral vers l’Europe de l’Est sans avoir à utiliser sa machine de guerre qu’ils avaient dilapidée pendant 45 ans pour y construire la richesse des États-Unis.

Les crises en Irak et en Haïti révèlent l'échec du néolibéralisme militarisé 31

Margaret Thatcher dans « There is no alternative», pièce de la Compagnie Troisième Génération

Au lieu de cela, des experts politiques et économiques occidentaux tels que Jeffrey Sachs ont défilé dans la région, récitant le dicton de Margaret Thatcher selon lequel « il n’y a pas d’alternative » au néolibéralisme. Ils ont convaincu les dirigeants de l’Europe de l’Est de soumettre leur pays et leur peuple à la «thérapie de choc» de la conquête des entreprises, de la privatisation, des coupes sombres dans les services publics et de l’oligarchie ploutocratique, légitimement superficielles par des élections multipartites à l’occidentale.

Mais les États-Unis et leurs alliés ont ensuite été confrontés à deux dilemmes épineux. Que devraient-ils faire vis-à-vis de pays qui sont restés obstinément indépendants de leur empire néolibéral, comme l’Irak, l’Iran, la Libye, Cuba et la Corée du Nord? Et que devraient-ils faire de la machine de guerre américaine et de l’OTAN que le rétablissement de la paix de Gorbatchev avait rendue superflu?

Des responsables américains des deux grands partis, de néo-conservateurs comme Paul Wolfowitz à des “interventionnistes humanitaires” comme Madeleine Albright, colportaient l’idée simpliste selon laquelle la machine de guerre américaine pourrait être réorientée pour imposer le néolibéralisme par la force aux pays dissidents du monde entier. Vingt ans plus tard, les résultats de ces politiques ont été catastrophiques pour tous.

Même aux États-Unis, au cœur même de l’empire néolibéral, une nouvelle génération issue des mythes du néolibéralisme rejette maintenant ses absurdités: l’économie économique; la magie du marché; antisyndicalisme; soins de santé et éducation privatisés; le meilleur argent du congrès peut acheter; la classe moyenne en contraction; la destruction effrénée du monde naturel; etc. Comme l’économiste britannique J.M. Keynes aurait déclaré dans les années 1930: « Le capitalisme de laisser-faire est l’idée absurde que les pires personnes, pour les pires raisons, feront ce qu’il y a de mieux pour nous tous».

Mais aussi corrosif que le néolibéralisme ait été pour les travailleurs américains, il a été beaucoup plus destructeur partout où les États-Unis et ses alliés ont essayé de l’imposer par la force militaire.

La tragédie d’Haïti

Les crises en Irak et en Haïti révèlent l'échec du néolibéralisme militarisé 32

Le président Jean-Bertrand Aristide a accusé les États-Unis de l’avoir évincé en 2004. Photo Getty Images

Dans la partie concernant exclusivement Haïti, Medea Benjamin et Nicolas J.S Davies écrivent ceci :

En 2000, Jean-Bertrand Aristide, premier président haïtien élu démocratiquement, a été élu pour un second mandat sur une plateforme qui rejetait explicitement le «marché libre» néolibéral, la politique de dette et d’austérité imposée à Haïti par les États-Unis, le Fonds monétaire international (FMI). ) et la Banque mondiale.

Les États-Unis ont réagi à la réélection d’Aristide en coupant l’aide étrangère à Haïti et en installant des camps d’entraînement en République dominicaine, où jusqu’à 200 forces spéciales d’opérations américaines ont entraîné des escadrons de la mort haïtiens à franchir la frontière, assassiné les partisans d’Aristide et terrorisé la population.

En février 2004, ces escadrons de la mort formés aux États-Unis ont uni leurs forces à celles d’une armée appelée l’armée cannibale à Gonaïves, où ils ont limogé le poste de police et pris le contrôle de la ville. Deux semaines plus tard, ils ont saisi Cap Haïtien, la deuxième ville d’Haïti.

Alors que les escadrons de la mort formés par les Américains menaçaient de marcher sur la capitale haïtienne, Port-au-Prince, un responsable de l’ambassade américaine et des forces d’opérations spéciales américaines sont entrés dans le palais présidentiel et ont persuadé Aristide et sa famille de partir avec eux. Mille Marines américains et des troupes françaises, canadiennes et chiliennes ont envahi et occupé Haïti.

Les États-Unis ont envoyé Aristide par avion à Antigua, puis en République centrafricaine (RCA), où le général François Bozizé venait de s’emparer du pouvoir lors d’un coup militaire soutenu par l’Occident. Le gouvernement jamaïcain a sauvé Aristide et sa famille de la République centrafricaine et les a emmenés en Jamaïque pendant quelques mois, le temps de leur accorder un refuge permanent en Afrique du Sud. Aristide a finalement été autorisé à retourner en Haïti en 2011, et il est toujours considéré comme le seul dirigeant démocratique populaire jamais élu par Haïti.

