Connect with us

Insécurité

Enlevée en Plaine mercredi, la famille de Byanka Gauthier n’a toujours aucune nouvelle d’elle

Published

on

Enlevée en Plaine mercredi, la famille de Byanka Gauthier n’a toujours aucune nouvelle d'elle
Barbancourt

Enlevée en Plaine mercredi, la famille de Byanka Gauthier n’a toujours aucune nouvelle d’elle.

Dans la famille de cette jeune fille de 24 ans, c’est la désolation. Les cas d’enlèvement sont de plus en plus fréquents à Port-au-Prince en cette période de fin d’année. En Plaine, dans l’après-midi du mercredi 16 décembre 2020, une jeune entrepreneure a été enlevée au vu de tous. Elle s’appelle Byanka Gauthier et n’a que 24 ans.

Selon la version familiale, la jeune dame a été enlevée exactement à Lathan en Plaine. Elle revenait de Delmas 31 où elle avait une rencontre d’affaires avec un proche. Une de ses trois soeurs dont nous gardons de citer le nom a expliqué à la rédaction de Juno7 que la victime a été suivie par 3 véhicules.

“Au départ, ma soeur n’avait repéré qu’un seul véhicule: un pickup gris. Pris de panique, elle a vite contacté la personne qu’elle venait de rencontrer à Delmas 31 pour s’assurer que c’était bien elle. Et c’est là qu’elle a appris que la voiture qui la suivait n’était pas celle de son interlocuteur”, raconte la sœur de la victime.

Arrivée à Lathan, Byanka a remarqué cette fois trois(3) véhicules à ses trousses. L’un d’entre eux, toujours selon le témoignage de sa soeur, s’est arrêté devant sa voiture. Deux hommes y sont descendus, lourdement armés ont pris possession du véhicule tout en lui intimant l’ordre de rester à l’intérieur et de ne faire aucun geste de rébellion au risque d’être tuée.

Barbancourt

Depuis, la famille n’a aucune nouvelle de Byanka. Plus de 12 heures après, aucune prise de contact conformément au procédé habituel des ravisseurs. Dans cette famille de sept (7) enfants, la panique est de taille. Leur angoisse augmente à chaque seconde sachant que la vie d’un être cher est en danger.

Perplexes, Ils hésitent tous de rentrer en contact avec les autorités policières et judiciaires notamment la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) contrairement aux conseils reçus. Souffrant d’une santé fragile, la maman de la victime n’a appris la nouvelle que par voie de presse. Depuis, elle ne peut contenir ses larmes.

En savoir plus :

Covid-19: Emmanuel Macron positif, Mike Pompeo en quarantaine par prudence

Barbancourt
Advertisement

Abonnez-vous

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner

Join 1,006,740 other subscribers

Archives