Connect with us

Confidences

Wyclef Jean invite la population à prendre le coronavirus très au sérieux

Published

on

wyclef jean
Fix Clairin Lakay

Coronavirus, participation aux élections en 2010 en Haïti, Le film Netflix sur son enfance, ces projets pour supporter la musique dans le monde, Wyclef Jean se confie à Juno7.

Dans une interview exclusive à Juno7, le chanteur haïtiano-américain de renommée internationale, Wyclef Jean a passé en revue les raisons qui le poussent à rester un peu loin du pays malgré le fait qu’il porte dans son cœur le peuple haïtien. Pour lui, à 50 ans un nouveau chapitre commence dans sa vie. Et malgré les proches qu’il a déjà perdus à cause de la pandémie du coronavirus, il est à fond sur ses projets.

Lait Bongu

Wyclef Jean conseille à tous ceux qui jusqu’à présent affiche de la méfiance par rapport aux annonces des autorités sur le coronavirus ou qui veulent qu’il y ait des morts pour croire que la maladie existe de prendre des précautions. « La pandémie est très sérieuse et le virus tue. Il est important de se protéger en se lavant les mains et en observant la distance sociale dans les rues. Mon batteur Don Juan a perdu sa mère, trois jours après son père est décédé. Ma femme a perdu un oncle, la sœur de mon business manager est morte et moi j’ai eu un oncle qui est passé de la vie à trépas », a expliqué la Méga star.

Wyclef Jean a aussi une pointe de regret de sa mésaventure en politique. Le célèbre chanteur avance que jamais il ne s’est vu en politique voire candidat à la présidence. Mais animé par l’intention d’aider les gens et d’entreprendre des activités sociales, il a franchi cette étape dans sa vie. Par rapport à la situation d’insécurité qui règne depuis plusieurs mois dans des quartiers populaires dans la zone métropolitaine, il affirme si le Mouvement Yélé Ayiti était encore présent, la situation serait différente. « Je vous tiens à cœur mais je dois être prudent. Je salue la sélection haïtienne aussi pour ses bons résultats. On marchera toujours ensemble. Fas a Fas, Men nan Men », a-t-il soupiré pour s’adresser à la population.

Le chanteur de renommée mondiale se dit aussi prêt à apporter son soutien à la population qui fait face à cette crise sanitaire. « Je garde toujours le même amour, le même love pour vous. Si Toussaint ou Dessalines ont déjà lutté pour vous je dois continuer à le faire moi aussi pour les jeunes de ce pays. J’avais subi pas mal de chose pour mon pays. Je veux faire les choses différemment car j’ai acquis de la maturité à travers mes expériences », a détaillé le Rockstar.

Le film d’animation Netflix sur Wyclef Jean

Le célèbre chanteur Wyclef Jean a aussi indiqué l’état d’avancement du film d’animation qui sera produit par la plateforme Netflix sur son enfance à Port-au-Prince. Netflix va réaliser ce long métrage inspiré de l’enfance de l’ancien de The Fugees à partir d’un scénario écrit par Justin Marks, qui a aussi travaillé sur les films The Jungle Book, et Top Gun : Maverick. Le film racontera l’enfance du chanteur de hip hop en Haïti.

« J’ai demandé à NetFlix de mettre le focus sur le fait même qu’en en vivant dans la pauvreté, l’imagination est la plus grande richesse. J’ai grandi dans une pauvreté extrême mais j’étais riche d’imagination. Si on travaille dur avec la grâce de Dieu on va réussir. Ce film sera titré « Prince of Port-au-Prince » (le prince de Port-au-Prince) et pourra inspirer les enfants de demain. Je suis très excité par ce projet et par la bande annonce que je vais créer. C’est une grande réalisation pour moi et une façon de dire aux enfants des bidonvilles du monde entier de ne jamais cesser de rêver », a confié Wyclef Jean à Juno7.

Le soutient aux acteurs de la musique en Afrique et dans les Caraïbes

L’artiste haïtiano-américain, Wyclef Jean a rassemblé pas moins de 25 millions de dollars pour soutenir les acteurs de la musique des pays d’Afrique et d’autres régions en développement comme la Caraïbes. Selon lui, son entreprise de « Publishing » Carnival World Music Group aura à gérer cet argent pour aider notamment les auteurs-compositeurs et producteurs originaires des pays en développement, tout en contribuant à autonomiser davantage les entreprises dynamiques appartenant à des femmes dans l’industrie de la musique.

À lire aussi:

Temwanyaj Watson Saintil, yon jèn gason ki chaje KOURAJ

Advertisements

Mari • Père • Frère • Jeune Entrepreneur • PDG et fondateur de l’Agence de presse juno7.ht • IVLP Alumni • "La vérité nous rendra libres"

Advertisement

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner

Join 967,415 other subscribers

Commentaires

Archives

Advertisements

On en Parle