Connect with us

Hi, what are you looking for?

Actualités

Presse : Des journalistes haïtiens et étrangers ont marché pour Vladjimir Legagneur

Reporters, caméramans, photographes, rédacteurs, présentateurs, analystes politiques ou culturels : ils étaient nombreux, ces professionnels de la presse locale et internationale à fouler le macadam ce mercredi 28 mars pour exiger l’aboutissement de l’enquête judiciaire ouverte par la direction centrale de la police judiciaire exactement deux jours après la disparition à Grand Ravine du journaliste photographe, Vladjimir Legagneur, le 14 mars 2018.

Préalablement, les journalistes ont effectué plusieurs arrêts symboliques devant les bâtiments de plusieurs institutions concernées par la question dont l’office de protection du citoyen, le ministère de la justice et de la sécurité publique ainsi que le ministère de la communication. Vêtus de t-shirts blancs pour la plupart, pancartes et matériels de travails en main, ils ont sillonné plusieurs rues de la capitale avant de se rendre devant les locaux du parquet du tribunal de première instance de Port-au-Prince au bicentenaire pour délivrer un message solennel.

En substance, le message des professionnels de l’information n’avait pour autre objectif que de mettre les autorités du pays ainsi que les organismes de défense des Droits-Humains face à leur responsabilité qui n’est autre que de garantir la sécurité et le respect scrupuleux des Droits de la personne. Ils affirment que dans le cas de la disparition du photojournaliste Vladjimir Legagneur, ils se soucient peu des notes de sympathies et de solidarité publiées dans de pareils cas par les entités républicaines chargées de la sécurité et du bien-être des citoyens. Ils leurs demandent tout simplement de faire le travail pour lequel elles sont censées exister.

L’épouse de Vladjimir Legagneur, Fleurette Guerrier Legagneur a elle aussi marché aux cotés des confrères et consœurs de son mari pour obliger à ce que la lumière soit faite sur la disparition inquiétante de Vladjimir. Elle en a profité pour déposer une plainte au parquet. Quelques rares patrons de médias et hommes politiques ont jugé bon de laisser leurs bureaux pour se solidariser avec les journalistes dans le cadre de cette marche pacifique et silencieuse dont Lilianne Pierre Paul et Marvel Dandin de radio télé Quisqueya et Moise Jean-Charles, secrétaire général de la plateforme Pitit Dessalines.

[views]

Plus de contenu

Actualités

La guerre des gangs force l’Hôpital Général à suspendre ses services   Le principal hôpital public de Port au Prince lance un appel à...

Actualités

La capitale haïtienne doit faire face à un soulèvement général des gangs qui contrôlent une partie de Port-au-Prince. Depuis deux jours, la capitale s’est...

Actualités Internationales

Le président américain Joe Biden serait donné perdant face à son rival Donald Trump selon un sondage du New York Times   A moins...

Actualités

La Direction Générale de la Police Nationale d’Haïti (DGPNH) salue le courage et l’héroïsme des policiers assassinés à Bon Repos Dans une note en...