Connect with us

Hi, what are you looking for?

Actualités

ADIH et AMCHAM supportent la décision du Gouvernement de demander un « support humanitaire robuste »

ADIH et AMCHAM supportent la décision du Gouvernement de demander un « support humanitaire robuste »

ADIH et AMCHAM à la suite de leur rencontre avec Brian A. Nichols sur l’aggravation de la crise en Haïti affirment supporter la décision du Gouvernement de demander un support humanitaire robuste pour permettre un retour vers une société de Droit.

Des représentants de l’Association des Industries d’Haïti (ADIH) et de la Chambre de Commerce Américaine en Haïti (AmCham) ont rencontré le jeudi 13 octobre 2022, par visioconférence l’assistant secrétaire d’État, Brian A. Nichols, le chargé d’affaires Américain, Eric Stromayer, ainsi que d’autres représentants des États Unis, dans le but, précisent les associations de patrons dans un communiqué, de discuter de « l’impact de la crise actuelle sur l’économie haïtienne, et des perspectives en vue d’aider à améliorer le climat sécuritaire. »

Au cours de cette rencontre, l’ADIH et l’AmCham se sont s’exprimées en leur nom, mais aussi au nom d’autres chambres de commerces partageant les mêmes valeurs (Association Touristique d’Haïti, Chambre de Commerce et d’Industries Haitiano-Canadienne, Chambre de Commerce et d’Industrie d’Haïti), pour faire entendre la voix de centaines d’employeurs et de dizaines de milliers d’employés directs, qui risquent leur vie chaque jour pour travailler et contribuer à l’économie Haïtienne, payant leurs taxes, et s’impliquant dans leur communauté à travers des activités à caractère sociale, ajoutent ces associations.

Par rapport à la crise actuelle notamment, elles ont dressé un tableau avec pour toile de fond un « climat d’insécurité entretenu par des gangs lourdement armés qui contrôlent le territoire, où l’état de Droit n’existe plus, et où la PNH, malgré ces efforts héroïques, demeure sous équipée et incapable, seule, de faire face à ce fléau. Elles ont aussi expliqué la détérioration dramatique des conditions de vie déjà précaires, due au blocage systématique de l’accès aux carburants depuis plus de 4 semaines par ces mêmes gangs armés, résultant en la fermeture d’hôpitaux, d’écoles, de systèmes de communication, d’entreprises fabriquant des produits de première nécessité tel que l’eau potable.

« Dans ce contexte lugubre, ces associations patronales comprennent et supportent la décision difficile, mais responsable, du Gouvernement de demander une forme de support humanitaire robuste aux amis de la communauté internationale, pour permettre un retour vers une société de Droit, lorsque la PNH n’a pas, malgré tous ses efforts, pu faire face seule aux actions destructrices des gangs armés », ont-elles indiqué.

Pour sa part, le secrétaire adjoint aux affaires de l’hémisphère occidental, Brian Nichols a affirmé dans une note qu’il a eu une réunion importante avec l’Amcham et l’Association des industries d’Haïti (ADIH) sur la façon dont les « crises qui se chevauchent en Haïti affectent le secteur des affaires et sur les moyens de faire progresser les efforts en matière de sécurité au profit de tous les Haïtiens. Le rôle des entreprises dans la création d’emplois et l’autonomisation des Haïtiens reste crucial. »

Ces associations, quant à elles, ont fait valoir que le futur d’Haïti dépendra, dans le court terme, de la capacité à rétablir un espace sécuritaire permettant aux citoyens et aux produits de circuler librement ce, dans les plus brefs délais. Cependant, à moyen terme, ajoutent-elles, il est impératif que des actions concrètes soient prises pour permettre au pays d’entamer le chemin amenant au rétablissement de la démocratie, à travers une révision des faiblesses de la Constitution et un processus électoral libre, crédible et transparent.

L’Association des Industries d’Haïti (ADIH) et de la Chambre de Commerce Américaine en Haïti (AmCham) estiment que les acteurs politiques devraient mettre davantage l’accent sur les plans d’actions à mettre en place pour permettre ce retour à la démocratie réel dont Haïti a soif, plutôt que de continuer ces perpétuelles luttes visant à remplacer les chefs d’États par d’autres. Pour le secteur privé, il faudra proposer des plans d’actions concrets susceptibles de donner les résultats tangibles attendus par la population Haïtienne.

ADIH et AMCHAM supportent la décision du Gouvernement de demander un « support humanitaire robuste »

En savoir plus:

15 octobre 1994 : retour triomphal de Jean Bertrand Aristide

Written By

Rédacteur, coproducteur de la série documentaire "Kitem Esplikew" de Juno7

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus de contenu

Actualités

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres « réaffirme qu’il faut de toute urgence déployer une force armée spécialisée internationale » en Haïti. Le Secrétaire général...

Actualités

La proposition des américains d’envoyer une force militaire rapide en Haïti est sur le point d’échouer. Dans un article publié le 25 octobre 2022,...

Insécurité

Une loi obligeant du Département d’État américain à enquêter sur les relations entre les gangs criminels et les élites politiques et économiques en Haïti...

Actualités

La banque mondiale annonce l’évacuation de son personnel en Haïti en raison du blocage et du dysfonctionnement du pays. La Représentation de la Banque...