Connect with us

Hi, what are you looking for?

Actualités

L’Eglise catholique exige la libération des 10 personnes enlevées dont les cinq prêtes et les deux religieuses

Décès de Mgr Vital Médé ce lundi 8 juin / eglise catholique

L’Eglise catholique en Haïti exige la libération des 10 personnes enlevées dont les cinq prêtes et les deux religieuses

Les responsables de l’Eglise catholique en Haïti, à travers diverses entités, ont réagi pour condamner l’enlèvement dimanche de 10 personnes dont cinq prêtres catholiques de la société des prêtres de saint Jacques, deux religieuses ainsi que deux autres personnes par le gang 400 mawozo dans la commune de Croix-des-Bouquets.

L’Archevêché de Port au – Prince, dans une note, a crié sa colère et son désarroi tout en demandant aux « autorités de l’État de s’assurer que les personnes séquestrées soient le plus rapidement relâchées, sans versement de rançon et que le pays tout entier respire enfin un renouveau de sécurité et de sérénité. » Elle a aussi exprimé sa proximité et ses sympathies à toutes les personnes victimes d’enlèvement et de toute autre forme de violence, souvent dans l’indifférence flagrante des autorités publiques.

« Nous réclamons pour tous les missionnaires et tout le peuple la sécurité et la paix. Nous exigeons la libération immédiate et sans condition de nos frères er sœurs retenus. Aux kidnappeurs et aux commanditaires de kidnapping, nous disons haut et fort : Sispan n detwi peyi a, Sispan n detwi lespwa pèp Ayisyen Sispan n mòde dwèt kap banou manje », a ajouté Monseigneur Max Leroy MESIDOR , Archevêque Métropolitain de Port – au – Prince dans cette note.

Au journal Vatican News, le président de la Conférence Episcopale Monseigneur Launay Saturné a fait savoir que ces enlèvements sont une situation qui plonge le peuple haïtien et l’Église d’Haïti dans la plus grande consternation. Elle touche le monde indistinctement, pas seulement l’Église catholique, parce qu’en kidnappant 10 personnes, les gens pensent que personne n’est à l’abri dans ce pays.

Les cas d’enlèvement et d’insécurité, depuis deux ans et demi, c’est le quotidien du peuple haïtien. La situation n’est pas transitoire: elle est chronique, parce qu’elle a des conséquences incalculables sur la vie d’un peuple qui est non violent, qui est pacifique, un peuple qui cherche sa paix, alors que chaque jour nous faisons l’expérience de la violence.

En savoir plus:

Sa k fè ayisyen k ap pati 1e fwa pa renmen di moun sa?

Written By

Redacteur en chef et administrateur de l'agence de presse en ligne JUNO7, Juriste de formation, spécialiste en management, suivi et évaluation des projets, consultant des affaires publiques.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus de contenu

Insécurité

“Au moins 90 personnes ont été kidnappées durant le mois d’avril”, rapporte le centre d’analyse et de recherche en droits humains (CARDH). Au moins...

Sécurité

Le Dr Jenny Édouard Pierre-Lys et son fils, enlevés samedi dernier puis séquestrés à Canaan 50 ont été libérés par la PNH. La police...

Insécurité

Nan yon nòt ki pote siyati Doktè Jacqueline Gauthier ak mesye Kenson Kaas, anonse ke Òganizasyon an  “Nos Petits Frères et Soeurs” ap fèmen...

Insécurité

Les derniers otages de l’église catholique, l’étudiant à la FASCH et l’ancien commissaire de la police nationale d’Haïti libérés . Enfin une bonne nouvelle...