Connect with us

Actualités

La Banque Mondiale plaide pour un moratoire dans le paiement de la dette d’Haïti

Published

on

La Banque Mondiale plaide pour un moratoire dans le paiement de la dette d'Haïti
MG Motors 720
337 views

David Malpass, président de la Banque Mondiale plaide pour un moratoire dans le paiement de la dette d’Haïti et d’autres pays.

Nous publions le verbatim d’un entretien du Président du Groupe de la Banque mondiale, David Malpas, réalisé avec  CNN.  Dans cet entretien, David Malpass a mis l’accent sur la nécessité pour que les économies les plus faibles, dont Haïti, bénéficient d’un moratoire dans les paiements de dette, spécialement en cette période de pandémie. L’interview a lieu après la réunion des ministres des finances du G20.

Juan Carlos Lopez: Ce qui a probablement été la réunion la moins gênante du G-20 vient de se terminer, du moins pour ceux qui ont voyagé car elle était virtuelle.  Le président de la Banque mondiale, David Malpass, nous rejoint depuis Washington.  Il a lancé un sérieux avertissement sur la situation économique mondiale et l’impact que les mois à venir pourraient avoir sur la situation non seulement des États-Unis, de la région, mais surtout du monde.  Merci au Président Malpass de nous avoir rejoints.

Tout d’abord, votre message lors de cette réunion du G20, qui était virtuelle.  Un tableau assez inquiétant.

David Malpass: L’économie mondiale s’est considérablement ralentie.  Non seulement il y a du chômage, mais les niveaux d’endettement sont très élevés en ce moment, donc on en parle beaucoup.

Suzuki 9.99

Juan Carlos Lopez: Quelles mesures concrètes pouvez-vous prendre ?  Vous rencontrez les ministres des finances et les présidents des banques centrales du G-20.  Que pouvez-vous faire concrètement pour atténuer cet impact?

David Malpass: Nous travaillons notamment à un moratoire sur le paiement de la dette des pays les plus pauvres.  La quasi-totalité d’entre eux se trouvent en Afrique et ils paient des créanciers bilatéraux dans le monde entier, en particulier la Chine.  Un accord a donc été conclu pour mettre un terme à ces paiements.  Cela aide beaucoup en termes de ressources.  La Banque mondiale elle-même effectue d’importants flux de paiements positifs nets vers les pays les plus pauvres et cela aide.

En Amérique latine, cela signifie que le Honduras est l’un des pays qui en bénéficient.  Ces pays comme Haïti sont aidés par cette initiative.  En ce qui concerne l’avenir, tout le monde souhaite que l’économie reprenne aux États-Unis et en Europe.  Cela aidera.

Juan Carlos Lopez: Maintenant, qu’en est-il des pays qui ne sont pas à ces niveaux de pauvreté, qui ont moins de ressources pour se défendre et pour faire face à cette situation ?  Nous parlons du Mexique, de la Colombie, de l’Argentine, du Brésil.  Comment voyez-vous la situation de ces importantes économies de la région ?

David Malpass: Ce sont de très gros problèmes car chacun de ceux que vous mentionnez a beaucoup de dettes, mais je pense que les pays commencent à faire face au problème.  Ils commencent aussi à réfléchir aux moyens de faire des transferts de fonds aux personnes qui font partie de leurs réseaux d’aide.  Cela peut être très utile, et tout le monde cherche des moyens de créer des emplois, de relancer l’économie afin que les gens puissent avoir plus de revenus.  C’est le plus important.

Juan Carlos Lopez: Il y a un phénomène intéressant qui se passe ici.  Les gens doivent travailler pour avoir un revenu.  De nombreuses personnes ont rejoint leur économie de manière accélérée précisément à cause de cette situation, mais cela a propagé le coronavirus et a fait des États-Unis, l’un des les plus gravement touchés par le coronavirus.  Comment maintenir l’activité économique sans aggraver la situation, qui est très délicate entre les États-Unis et l’Amérique latine ?  Il y a déjà plus de six millions d’infections.

David Malpass: Il existe plusieurs mécanismes qui relient les pays entre eux et je pense qu’il est très important de s’appuyer sur ces mécanismes.

Par exemple, le commerce est très important et heureusement, il existe une bonne base.  Avec l’accord de libre-échange entre le Canada, les États-Unis et le Mexique avec la Colombie, il y a une zone de libre-échange qui peut se développer et apporter un soutien, et aussi ce que fait la Banque mondiale, c’est le financement du commerce, c’est-à-dire avoir des canaux commerciaux ouverts pour qu’ils continuent à entrer et à sortir des pays.  Ce sont toutes des choses que nous pouvons faire à court terme.

Je ne dis pas que c’est suffisant.  Je ne le pense pas, mais nous devons examiner les moyens de traiter la question de la dette de manière plus générale.

Juan Carlos Lopez: Pour conclure, Monsieur le Président Malpass, quelle est votre vision de l’avenir ?  Comment les gens devraient-ils se préparer à ce qui va arriver ?  Parce que ce n’est pas seulement le coronavirus, c’est la récession, la combinaison des deux, et ce qui s’en vient peut être des mois très, très compliqués.

David Malpass: C’est vrai, donc les personnes qui démarrent vont devoir se préparer à une longue récession.  C’est très difficile, donc les pays devraient prendre suffisamment de mesures pour essayer d’améliorer le climat des affaires, de maintenir les services nécessaires et de se concentrer sur le soutien des choses qui doivent être faites dans l’économie.  Si nous regardons vers l’avenir, si nous regardons l’autre côté de cette récession, il sera très important que les États-Unis recommencent à croître.  Je pense que cela commencera au cours du second semestre.  Cela aidera l’Amérique latine et les Caraïbes.  Il faudra un certain temps avant que le tourisme ne commence.  Les pays devraient chercher de plus en plus d’autres types d’entreprises qui travaillent dans ce nouveau climat.

100 PWEN GRATIS

John F. Moreau (PDG | juno7) - Jinaud Augustin (ADM, Redacteur en Chef) - Jusner JEAN-PIERRE CPAH, (Economiste) - Lunick Revange (Redacteur) Pierre Emmanuella Tanis (Rédactrice) - Ody Bien-Eugène (Photographe) - Patrick Edouarzin TCHOOKO (Caricaturiste), Chrisnette Saint Georges (Présentatrice) Jean Herntz Antilus (Rédacteur)

Advertisement

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner

Join 987,125 other subscribers

Archives