Depuis 2004, année de l’interdiction du parti Fanmi Lavalas d’Aristide, les élections en Haïti sont si manifestement truquées et illégitimes que le taux de participation a chuté d’au moins 50% en 2000 (malgré un boycott de l’opposition). 22% en 2011, 29% en 2015 et 18% en 2016, permettant ainsi à chaque élection d’être remportée par des hommes politiques et des partis de droite manifestement corrompus.

Les crises en Irak et en Haïti révèlent l'échec du néolibéralisme militarisé 33

La secrétaire d’État Hillary Clinton en compagnie de l’ancien président haïtien Michel Martelly – Photo AFP

Après le séisme dévastateur de 2010, l’élection de 2011 a été remportée par Michel Martelly, un chanteur pop haïtien soutenu par Bill et Hillary Clinton. Il est rapidement tombé dans le scandale d’un pot-de-vin de 2,6 millions de dollars d’une entreprise de construction dominicaine à qui il a octroyé des contrats sans appel d’offres de 200 millions de dollars pour des travaux de reconstruction après le séisme, déclenchant d’importantes manifestations anti-corruption en 2013, 2014 et 2015.

Les dernières élections de 2016 ont été un autre fiasco. Des preuves de fraudes électorales massives ont déclenché d’énormes manifestations antigouvernementales avant même que Jovenel Moise, le vainqueur déclaré, ne prenne ses fonctions. Les sondages à la sortie des urnes ont montré que Moise ne remportait que 6% des voix au premier tour, une petite fraction de sa part officielle de 33% qui lui a valu une place au second tour.

Les auditeurs du gouvernement haïtien, la Cour Supérieure des Comptes et du Contentieux Administratif, ont publié un rapport de 600 pages détaillant comment Moise a détourné des millions de dollars, principalement du fonds PetroCaribe. Dans le cadre de ce programme, le Venezuela a fourni à Haïti du pétrole, mais a différé le paiement de 25 ans afin d’investir dans des infrastructures, des hôpitaux et des programmes sociaux de grande nécessité. L’audit a révélé que Moise avait détourné des millions de dollars de ces fonds dans ses comptes bancaires personnels.

A ce jour, Haïti reste sous occupation militaire de l’ONU. Les troupes des Nations Unies ont eu recours à la force contre le public et déclenché une épidémie de choléra. Le mandat des Nations Unies pour la force de police restante de 1 275 membres, soutenue par environ 300 soldats indiens, expire finalement le 15 octobre, date à laquelle il doit être remplacé par une mission politique des Nations Unies composée de 30 membres.

Le néolibéralisme engendre la résistance

Les crises en Irak et en Haïti révèlent l'échec du néolibéralisme militarisé 34

Des manifestants en Haiti se sont rendus au siège de l’ONU à Port-au-Prince. Photo. Ted’Actu

Le néolibéralisme est un système intrinsèquement corrompu. Cela crée un cercle vicieux dans lequel les classes dirigeantes peuvent exploiter leur richesse pour acquérir un pouvoir politique dominant, puis utiliser ce pouvoir pour réduire les impôts et réécrire les lois afin de s’enrichir davantage. C’est un moteur puissant pour générer une richesse toujours plus concentrée et un pouvoir politique pour le 1%, avec un appauvrissement et une marginalisation politique pour tous les autres.

Le néolibéralisme réduit la politique principalement à un choix entre des politiciens et des partis qui représentent des factions de la même classe dirigeante corrompue, qui conserve le monopole du pouvoir, quel que soit le parti gagnant. Mais la faille fatale dans la vision néolibérale du monde est la présomption que les classes dirigeantes peuvent ignorer sans risque les 99% de la population qu’elles retirent des droits, exploitent ou même tuent.

Cette idée que seules les élites de chaque pays importent, a conduit directement à la politique américaine de «changement de régime», selon laquelle les dirigeants qui résistent au néolibéralisme sont renversés par tous les moyens nécessaires. Il ne faut pas s’étonner que les nouveaux gouvernements mis en place par toutes ces guerres et ces coups d’État américains figurent parmi les régimes les plus corrompus de la planète.

Mais comme les armées d’occupation dirigées par les États-Unis ont découvert au Vietnam, en Irak et en Afghanistan et, comme on peut le voir actuellement en Irak et en Haïti, les citoyens ordinaires insistent toujours pour avoir leur mot à dire sur l’avenir du monde dans lequel nous vivons tous.

La politique américaine est en grande partie responsable des difficultés de la vie ou de la mort auxquelles sont actuellement confrontés les jeunes de ces pays. Ils méritent donc notre solidarité alors qu’ils se lèvent pour résister.

 

Traduction Nancy Roc Crises in Iraq and Haiti expose the failure of militarized neoliberalism

Medea Benjamin, cofondatrice de CODEPINK for Peace, est l’auteure de “Inside Iran: La vraie histoire et la politique de la République islamique d’Iran” et “Le royaume des injustes: derrière la connexion américano-saoudienne”.

Jeep9.99
Advertisement

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner

Join 987,409 other subscribers

Archives