Connect with us

Hi, what are you looking for?

Actualités

Pour un responsable de l’administration de Joe Biden, la paralysie du pays par les violences est financée par des acteurs économiques

Des barricades enflammées à Delmas et d’autres coins de rues de la capitale
Photo: Ody Bien-Eugène | Juno7

Pour un responsable de l’administration de Joe Biden, les violentes manifestations qui ont plongé Haïti dans le chaos et l’anarchie sont « financées par des acteurs économiques qui risquent de perdre de l’argent », rapporte le journal Miami Herald.

Haut responsable de l’administration Biden pour l’Amérique latine et les Caraïbes, Juan Gonzalez qui occupe le poste de directeur principal du Conseil de sécurité nationale pour l’hémisphère occidental et assistant spécial du président Joe Biden, a fait savoir que « les violentes manifestations qui ont plongé Haïti dans le chaos et l’anarchie sont financées par des acteurs économiques qui risquent de perdre de l’argent ».

Il a déclaré que certaines personnes dans le pays s’opposaient à la réduction de 400 millions de dollars de subventions aux carburants. « Ce sont des gens qui, souvent, ne vivent même pas en Haïti, qui ont des manoirs dans différentes parties du monde, et qui paient pour que les gens descendent dans la rue”, a déclaré M. Gonzalez dans ses propos rapportés par le journal américain.

Juno7 PUB

“Ils ont fait la même chose avec Moïse et ils se mobilisent chaque fois que leurs intérêts économiques ou leurs accords préférentiels avec les gouvernements sont” menacés, a ajouté Juan Gonzalez, mais il n’a rien dit sur ce que l’administration Biden compte faire en termes de sanctions contre ceux qui financent ces manifestations violentes.

Selon le Gouvernement, les 50 milliards de gourdes de subvention de l’Etat des produits pétroliers ne profitent qu’au plus aisés de la population alors que cet argent pouvait financer des programmes sociaux pour les plus démunies. De plus, cet ajustement permettra d’assurer une disponibilité de ces produits dans les stations d’essence.

Toujours à propos de la situation d’Haïti, Juan Gonzales a laissé entendre qu’il n’y a vraiment pas de solution facile dans le pays. « Je pense également que le fait de laisser aux Haïtiens le soin de résoudre leurs problèmes ne tient pas compte de la situation vraiment préoccupante et qui se détériore à l’intérieur du pays”, a-t-il déclaré, reconnaissant que dans le passé, les États-Unis se sont concentrés sur les élections comme résultat, mais qu’aujourd’hui, ils se concentrent davantage sur la promotion du dialogue haïtien.

4ème journée de tension: des barricades encore dressées dans les rues, une présence policière remarquée.

Photo: Ody Bien-Eugène | Juno7

En savoir plus:

Le PM Ariel Henry rend hommage à Jean-Jacques Dessalines sur son compte Twitter

Written By

Rédacteur, coproducteur de la série documentaire "Kitem Esplikew" de Juno7

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Plus de contenu

Insécurité

 Consternée face à la situation de violence en Haïti, l’Union Européenne appelle l’État haïtien à intensifier la lutte contre les gangs criminels Dans une...

Actualités

 A l’initiative du Comité multisectoriel contre les violences basées sur le genre, une marche sera organisée ce mercredi 25 novembre à travers les principales...

Actualités

 Le BINUH lève la voix contre la montée de la violence et la prolifération des gangs dans le pays. Peu après le renouvellement de...

République Dominicaine

 Violences en Haïti : Luis Abinader ordonne le renforcement de  la frontière Dans le souci de protéger la frontière des actes de violences qui...