Connect with us

Éphéméride

20 Août 1797. Expulsion de Sonthonax par Toussaint

Published

on

20 Août  1797. Expulsion de Sonthonax par Toussaint 28
Jac

“Un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir “, disait Aimé Césaire. Voici l’éphémeride du 20 Août 2020.

Sonthonax, le commissaire à l’origine de la proclamation de libération des esclaves dans le nord de Saint-Domingue, et qui avait nommé Toussaint général en chef, fut embarqué pour la France sur un navire ancré dans le port du Cap. Le commissaire ne revint plus à Saint Domingue.

20 Août 1966 .Nomination des premiers évêques titulaires Haïtiens

Après de longues tractations avec le gouvernement haïtien, dirigé alors par le Dr. François Duvalier, le Saint-Siège annonça la nomination d’un archevêque et de quatre évêques Haitiens :François-Wolff Ligondé (archevêque de Port-au-Prince), Jean-Jacques Claudius Angénor (évêque des Cayes), Emmanuel Constant (évêque des Gonaïves), Jean-Baptiste Décoste (évêque auxiliaire de Port-au-Prince). Jusqu’alors, Mgr. Remy Augustin fut le seul évêque Haïtien.

20 Août 1997. Proclamation des résultats du premier tour des élections partielles du 6 avril

Publiés dans le journal officiel, Le Moniteur, ils sont immédiatement contestés par le chef du gouvernement démissionnaire, Rosny Smarth, et par certains sénateurs qui ont promis de refuser l’accès du sénat aux nouveaux élus.

Barbancourt

Le saviez vous ?

«Aucun crime n’est assez abject pour ces manchots»

Connu par les scientifiques sous le nom de Pygoscelis adeliae, le manchot d’Adélie a été un des sujets qui a attiré l’attention du scientifique George Murray Levick lorsque celui-ci s’est aventuré au pôle Sud entre 1910 et 1913, au cours de l’expédition Terra Nova.

A son retour, Levick a consacré un livre entier à ces oiseaux marins, en décrivant ainsi l’impression d’élégance du volatile:

«A première vue, le manchot d’Adélie a l’air d’être un petit homme propre sur lui, en costume de soirée. Il est absolument immaculé, entre son ventre blanc chatoyant et le noir de son dos et de ses épaules.»

Mais l’oiseau a tellement choqué et horrifié Levick que son rapport de quatre pages sur «les habitudes sexuelles du manchot d’Adélie» a été volontairement écarté des conclusions officielles de l’expédition et distribué uniquement à un petit groupe de chercheurs qu’on considérait assez discrets et expérimentés pour en supporter le contenu.

En observant les colonies de manchots d’Adélie, Levick a été choqué par les activités de ceux qu’il a surnommés les «coqs loubards». Les mâles accostaient et copulaient avec d’autres mâles, des femelles blessées, des oisillons tombés du nid ou encore des cadavres. Quelques mâles désespérés ont même essayé de s’accoupler avec le sol jusqu’à éjaculation. Levick a qualifié ces comportements d’aberrations contre-nature. Comme il l’a rapporté dans son journal, «il semblerait qu’aucun crime ne soit assez abject pour ces manchots».

Plus tard, d’autres chercheurs ont redécouvert ce dont Levick avait été le témoin. En fait, le comportement de ces manchots est parfaitement habituel et n’a rien de déviant pour eux, puisqu’il est provoqué par l’interprétation assez libre des mâles de la position nuptiale de la femme comme d’un signe d’«ouverture».

Au Muséum d’Histoire naturelle de Londres, l’ornithologue Douglas Russell et ses collègues ont rapporté dans une préface au rapport enfin publié de Levick que ce comportement est si profondément enraciné dans l’oiseau que lorsqu’un chercheur a disposé un manchot mort gelé dans cette position précise, de nombreux mâles ont alors trouvé le cadavre «irrésistible».

Dans une drôle d’expérience sur le terrain, le même chercheur a également découvert qu’en «plaçant uniquement la tête du manchot gelé avec deux ronds de papier adhésif blanc pour faire les yeux sur une pierre en guise de corps avec du fil de fer pour faire tenir le tout bien droit, on pouvait créer un stimulus suffisant pour que les mâles copulent et déposent leur sperme sur la pierre».

En revanche, tout comme Douglas et ses collègues l’ont montré dans leur préface au rapport de Levick, «ce comportement [adopté par les coqs loubards] n’est clairement pas analogue à la nécrophilie dans un contexte humain». Facile de l’oublier quand on est choqué par un animal en train de briser un tabou humain.

Levick était atterré parce qu’il regardait les manchots d’un œil humain: comme des petits gentlemen et des demoiselles de bonne famille en tenue de soirée. Ses sentiments sur le comportement acceptable d’un humain ont influencé sa vision du manchot, et vice-versa. Parce qu’en effet, si de telles choses peuvent arriver dans la nature, alors qu’est-ce que cela implique pour nos propres actions?

Pensée du jour

C’est parce qu’on s’imagine tous les pas qu’on devra faire qu’on se décourage, alors qu’il s’agit de les aligner un à un. — Marcel Jouhandeau

En savoir plus :

Haïti : L’essentiel de l’actualité du jeudi 20 août 2020

Météo Haïti: les prévisions pour ce Jeudi 20 Août 2020

Barbancourt

Diplômée en sciences juridiques, finissante en Psychologie, commis-comptable. Coordonnatrice de ACIDDUH ( Association des citoyens pour le développement durable en Haïti) . J'aime la nature, la vie et les gens. Je suis encore cette fillette curieuse qui a envie de tout savoir et qui n'a pas peur de prendre des risques. Tout ce que mon esprit peut concevoir et croire, il peut le réaliser.  

Advertisement

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner

Join 992,445 other subscribers

Archives