Connect with us

Hi, what are you looking for?

Insécurité

Haïti : 83 cas de kidnapping recensés en juillet 2023 par le CARDH

Haïti : les cas de kidnapping ont diminué de 37% entre juillet et septembre 2022, selon le CARDH

Haïti : 83 cas de kidnapping recensés en juillet 2023 par le Centre d’Analyse et de Recherche en Droits de l’Homme (CARDH).

Le Centre d’Analyse et de Recherche en Droits de l’Homme (CARDH), via sa Cellule d’observation de la criminalité (COC),
révèle, dans un rapport, avoir recensé 83 cas de kidnapping pour le mois de juillet 2023.

Cette augmentation, selon le CARDH, se matérialise par la vague d’enlèvements enregistrés principalement dans les communes de Tabarre, de Delmas, mais aussi au Bas-Artibonite où 23 personnes ont été victimes de ce phénomène.

Concernant les ressortissants étrangers, au moins 51 ont été victimes de rapt de janvier à date, selon l’organisation de défense de droits humains.

Recrudescence de la violence des gangs

Dans ce nouveau rapport, le CARDH fait également état d’une augmentation des actes de violence commis par les gangs. À titre d’exemple, la violence instaurée par le gang de Vitelhomme Innocent à Tabarre a provoqué le déplacement de 400 familles, totalisant 2000 déplacés internes, dont 229 enfants, selon l’organisation.

Elle souligne que cette situation laisse présager une augmentation de la violence et des autres modes opératoires des gangs pour le troisième trimestre. “D’autant que le déploiement de la force internationale en Haïti, conditionné au vote affirmatif du Conseil de sécurité et à d’autres paramètres financiers, logistiques etc., prendra un peu de temps par rapport à l’urgence de la population”, argumente-t-elle.

Mandat de la force internationale

Pour le CARDH, le mandat de la force internationale devra se focaliser sur le renforcement effectif de la police (matériels/équipements, formations d’unités adaptées, technologies de pointe, armes, construction de prisons et de commissariats standards…), afin qu’elle soit en mesure d’assurer la protection des citoyens et des biens après le départ de la force multinationale.

“La protection de la population doit être clairement définie dans le mandat, tenant compte des expériences du passé. En ce sens, les organisations de droits humains ont un rôle à jouer”, recommande l’organisation dans ce rapport.

Par ailleurs, s’il reconnaît que cette force internationale aidera à créer les conditions sécuritaires afin de rétablir les institutions démocratiques par l’organisation d’élections, le CARDH souligne qu’il reviendra aux haïtiens de résoudre les problèmes structurelles de l’insécurité; ce qui impliquera, selon lui, un changement de paradigme au niveau de la vie publique, politique et de la société civile.

En savoir plus:

Le taux de référence calculé par la BRH pour ce vendredi 4 Août 2023

Click to comment

Laisser un commentaire

Plus de contenu

Actualités

L’archevêché de Port-au-Prince confirme la libération des six religieuses via une note. Dans une note officielle envoyée à Juno7, le père Marc Henry Siméon,...

Actualités

La rapporteuse spéciale sur la situation des défenseurs des droits humains, Mary Lawlor exprime son inquiétude de la suspension provisoire du Centre d’Analyse et...

Actualités

L’OPC et l’Ensemble Contre la Corruption déplorent la suspension provisoire des activités du Centre d’Analyse et de Recherche en Droits de l’Homme. À travers...

Insécurité

Un étudiant de l’Institut National d’Administration de Gestion et des Hautes Etudes Internationales (INAGHEI) enlevé ce lundi 27 novembre à Turgeau. Vertilus Jalson, étudiant...